mercredi 16 avril 2008

Inflation, inflation, inflation !

It has taken some time, but now talks of inflation are all the rage.
A few days ago, it was about it was about food prices in developing countries, but now it's in the statistics of developed countries.

And most of all it has found its way in many mainstream publications.

I even read an article in Le Monde that explained how it was not so bad, because it encourages spending.

There are also new plans to encourage people to borrow and buy houses.

It looks a little bit like desperation.

The greatest fear is the economic slowdown and a recession.

Do they feel that a recession now would be particularly disastrous ?

But postponing it is not going to change anything.
It only makes the whole affair more unfair : bailing out Wall Street and irresponsible consumers and borrowers. That's not a very moral proposition.

Inflation, inflation, inflation !

It has taken some time, but now talks of inflation are all the rage.
A few days ago, it was about it was about food prices in developing countries, but now it's in the statistics of developed countries.

And most of all it has found its way in many mainstream publications.

I even read an article in Le Monde that explained how it was not so bad, because it encourages spending.

There are also new plans to encourage people to borrow and buy houses.

It looks a little bit like desperation.

The greatest fear is the economic slowdown and a recession.

Do they feel that a recession now would be particularly disastrous ?

But postponing it is not going to change anything.
It only makes the whole affair more unfair : bailing out Wall Street and irresponsible consumers and borrowers. That's not a very moral proposition.

samedi 12 avril 2008

On approche du dénouement



Je poste peu d'analyses techniques car il y a déjà une inflation dans ce domaine là et je préfère plutôt exposer les fondamentaux.

mais cela ne mempêche pas d'utiliser lanalyse technique également.

Je ne posterai donc que celle-là, mais avec suffisamment d'explications.

Voici donc quels sont les paramètres utilisés et pourquoi.

Pour Euro Ressources, je pense quil faut observer sur la longue durée, et avec une échelle hebdomadaire idéalement.

Autrement on se laisse distraire par le bruit.

Par ailleurs, étant donné le parcours vertigineux de laction sur la longue durée, une échelle logarithmique simpose.

Cette échelle fait bien apparaitre la problématique actuelle.
Nous sommes toujours dans une phase de consolidation initiée en Mai 2006, qui elle-même fait partie dun violent mouvement de recovery depuis début 2005.

Par ailleurs la MA160 hebdo (qui correspond en gros à une moyenne sur trois ans) fournit un point d’appui important et elle a été touchée de nombreuses fois.

De plus l'oblique descendante a été touchée 3 fois : Mai 2006, Décembre 2006 et récemment en Mars 2007.

La conjonction des deux phénomènes est un écrasement des amplitudes.

Dans une telle configuration, on peut dire métaphoriquement que l’élastique est tendu à l’extrème. Au niveau sentiment, la frustration des investisseurs sest accumulée, et il y a eu probablement de nombreuses ventes à pertes, ainsi que larrivée de nouveaux investisseurs.

L'action peut encore se trainer quelques semaines dans cette config et même buter encore sur loblique une énième fois. Mais elle peut aussi exploser à la hausse d’un moment à l’autre.
Le cours est « écrasé » depuis tellement longtemps, avec une diminution des amplitudes ces derniers mois, que la configuration est potentiellement explosive.

D’après le calendrier des prochaines annonces, je pense que la prochaine annonce des royalties trimestrielles, si elle est d’un bon niveau, peut fournir l’étincelle qui manque. Et l’annonce d’un rachat de hedge consécutif fournirait éventuellement la confirmation du mouvement.

Evidemment, si la production de Rosebel est médiocre, il n’y aura pas suffisament d’attrait et on se trainera quelques mois supplémentaires. Mais une baisse du cours serait limitée étant donné le nombre de supports qui se sont formés ces derniers mois et les fondamentaux de plus en plus rassurant.

Il s’agit donc d’un pari avec un rapport risque/bénéfice intéressant.
Car les bénéfices quant à eux peuvent être exponentiels, comme le révèle la tendance depuis 2005 (mais aussi l’analyse fondamentale : cf autres posts)
Tout simplement parce qu’il n’y a pas d’alternative à EUR sur le marché français
Aucune société de droit français n’offre un tel levier sur l’Or avec des risques aussi mesurés.

(Non, Auplata ne peut être considérée comme une alternative car elle est surévaluée par rapport à ses risques.)

Il y a un an EUR était risquée et peu intéressante, mais la situation a radicalement changé du fait de : 1. le désendettement 2. la réduction du hedge 3. biensûr la hausse de l’or.

Pourtant le cours est à peu près au même niveau qu’il y a 18 mois.
Il s’agit d’une anomalie typique dont l’investisseur informé doit profiter.

PS : L'objectif de 3 est à l'horizon d'un an
A l'horizon de deux ans, on peut viser 6.

vendredi 11 avril 2008

Immobilier / Matières Premières, quel rapport ?

Peu de gens font le rapprochement entre la baisse de l'immobilier, la crise financière et la hausse des matières premières. (et encore moins dans les media grand public)

Et pourtant, il y a bien un lien.

Une bulle remplacera une autre bulle, tant que la politique monétaire sera aussi accomodante.

pour changer un peu de sujet (quoique)


Si on parlait d'immobilier ?

Essai de simplification de l'économie actuelle.


L’immobilier va baisser parce que la hausse était due au crédit.
Avec un « credit crunch » (diminution brutale des crédits accordés), on a donc obligatoirement une baisse de l’immobilier. Point Final.

Maintenant, élaborons…

La majorité des propriétaires peut s’en tirer sans faillite parce que leurs achats ont été effectués il y a longtemps à des prix bien inférieurs.

Dans ce cas-là, disons qu’ils souffriront surtout en ce qui concerne leur fortune virtuelle et leur ego surdimensionné. MAIS pour les acheteurs récents et/ou surendettés, il va y avoir des dégâts et des ménages en détresse.
Evidemment, le cas emblématique est celui des Etats-Unis avec le « Subprime ». Mais comme souvent dans un phénomène de grande ampleur, ce premier symptôme n’est que la partie émergée de l’iceberg.

La masse des emprunteurs américains qui est en train de se retrouver dans le rouge dépasse largement le nombre des emprunteurs « subprime ».
A moyen terme cela va même inclure des emprunteurs européens à commencer par les espagnols et les anglais, mais aussi certains français. Car la mécanique inverse de la bulle immobilière est enclenchée, et les ménages les plus vulnérables ne sont que les précurseurs du mouvement qui s’alimente de lui-même (car plus la valeur de l’immobilier baisse, et plus le nombre de ménage dans le rouge augmente, ce qui en retour provoque de nouvelles baisses de l’immobilier)

A cet égard lorsque l’on voit les toutes récentes publicités sur les prêts avec zero-apport, qui viennent de refleurir sur les affiches et les écrans français (après un hiatus à l’automne quand même dû sans doute à la crise du « subprime » tellement médiatisée l’été dernier), on ne peut qu’écarquiller les yeux devant une tel aveuglement (ou est-ce une panique ?) des organismes financiers.

En deux mots : on prend vraiment les français pour des imbéciles.

Les derniers acheteurs à Paris (qui mystérieusement échappe à la baisse) seront d’ailleurs sans doute ceux qui perdront le plus.
Il s’agit d’un baroud d’honneur, typique d’un début de marché baissier.
En France, on est encore dans la phase de DENEGATION.

Bon j’ai beaucoup parlé d’immobilier. Alors que je parle plutôt du secteur de l'Or habituellement.

En quoi cela concerne l’Or me direz-vous ?

Certains ont pu à une époque (ces deux dernières années en gros), accréditer l’idée que l’or allait baisser avec le ralentissement de l’économie, e plus généralement le phénomène qu’on appelle la déflation.
Chaque baisse du marché des actions s’accompagnait souvent d’une baisse encore plus violente des métaux précieux et des matières premières.

Après tout c’est logique dans un cycle économique classique.

Mais ce raccourci est bien fallacieux comme on s’en est aperçu plus tard.
Et il suffisait d’observer la tendance séculière de l’or pour s’en apercevoir.

Et dans les années 80 on avait justement ce cas de figure avec le phénomène de stagflation (ralentissement économique accompagné d’inflation galopante)

En fait on assiste depuis l’an 2000 à un dégonflement général des « valeurs virtuelles », et une revalorisation des valeurs tangibles.

Mais, me direz-vous l’immobilier est un investissement tangible par excellence, n’est ce pas ?
Oui, à condition qu’on ne le possède pas à crédit, ce qui est devenu le cas dans presque 100% des cas et pour des montants qui sont maintenant parfois supérieurs à la valeur du bien.

Nous voilà revenu au début de cet exposé.

Pour résumer les mouvements actuels sont tout simplement dus à un phénomène de désendettement forcé, après un excès qui est tout simplement inédit dans l’histoire de l’humanité. Jamais on avait vu une bulle financière aussi démesurée.

L’or monte désormais parce que personne n’a jamais acheté de l’or à crédit. On l’achète pour sa valeur intrinsèque uniquement et pour conserver de la valeur.
De la même façon, on achète des matières premières en grande majorité pour des besoins fondamentaux : Se nourrir, s’habiller, se loger.

Ce qui est tragique, et même scandaleux, c’est que la FED en voulant adoucir la crise pour les américains surendettée, provoque du même coup une crise alimentaire extrêmement inflationniste qui a des effets désastreux dans les pays du Tiers-Monde.

Je ne suis pas catastrophiste et je suis même instinctivement optimiste, mais il faut bien se rendre à l’évidence : il y a des nuages sombres qui s’accumulent sur nos têtes, et on assistera de plus en plus à des conflits sur fond de course aux matières premières (c’est déjà la toile de fond de la guerre froide Chine-Russie-Etats-Unis, avec l’Iran en « Special Guest »)

Protégez-vous : achetez de l’or.
Si vous êtes surendetté, réduisez la voilure et vendez parmi vos biens le superflu et/ou le surévalué.
Pensez aussi aux placement monétaires indexés sur l’inflation (mais il faut savoir qu’ils ne protègent que partiellement de l’inflation réelle, car l’indicateur officiel est erroné).

Dernier conseil : si vous êtes salarié, demandez une augmentation, vous le valez bien ! (et surtout, vous allez en avoir besoin)

Immobilier:Simplifions un peu l'analyse

L’immobilier va baisser parce que la hausse était due au crédit.
Avec un « credit crunch » (diminution brutale des crédits accordés), on a donc obligatoirement une baisse de l’immobilier. Point Final.

Maintenant, élaborons…

La majorité des propriétaires peut s’en tirer sans faillite parce que leurs achats ont été effectués il y a longtemps à des prix bien inférieurs.

Dans ce cas-là, disons qu’ils souffriront surtout en ce qui concerne leur fortune virtuelle et leur ego surdimensionné. MAIS pour les acheteurs récents et/ou surendettés, il va y avoir des dégâts et des ménages en détresse.
Evidemment, le cas emblématique est celui des Etats-Unis avec le « Subprime ». Mais comme souvent dans un phénomène de grande ampleur, ce premier symptôme n’est que la partie émergée de l’iceberg.

La masse des emprunteurs américains qui est en train de se retrouver dans le rouge dépasse largement le nombre des emprunteurs « subprime ».
A moyen terme cela va même inclure des emprunteurs européens à commencer par les espagnols et les anglais, mais aussi certains français. Car la mécanique inverse de la bulle immobilière est enclenchée, et les ménages les plus vulnérables ne sont que les précurseurs du mouvement qui s’alimente de lui-même (car plus la valeur de l’immobilier baisse, et plus le nombre de ménage dans le rouge augmente, ce qui en retour provoque de nouvelles baisses de l’immobilier)

A cet égard lorsque l’on voit les toutes récentes publicités sur les prêts avec zero-apport, qui viennent de refleurir sur les affiches et les écrans français (après un hiatus à l’automne quand même dû sans doute à la crise du « subprime » tellement médiatisée l’été dernier), on ne peut qu’écarquiller les yeux devant une tel aveuglement (ou est-ce une panique ?) des organismes financiers.

En deux mots : on prend vraiment les français pour des imbéciles.

Les derniers acheteurs à Paris (qui mystérieusement échappe à la baisse) seront d’ailleurs sans doute ceux qui perdront le plus.
Il s’agit d’un baroud d’honneur, typique d’un début de marché baissier.
En France, on est encore dans la phase de DENEGATION.

Bon j’ai beaucoup parlé d’immobilier. Alors que je parle plutôt du secteur de l'Or habituellement.

En quoi cela concerne l’Or me direz-vous ?

Certains ont pu à une époque (ces deux dernières années en gros), accréditer l’idée que l’or allait baisser avec le ralentissement de l’économie, e plus généralement le phénomène qu’on appelle la déflation.
Chaque baisse du marché des actions s’accompagnait souvent d’une baisse encore plus violente des métaux précieux et des matières premières.

Après tout c’est logique dans un cycle économique classique.

Mais ce raccourci est bien fallacieux comme on s’en est aperçu plus tard.
Et il suffisait d’observer la tendance séculière de l’or pour s’en apercevoir.

Et dans les années 80 on avait justement ce cas de figure avec le phénomène de stagflation (ralentissement économique accompagné d’inflation galopante)

En fait on assiste depuis l’an 2000 à un dégonflement général des « valeurs virtuelles », et une revalorisation des valeurs tangibles.

Mais, me direz-vous l’immobilier est un investissement tangible par excellence, n’est ce pas ?
Oui, à condition qu’on ne le possède pas à crédit, ce qui est devenu le cas dans presque 100% des cas et pour des montants qui sont maintenant parfois supérieurs à la valeur du bien.

Nous voilà revenu au début de cet exposé.

Pour résumer les mouvements actuels sont tout simplement dus à un phénomène de désendettement forcé, après un excès qui est tout simplement inédit dans l’histoire de l’humanité. Jamais on avait vu une bulle financière aussi démesurée.

L’or monte désormais parce que personne n’a jamais acheté de l’or à crédit. On l’achète pour sa valeur intrinsèque uniquement et pour conserver de la valeur.
De la même façon, on achète des matières premières en grande majorité pour des besoins fondamentaux : Se nourrir, s’habiller, se loger.

Ce qui est tragique, et même scandaleux, c’est que la FED en voulant adoucir la crise pour les américains surendettée, provoque du même coup une crise alimentaire extrêmement inflationniste qui a des effets désastreux dans les pays du Tiers-Monde.

Je ne suis pas catastrophiste et je suis même instinctivement optimiste, mais il faut bien se rendre à l’évidence : il y a des nuages sombres qui s’accumulent sur nos têtes, et on assistera de plus en plus à des conflits sur fond de course aux matières premières (c’est déjà la toile de fond de la guerre froide Chine-Russie-Etats-Unis, avec l’Iran en « Special Guest »)

Protégez-vous : achetez de l’or.
Si vous êtes surendetté, réduisez la voilure et vendez parmi vos biens le superflu et/ou le surévalué.
Pensez aussi aux placement monétaires indexés sur l’inflation (mais il faut savoir qu’ils ne protègent que partiellement de l’inflation réelle, car l’indicateur officiel est erroné).

Dernier conseil : si vous êtes salarié, demandez une augmentation, vous le valez bien ! (et surtout, vous allez en avoir besoin)

jeudi 10 avril 2008

Allez, un petit pronostic

Le pétrole est en train de casser une nouvelle résistance à la hausse et il est fort probable que l'once d'or suive et amplifie le mouvement.

Je me base sur le ratio actuel Gold/Oil qui est sur un support important et qui ne peut que monter à partir de là.

Quant au rapport Dow Jones / Gold, il est toujours sur une pente très baissière, ce qui signifie que le rebond des bourses actions n'est peut-être qu'un rebond technique et qu'on a pas encore touché le fond.

Pour le CAC, la situation va être aggravée par la nouvelle hausse de l'euro.
On a encore rien vu il me semble.
Sans compter qu'on aproche de la "mauvaise saison" pour les actions ("sell in May").

Depuis l'eté les marchés actions évoluent en sens inverse de l'or, comme ils l'ont toujours fait historiquement. Mais les mini-krach de Mai 2006 ou Mars 2007 ont pu faire penser le contraire.

Au final, les objectifs sur l'or à moyen terme peuvent être raisonnablement aux alentours de 1200$ l'once.

La raison pour laquelle je cite les cours du pétrole et des indices boursiers est que l'once d'or n'est pas encore le pilote de tous ces mouvements mais bien plutôt la conséquence en bout de course.

dimanche 6 avril 2008

Transition Period

This is difficult to predict anything these days.

Gold has corrected heavily but has since rebounded a bit.
The general stock market has rebounded and a lot of people are clamoring that the worst is behind us.

So the Dow/Gold ratio has significantly rebounded, but it is still in a very steep downward spiral since July 2007, and still just below 14 as of today.
The low point was on 14th March at 12, when Gold was just over 1000$ and the Dow was just below 12000

Since the Summer 2007, the inverse correlation has between these two assets has finally caught up after deceiving so many people in May 2006 and March 2007.

The World of finance has been in panic mode since last summer.

On the Gold Stocks front the situation is extremely frustrating;
the bonanza that the hardcore enthusiasts expect is still nowhere to be found; but I think this is the exact moment when the opportunity is the best.

The Rally in the general stock market and a stability in Gold might produce a super rally for Gold Stocks, finally.

This is one of the possible scenario.

The other possible scenario is a new low for the Dow/Gold ratio in the short term, which might postpone the rally of Gold stocks, but produce even better performance in the medium term.

Or we might see a bit of both, which would mean a rally for the Dow, Gold and Gold stocks.
In that case it would be reminiscent of May 2006, except that in this period the stock market was near its highest.

Transition period

This is difficult to predict anything these days.

Gold has corrected heavily but has since rebounded a bit.
The general stock market has rebounded and a lot of people are clamoring that the worst is behind us.

So the Dow/Gold ratio has significantly rebounded, but it is still in a very steep downward spiral since July 2007, and still just below 14 as of today.
The low point was on 14th March at 12, when Gold was just over 1000$ and the Dow was just below 12000

Since the Summer 2007, the inverse correlation has between these two assets has finally caught up after deceiving so many people in May 2006 and March 2007.

The World of finance has been in panic mode since last summer.

On the Gold Stocks front the situation is extremely frustrating;
the bonanza that the hardcore enthusiasts expect is still nowhere to be found; but I think this is the exact moment when the opportunity is the best.

The Rally in the general stock market and a stability in Gold might produce a super rally for Gold Stocks, finally.

This is one of the possible scenario.

The other possible scenario is a new low for the Dow/Gold ratio in the short term, which might postpone the rally of Gold stocks, but produce even better performance in the medium term.

Or we might see a bit of both, which would mean a rally for the Dow, Gold and Gold stocks.
In that case it would be reminiscent of May 2006, except that in this period the stock market was near its highest.