lundi 14 juillet 2008

La "Spin Machine" tourne à plein régime


Editorial :

Comme je l'écrivais dans "le vrai du faux". , nous sommes rentré dans une période manipulation intense des nouvelles financières.

Les autorités financières américaines ont pris l'habitude ces dernières années de faire du management de crise, c'est à dire qu'elles veulent en cas de remous montrer qu'elles maitrisent les choses et qu'elles sont capables de changer la direction du marché et surtout en assurer la "stabilité".

Dans le même temps, le marché, lui, faut son travail, c'est à dire qu'il spécule.
Les firmes en difficulté baissent, à force de rumeurs et d'analyses d'abord minoritaires puis qui font autorité. De nouvelles tendances se forment ainsi, et dans le même temps on cherche des valeurs refuge (matières premières, devises).

La FED et le Trésor ne peuvent contrôler le marché, leur influence est limitée, mais par contre les personnes les plus proches des autorités peuvent sans doute anticiper ses actions at espérer en profiter. Mais pour cela, il ne faut pas écouter ce qu'ils disent mais savoir ce qu'ils font.

Cela consiste souvent à être contrarien et à observer les tendances plutôt que le "bruit".

Aujourd'hui, nous en avons une illustration : le dollar s'est maintenu et l'or monte peu, sous l'effet psychologique des declarations de Paulson.

Pourtant, logiquement cela devrait avoir l'effet contraire puisque cela constitue de nouvelles injections de liquidités et donc une nouvelle érosion de la valeur du dollar.

Mais cela viendra. Il ne faut pas se laisser prendre et compter sur un rebond du marché action.
Tout ce bruit n'est que gesticulations d'une administration qui panique un peu.
cela crée seulement un peu d'incertitude mais ne change pas la tendance.
Cette tendance est au contraire confirmée par les derniers événements.

Les meilleurs analystes parlent des soucis de Fannie et Freddy depuis des mois. Tout cela était prévisible, contrairement à ce que l'on vous racontera.

L'appellation crise des subprimes est erronée, il s'agit de bien plus que ça. (la crise des subprimes n'est pas ce que vous croyez)

Aucun commentaire: