vendredi 25 juillet 2008

La Forteresse Iran

L'Iran a été un des thêmes de mes articles précédent car il semble y avoir un rapport assez évident entre la crise actuelle et le niveau des cours de pétrole.

Il est donc très important de bien comprendre cette situation pour se préparer à tout éventualité.

Je viens justement de lire une remarquable étude géopolitique de l'Iran par Georges Friedman, sur le même canevas que celle consacrée à la Chine dont j'ai parlé il y a quelques semaine.

Voici un petit résumé :

Cette étude insiste sur le caractère imprenable de l'Iran, à cause de ses montagnes, mais aussi des difficultés pour son développement pour les mêmes raisons (problèmes logistiques)

La population iranienne est localisée entièrement dans des zones montagneuses.

Son seul développement historique hors des frontières s'est fait, lorsque l'Empire Perse a réussi à intégrer les plaines de la Mésopotamie, avec un haut degré d'autonomie, et en maintenant une défense précaire, qui a d'ailleurs été facilement vaincue.

Par contre, repliée dans ses montagnes du Zagro, l'Iran dans ses frontières actuelles ne peut être envahie. Ses seules vulnérabilités sont ses minorités ethniques et religieuses, mais l'Etat fort sait jouer habilement de la carotte et du baton et maintient le sentiment national malgré ces différences.

Cette étude géopolitique explique bien le dilemme actuel des Etats-Unis face
à l'Iran.

Ce pays par sa taille et son importance géographique attire les convoitises des puissances étrangères et il fait aussi peur.
Replié dans ses montagnes mais capable d'en descendre pour projeter ses forces le cas échéant, de façon clandestine (Iraq, Afghanistan) même si ses capacités d'expansion sont limitées et que cette intervention n'a en fait qu'un but défensif.

Cela se reflète dans le blocage actuel au sujet du nucléaire.
L'Iran joue sur l'ambiguité et fait planer le doute sur ses intentions pour repousser ses aggresseurs à court terme (essayer d'obtenir un "deal" favorable en échange de l'abandon de la bombe) comme à plus long terme (acquisition de la force de dissuasion)

Quant aux Etats-Unis, ils sont tentés d'intervenir, mais se demandent si cela en vaut la chandelle à cause du caractère défensif très fort de l'Iran. La carte ethnique a été essayé, mais sans succès.
Quant à une attaque aérienne, elle ne résoudrait rien et entrainerait des représailles couteuses (fermeture du golfe au trafic pétrolier)

La situation actuelle risque donc de durer.

Source : John Mauldin via Market Oracle

Aucun commentaire: