mercredi 29 septembre 2010

Analyse AUPLATA à contre-courant



Allez je la remets : titre suracheté, forum hystérique, volumes en baisse, cours de l'or en euro stagnant, et surtout une belle oblique haussière qui ne demande quà être caressée à nouveau. (et il y a sa copine l'EMA 195 qui voudrait aussi participer). Allez, jai remonté mon objectif de 2.70 à 2.80 pour vous faire plaisir sur le forum AUPLATA. (en plus cela augmente mes probabilité de réussite). Bon cest pas grave cela ne fait qu'une baisse de -13%.

PS : je compte bientôt renforcer sur la valeur lorsqu'elle aura atteint ma cible

mardi 28 septembre 2010

Mes positions actuelles sur le FOREX

J'ai coupé toutes mes posistion FOREX en fin de semaine dernière (avec profits).

J'avais des positions vendeuses sur l'USD/JPY, et le USD/CHF et acheteuses sur l'EUR/USD et le GOLD.

Donc globalement j'ai profité de la baisse du dollar.

Mais je pense que la baisse du dollar va s'interrompre provisoirement, sur fond de correction des marchés actions : une petite phase de "risk off".

J'ai donc renforcé mes positions vendeuses sur le CAC40 (BX4 et CFD)

Le rebond de l'immobilier à Paris est-il durable ?

A mon avis le rebond de l'immobilier parisien a été en grande partie dû à la baisse de l'euro qui a créé un effet d'aubaine pour les investisseurs étrangers, et par extension aux investisseurs locaux.

Un euro fort est au contraire mauvais pour l'immobilier parisien car il limite l'attractivité pour les investisseurs étrangers (qui sont une part non négligeable de la demande à Paris).

A mon avis, le rebond de l'immobilier de ce printemps/été a donc été favorisé par la baisse spectaculaire de l'euro.


Toujours à mon (humble) avis, le rebond de l'euro va remettre les choses à leur juste place, et l'on reparlera bientôt de baisse des prix immobiliers.

On est en déflation des actifs financiers vis à vis des actifs tangibles.

Un bien immobilier aujourd'hui n'est plus un actif tangible étant donné qu'il est financé à 90% par la dette.

Si le crédit s'écroule , les biens immobiliers s'écroulent eux aussi.

Certes, la France a eu moins recours au crédit que les Etats-Unis. Mais quand même... il suffit d'observer les statistiques pour voir que les durées d'emprunts ont augmenté et les pourcentages d'apport ont diminué ces dernières années (même dans cette France soi-disant sage).


Et biensûr, à Paris, il faut nuancer cette analyse, car de nombreux acheteurs étrangers achêtent rubis sur l'ongle (et donc pas à crédit).
De ce point de vue, l'immobilier parisien pourrait être plus comparable au marché des oeuvres d'art.

Mais il faut savoir que même ce marché connait ses bulles spéculatives, des bulles qui explosent fréquemment.
Dernier exemple : l'"artiste" Damien Hirst qui a vu sa cote monter de façon vertigineuse avant de s'écrouler.

Même les gens très riches ne sont pas toujours prêts à mettre n'importe quelle somme sur un bien de luxe.

Par ailleurs il faut savoir que ce rebond de l'immobilier parisien s'est effectué dans des volumes de transaction très limité, qui ne permettent pas toujours de dégager des vraies tendances.
Il y a aussi un effet "flight to quality" qui a favorisé Paris, aux dépens de banlieues moins favorisé.

En général le "flight to quality", dans n'importe quel marché n'est pas annonciateur d'un marché en bonne santé, mais plutôt une phase de transition qui préfigure une baisse plus générale des prix.

Je pronostique donc que la prochaine phase de baisse de l'immobilier touchera autant Paris que le reste de la France (pour qui le soi-disant rebond a été quasi-inexistant)

A moyen-terme l'nalyse de Friggit est toujours d'actualité.
Je viens de lire son dernier papier de synthèse de 97 pages (remarquable), et il permet de prendre un peu de recul par rapport aux communiqués de presse des représentants du lobby immobilier.

vendredi 17 septembre 2010

Résumé de mes préoccupations actuelles

En résumé :

L'immobilier reste une de mes préoccupations principales en ce moment.

Honnêtement, je me pose parfois la question: Ai-je vraiment raison de ne pas vouloir acheter un logement aujourd'hui à Paris ?

D'un point de vue contrarien, je crois avoir raison, et ce d'autant plus que je doute.

Mais l'effet "consensus" finit par me faire douter parfois. C'est dur d'être minoritaire...

Peut-être qu'acheter à Miami me rassurerait...



En tout cas L'immobilier est devenu une préoccupation plus grande que mon portefeuille boursier qui ne connait pas une grande volatilité, mais pas un grand rendement non plus.

13% depuis le début de l'année, ce n'est pas si mal, mais il n'y a pas de quoi exciter mon imagination.

Je continue cependant de parier sur une chute de la bourse d'ici à fin Octobre (on se rapproche de la fin de période).

J'ai même renforcé en BX4 cette semaine.

Je ne suis pas très confortable sur ce trade mais la fin de semaine est un peu plus rassurante.

Parallèlement, j'ai considérablement allégé en positions aurifères, en encaissant des Plus Values. ON parle un peu trop d'or ces jours ci.

Je suis maintenant à 40% en aurifères, 50% en BX4 et 10% en Cash.

J'aimerais réduire encore davantage les aurifères. Peut-être la semaine prochaine, si la tendance se confirme.

Les aurifères semblent mûres pour une correction, qui pourrait être courte mais violente (comme souvent). Il ne faudra pas tarder pour racheter.

Mais je compte surtout sur les BX4 pour améliorer mes PLus-Values la semaine prochaine.

Dernière note, j'ai liquidé l'ensemble de mes positions Forex ce soir à 17h30. (acheteuse sur le Yen l'euro et l'or, vendeuse sur le dollar) .

En cas de correction des marchés j'ai bien peur que l'on assiste à un rebond du dollar.

Donc voilà, j'ai réalisé une PV là dessus aussi (essentiellement dû à l'or)
, malgré les MV sur le Yen.

A suivre...

mercredi 15 septembre 2010

Intervention de la Banque du Japon

Quelques infos sur mes positions FOREX.

Ma position vendeuse sur le USD/JPY était assez substantielle hier malgré une petite prise de bénéfice avant-hier. Evidemment l'intervention de la banque du Japon a provoqué un bond du Yen de 2% contre le Dollar qui a transformé une position latente gagnante en position latente perdante. Cependant, rien de grave, du fait que j'avais allégé auparavant et que j'ai des réserves. Je compte même renforcer ultérieurement cette position puisque cette intervention n'aura aucun effet à moyen terme.

mardi 14 septembre 2010

Une idée d'investissement pour fin Octobre : la Thailande et les "STINC"

Je dis fin Octobre car j'anticipe toujours une correction dans le mois qui vient.

Voici un article de Marketwatch qui décrit la situation et qui m'a donné cette idée.

Et un autre article qui parle du groupe des STINC (Singapore Thailand, Turkey, INdonesia, Chile) qui signifie aussi "Puer" en anglais (avecun K néanmoins). Après les PIIGS, c'est de mieux en mieux...La finance est amusante, n'est il pas ?


Je cite : "These five countries have been doing all the little things that add up to one big year -- and probably a big decade to follow. Each are nascent export powerhouses that can hold their own in any conversation about places where businesses and companies are just getting it done, without glamour or bright lights."

vendredi 10 septembre 2010

Les différents stades psychologiques d'une bulle immobilière



Merci à Barry Ritholtz qui nous montre avec une mention en rouge où l'on se situe aux Etats-Unis.

Pour moi, il s'agit encore d'un autre post à l'usage des haussiers sur l'immobilier à Paris et en France.

Aux Etats-Unis comme indiqué sur le schemas, on est déjà au stade de la panique, mais en France on est encore au stade du "denial" (dénégation).

Indice Immobilier Case-Shiller



Pour bien illustrer l'ampleur du phénomène de la bulle immmobilière aux parisiens aveugles.

Ce graphique s'arrête à début 2009, mais il montre bien la tendance des Etats-Unis, qui comme souvent sont en avance sur nous.

Ne vous inquiétez pas, cela arrivera bientôt en France...

TBT à surveiller


le TBT est un ETF (Exchange Traded Fund) coté à New York.

IL s'agit d'un ETF Ultra Short 20+ Year Treasury ce qui veut dire qu'il permet de se positionner pour jouer la baisse des obligations d'Etat (donc la remontée des taux).

En gros cela consiste à parier sur l'éclatement de la bulle obligataire.

Voici la courbe qui montre une situation extrêmement survendue.

Evidemment la FED peut très bien continuer à acheter à la pelle des obligations d'Etat (cela s'appelle le Quantitative Easing), mais il semble que cette pratique commence à devenir usée politiquement.

Je me rends compte que cette analyse revient à dire le contraire de ce que j'ai toujours dit à propos de l'inflation, à savoir que rien n'empêchera jamais les Etats-Unis d'utiliser le laxisme monétaire.

Mais je crois que l'on a vraiment changé d'époque avec le déclenchement de la crise de 2008. On a vu là les limites de cette politique.

En outre il ne s'agit peut-être pas d'un simple débat inflation vs déflation.

Tous les observateurs de la politique monétaire laxiste des Etats-Unis ont eu raison à ce moment là car ils avaient anticipé les problèmes de la bulle du crédit et de la dette, mais ont été en même temps contredits par l'enchainement des circonstances, car ils n'avaient pas prévu une contraction du prix de tous les actifs aussi violent.

Cependant, le plus intéressant dans cette histoire, c'est que cela n'a pas empêché ensuite le cours de l'or et des matières premières de monter.

En résumé, je pense qu'il est trop schématique de raisonner en termes d'inflation et déflation. Il s'agit plutôt de rotation entre plusieurs classes d'actifs.

Par ailleurs depuis un certain temps je me suis représenté le processus en jeu comme un trampoline. La compresssion du trampoline permet ensuite de monter plus haut.

Ce qui signifie que les phases de contraction des actifs permettent ensuite de regonfler davantage le prix des actifs.


En tout cas il est sans doute intéressant d'acheter du TBT aux cours actuels, d'un point de vue contrarien, alors que tout le monde anticipe maintenant des interventions toujours plus grandes des autorités fédérales.

mardi 7 septembre 2010

Actions aurifères à suivre

10h30 Ma petite réflexion du matin :

Je vois bien venir un "break out" des actions aurifères assez significatif. L'indice Junior GDXJ a déjà eu son break out et je pense que le tracker des plus grosses cap aurifères, le GDX, va faire son break-out à son tour.

Ce premier mouvement devrait plafonner autour de la mi-septembre (je ne donnerai pas de jour exact mais à un moment donné, cela sera extrêmement suracheté et il faudra s'alléger).

Il y aura alors une violente correction , qui accompagnera une baisse générale des indices actions (mais en l'amplifiant).

Tout le monde va alors se lamenter et se plaindre que, décidément, les actions aurifères se comporteront toujours comme des actions et qu'elles ne présentent donc pas d'intérêt.

Cela sera l'occasion de recharger, car ensuite, elles vont, à mon humble avis, fortement se décorréler du reste des actions, jusqu'à la fin de l'année.

Comment en profiter ?

J'ai toute une liste d'actions aurifères de qualité, dont certaines éligibles au PEA (et je ne parle pas seulement de Euro Ressources et Auplata)), mais je réserve cette liste pour plus tard.

Il s'agit en effet de savoir faire le tri entre les bonnes et les mauvaises sociétés (qui sont nombreuses dans le secteur.

A suivre...