lundi 14 juillet 2008

Hank Paulson "traverse le Rubicon"...





... et ses déclarations sont tout simplement sans précédent.

Le secrétaire du Trésor a annoncé hier que le département du trésor allait procéder à des achats d'actions de Fannie Mae et Freddy Mac, et que ces achats étaient potentiellement illimités.

First, as a liquidity backstop, the plan includes a temporary increase in the line of credit the GSEs have with Treasury. Treasury would determine the terms and conditions for accessing the line of credit and the amount to be drawn.

Second, to ensure the GSEs have access to sufficient capital to continue to serve their mission, the plan includes temporary authority for Treasury to purchase equity in either of the two GSEs if needed.

Use of either the line of credit or the equity investment would carry terms and conditions necessary to protect the taxpayer.

Third, to protect the financial system from systemic risk going forward, the plan strengthens the GSE regulatory reform legislation currently moving through Congress by giving the Federal Reserve a consultative role in the new GSE regulator's process for setting capital requirements and other prudential standards.



Il s'agit principalement de stopper la crise de confiance à tout prix et se débarasser des "Short Sellers" (vendeurs à découvert). Par ailleurs la FED leur a ouvert ses lignes de crédit.

Le gouvernement espère s'en tirer ainsi sans nationaliser directement Fannie et Freddy, ce qui aurait un retentissement énorme et constituerait un poids supplémentaire sur le budget fédéral.

Mais le bras de fer va se poursuivre.

Mish dans son blog ajoute que Paulson s'est contredit plusieurs fois ces derniers jours :

In the course of a few days we have seen Paulson go from saying Financial Institutions Must Be Allowed To Fail to requesting Congressional "authority to buy unlimited stakes in and lend to the companies".

Paulson now seems to be acting on the principle that as long as one is telling lies there is no additional harm in doing it with gusto. Otherwise it is very hard to explain how an "unlimited lending line"can possibly have "terms and conditions necessary to protect the taxpayer".

There is one other possibility. Perhaps as Paulson crossed the Rubicon he landed in the 5th dimension. In some alternate universe, his statements just might make sense.

Par ailleurs, il existe toujours une faction à Wall Street qui affirme qu'il faut se défendre contre les "short sellers" qui répandent des soi-disant fausses rumeurs.

Cette faction sous-entend que tout va très bien et que les craintes sont infondées.
Mais ce sont les mêmes (Paulson en tête) qui affirmaient l'année dernières que l'économie était dans le meilleur état qu'ils avaient jamais vu...

Ce n'est bien sûr pas le cas. Tant que les pertes ne seront pas matérialisées, le bras de fer se poursuivra, et les plongeons des acteurs du seteur immobilier, puis des banques et des organismes de crédit se poursuivront (avec des rebonds occasionnels).

Ce n'est que lorsque la situation sera assainie que l'on pourra avoir un vrai rebond, mais entre-temps la valeur du dollar aura sérieusement baissée, à force d'injections de liquidités.

Ce qui va maintenant être intéressant, c'est la réaction du cours de l'or.

A suivre...

Source : Mish's global economic analysis

Aucun commentaire: