jeudi 27 octobre 2011

La Mort des CDS ?

Bon, finalement l'ISDA a décidé que la réduction de 50% de la dette grecque n'est pas un "événement de crédit" parcequ'il s'agit d'une restructuration volontaire et peu importe le pourcentage.
(Source : Zerohedge)

Cela parait un peu bizarre, mais il semble que les banques aient accepté ce compromis (jusqu'à preuve du contraire).

Donc cela signifie sans doute la mort des CDS sur les emprunteurs souverains.
Quel intérêt de détenir des CDS si ils ne sont pas activés en cas de restructuration de la dette ?

Comme l'indique le blogueur Macro Man via Money Game, les CDS étaient devenus la cible des politiques à la suite de la crise de la dette dans la zone Euro (on punit toujours le messager qui apporte les mauvaises nouvelles)

Tout comme les autorités se sont attaqué aux "Short Sellers", elles s'attaquent maintenant aux spéculateurs sur les CDS.
Mais à moyen terme, cela ne change pas vraiment le problème, car la hausse des cours des CDS n'était que le symptome et non la cause du problème.

Comme l'indiquait Peter Tchir, cela risque même de décourager l'achat des obligations italiennes portuguaises et espagnoles puisque l'on ne peut plus s'assurer contre les restructurations à venir .

Il risque en effet d'être tentant pour les autres pays (Portugal en tête) d'essayer d'obtenir un allègement de leur dette comme la Grèce.

En tout cas dans l'immédiat, R.I.P pauvres CDS...

mercredi 26 octobre 2011

Haircuts & CDS (la suite)

Hier dans ce post, j'écrivais que le haircut de 50 ou 60% sur la dette grecque risquait de provoquer "un évenement de crédit"  qui devrait probablement déclencher les CDS.
D'après ce que j'ai entendu hier soir et ce matin, dans certains commentaires, il se peut très bien que cela soit une simple manoeuvre de négociation par les banques, qui ne veulent pas trop être mises à contribution.

Mais je doute un peu de cette dernière analyse.

Fondamentalement, si l'on s'en tient à la lettre des contrats CDS, une restructuration est considée comme un évènement de crédit (en tout cas c'est le cas pour les contrats CDS souscrits en Europe).
Donc il serait très facile de défendre cette position devant n'importe quelle juridiction.

Je pense qu'un certain nombre de détenteurs de CDS seront obligés de faire valoir leurs droits (il y a quand même des sommes importantes en jeux) et ils auront les munitions nécessaires pour le faire.

Si l'on peut restructurer à volonté sans déclencher les CDS, il n'y a plus aucun intérêt à les détenir.

Mais je crois que les autorités ne vont pas se débarasser des CDS si  facilement.
Cela va donc rester un point bloquant dans les discussions actuelles.

L'importance du "deleveraging"

Alors que nous attendons les résultats du sommet de la zone Euro, il est utile de continuer à prêter attention aux autres données macro-économiques.

Je crois que le concept qu'il faut à tout prix garder à l'esprit c'est le "deleveraging".
Quelque soient les décisions prises lors du sommet, les effets de cette tendance lourde commencent tout juste à se faire sentir.


Les entreprises, les consommateurs, et maintenant les Etats sont tous engagés dans ce processus.
Après avoir pendant des années fonctionné sur le crédit et plus généralement l'effet de levier ("leveraging"), tous ces acteurs économiques ont commencé à renverser cette tendance. C'est cela le "deleveraging".

Et quoiqu'on pense du bien-fondé de cette tendance, (personnellement je pense que cela devait bien finir par arriver) ce n'est pas une force qui va faciliter la croissance économique à court-terme, et donc la poursuite de nouveaux records sur le prix des actifs.



Voici un article pour aller plus loin :



From Maurice Pomery of Strategic Alpha




Whilst we all await the outcome of the EU summit I want to draw your
attention elsewhere:




Whilst the US equity markets closed down 2% last night, it is clear
that there is little appetite to put on new trades in front of this summit
meeting as evidenced by the lack of interest in Asia. Equities and FX markets
were extremely quiet except for when the Aussie CPI came in weaker than expected
sparking a fall in the AUD and a complete 25bp cut being priced in for next
week’s meeting
. To me the AUD looks very exposed to a steep fall as
global growth is in trouble. The fall on Wall St was, in my opinion, more on the
back of further weak data from the housing market in the US and consumer
confidence which is collapsing fast, as the Case Schiller disappointed yet
again. Is operation twist going to help? If the answer is no then Bernanke will
have to try something else and this view is building as the fall in equities was
accompanied by a fall in the Dollar and a steep rise in precious metals, all
signs that fears of further QE are building.




There are some issues away from the EU crisis that I think need
attention and one of them is deleveraging and a drying up of demand. The cash
price of iron ore for immediate delivery to China, a benchmark for Asia, dropped
the most in more than two years as demand from steelmaker’s wanes
. Last
week, Chinese steel prices plunged the most since the 2008 global economic
crisis, signalling mills may further curb output. China seemingly has enough
stockpiled to last some time and the likes of Australia and other exporting
nations are likely to feel this as demand globally drops led by steep declines
of demand from the developed world.




I have been warning you all of this and the impact on global growth
but this steep fall in Iron ore is very concerning. Copper prices had been in a
steep decline before speculation on further QE from the Fed put a spark back in
demand but physical demand is still low and is the best leading indicator for
global growth prospects.
Additionally and another point I have tried to
highlight is that the consumer in the developed world is starting to deleverage
as evidenced by the rise in savings ratios in the UK and less money being spent
on credit cards. Across the developed world the consumer is considering the
impact of rising unemployment and rising essential costs and the household debt
burden is still enormous. Demand side dynamics do matter; third-quarter profits
at 3M, one of the US’s biggest industrial conglomerates, missed Wall Street
expectations and the company slashed its outlook for full-year earnings, as
sales of consumer electronics dropped, reflecting what the company said was
“generally slowing economic growth in the developed world”. Cummins, one of the
world’s biggest engine-makers, also cut its full-year outlook, citing a sharp
drop-off in demand in emerging markets. Expect a lot more of this.




Interestingly or rather strangely, the extremely low levels of
consumer confidence has yet to hit retail sales in both the US and UK but
looking at the numbers I would suggest they are very likely to soon or the data
is being manipulated
! Consumers are closer now to getting maxed out on
credit and they won’t get or want any more. Yes the very wealthy have been
spending on the likes of Louis Vuiton but the majority are beginning to save and
shed debt. This MATTERS. Even in Canada growth is being scythed lower as the
finance minister cuts growth from 2.8 to 2.1%! Europe is as good as in a
recession as I mentioned yesterday and this will impact whether they come up
with a deal or not tonight and in my opinion too many analysts are missing what
is going on with the economics out there.




US consumer confidence is collapsing and there is no other word for
it. The Conference Board's index of consumer confidence posted yet another
decline in October, falling to 39.8 (previous: 46.4) - the weakest reading since
the end of the recession
! Looking at the detail there is a rather
worrying issue here as the decrease reflects declines in both the present
situation and expectations components, whereas the previous, more recent major
moves down in the index were driven primarily by the expectations component.
This means the concerns are NOW. Spending will now surely take a hit and some
shocks in retail sales are on the way in the US and in the UK as deleveraging is
forced upon the masses. I cannot highlight or stress how important this issue is
to growth everywhere. As prices increase and wages stagnate, things are going to
get tougher into the winter and I note with interest the component in the US
data highlighting concerns over future earnings. In the past low confidence has
not always hit sales but in my mind things are different as the debt burden is
almost unbearable and many have little credit left, adjustments will have to be
made.




When these adjustments come through, in my mind very soon, the Fed
and other central banks may see a steep move towards deflation as growth
stumbles and economies go back into recession, probably led by the EU then the
UK and finally the US
. The world cannot fill that massive customer
void. The timing of this could be dreadful as just at a time when the world
needs China and the other Asian exporters to pull us through, the hard landings
will hit. Global growth expectations are far too optimistic and policy shifts
will be swift where possible. What the world does not need right now is a
falling Dollar as that complicates matters worse but it is of little concern to
Bernanke and Geithner as they are concerned about America and rightly so.




Again I reiterate that a world where we have deleveraging from
Sovereigns (which demands draconian austerity measures), banks (lack of credit
supply to small businesses, the essential for growth) and the consumer, is not a
world that is going to grow.
In fact the speed of the fall could
surprise. Data suggests to me that the EU issue is not the main concern, it is
deleveraging and this will dominate long after the EU idiots come up with some
compromise to delay things further.

Inégalité de revenus aux Etats-Unis (la suite)

Une nouvelle illustration graphique très révélatrice.
(Via Barry Ritholtz ) :



Forget the top 1% — Look at the top 0.1%:

Just today, I overheard someone say that income inequality must not be that bad, because you only need a few $100,000 to be in the 99th percentile (see CNN/Money) — that works out to be about $343k to make the top 1%.


That is factually accurate, but misses the full wealth disparity issue. To see where the big bucks are, you need to look into the top 0.5%, 0.1%, 0.01% and lastly, and lastly, the top 0.001%.


The details of this were delightfully illustrated by Catherine Mulbrandon at TBP conference – PDF presentation here, video here.


Top 1% = $368,238 (20.9% of income)

Top 0.5% = $558,726 (16.8% of income)

Top 0.1% = $1,695,136 (10.3% of income)

Top 0.01% = $9,141,190 (5% of income)


>


click for larger chart


Forget the top 1% — Look at the top 0.1%:

mardi 25 octobre 2011

Une idée de Trade : NEM versus AAPL


Ceux qui connaissent déjà mes positions savent que j’ai l’habitude de « shorter » les indices actions et en même temps d’acheter les actions aurifères.

C’est  un trade gagnant depuis des années mais néanmoins très volatil. Idéalement, il nécessite de faire quelques arbitrages lorsque l’on s’approche du haut des extrémités du canal du ratio GDX /SPY (ou bien ratio $HUI/$SPX).
Par exemple il fallait réduire son exposition en aurifères et commencer à racheter les indices actions généralistes début septembre. (ce que j’ai fait en partie, mais insuffisamment à mon goût, rétrospectivement). Car les mouvements à contre-tendance sont plutôt … comment dire ?...« violents ».

En tout cas , vous voyez  l’idée.
A long terme, ce trade reste très bon car il repose sur des fondamentaux très bons. Les minières aurifères restent  toujours les mal-aimées (et sont donc sous-valorisées) alors que nous sommes toujours dans un Bull Market historique sur l’or (qui n'est pas terminé selon moi).


Plus récemment, j’ai trouvé un autre idée de trade encore plus spécifique : NEM vs AAPL
Il se trouve que l’on a commencé à écrire que Newmont Mining était le "Apple" des sociétés minières aurifères (en raison de la  qualité de sa stratégie et de son management). En tout cas je l'ai lu quelque part cet été pendant la belle hausse des aurifères. Et pourtant NEM sous-performe AAPL largement et ce depuis des années.(cf graphique ci-dessous).

Dans le même temps, je pense comme le  blogueur Reggie Middleton (un de mes favoris)  qu’Apple commence à devenir mûre pour un bon Short (oui il y a les suites du  « RIP Steve Jobs » mais pas seulement pour ça),

Donc je  pense qu’un trade potentiellement très gagnant consistera dans les jours et les semaines à venir à acheter des Calls sur Newmont tout en achetant des Puts sur Apple, ou tout simplement en achetant Newmont Mining et en shortant Apple Inc.

Oui j'admire ce qu'Apple et Steve Jobs ont créé, j'aime leurs produits, mais je suis aussi convaincu qu'ils ont mangé leur pain blanc.

Ce trade peut paraitre téméraire pour les fans inconditionnels d'Apple, mais l’observation du graphique NEM :AAPL me confirme dans l’ opinion que c’est un bon trade en terme de rapport risque/bénéfice.


Citation du jour

"The trouble with quotes on the internet is that it's difficult to determine whether or not they are genuine" – Abraham Lincoln

Le "Haircut" sur les obligations grecques devrait déclencher les CDS

C’est ce qu’estime un analyste de chez Barclays cité par ZeroHedge.




Je crois que c’est bien là que ça risque de coincer., et c’est pour cela qu’un pays comme la Grèce a autant d’importance aujourd’hui (même si on commence à parler davantage de l’Italie).


Un défaut partiel de la Grèce est indispensable à la résolution de la crise (sinon la Grèce ne pourra jamais redresser ses finances), mais ce défaut partiel qui devrait logiquement activer le CDS,  risque aussi d’avoir des conséquences sur le bilan de la BCE.
Pour l’instant c’est l’impasse.


Jusqu’à présent je pensais que, conformément à leurs habitudes les autorités tordraient les règles en argumentant que cette restructuration est « volontaire », mais lorsqu’on atteint une décote de 50 à 60% cela devient difficile à défendre.

jeudi 20 octobre 2011

"Arrogance flagrante de la France"

Ce n'est pas moi qui le dit (c'est le bloggueur Michael Shedlock) , mais je ne suis pas loin de penser la même chose au sujet des dernières déclarations de Sarkozy et de ses ministres concernant l'extension du FESF et des tentatives de tordre le bras à l'Allemagne, la BCE et les traités de Maastricht.


Citation :


Blatant Arrogance of France

The "Merkozy" coalition is one again in open dispute with itself. German chancellor Angela Merkel has one position and French President Nicolas Sarkozy another.

Historically, Sarkozy's disputes with Merkel have always been resolved with Merkel buckling like corn flakes run over by a cement truck.

However, I expect a different result this time because Sakrozy is fighting not only Merkel, but the ECB, the German constitution, and the Maastricht Treaty.

This has spawned an emergency flight by Sarkozy to Germany where the feud will continue.
Plans to tackle the euro zone debt crisis have stalled with Paris and Berlin at odds over how to increase the firepower of the region's bailout fund, French President Nicolas Sarkozy said on Wednesday.

Sarkozy told French lawmakers the dispute was holding up negotiations and flew to Frankfurt to talk with German Chancellor Angela Merkel in an attempt to break the deadlock ahead of a make-or-break European leaders' summit on Sunday.

The two leaders left that meeting without speaking to waiting reporters.

Asked if a deal had been reached, Jean-Claude Juncker, chairman of the Eurogroup of euro zone finance ministers who attended the evening meeting, replied: "We're still in meetings Saturday, Sunday."

Divided Over Leverage

France has argued the most effective way of leveraging the European Financial Stability Facility (EFSF) is to turn it into a bank which could then access funding from the ECB, but both the central bank and the German government have opposed this.

"In Germany, the coalition is divided on this issue. It is not just Angela Merkel whom we need to convince," Sarkozy told the parliamentarians at a lunch meeting, according to Charles de Courson, one of the legislators present.

Adding to uncertainty, the Financial Times reported that plans to strengthen the banking system, another key plank of the discussions, would fall short of market expectations.

The latest official estimates have put the banks capital shortfall at less than 100 billion euros, the FT said, compared with a recent IMF report putting the funding hole and 200 billion and analysts' estimates of 275 billion or more.

Cirtcuit Breaker

One senior EU official, who is involved in coming up with solutions to the crisis, said the only "circuit-breaker" now was for the ECB to make an explicit commitment to go on buying distressed euro zone debt for "as long as it takes," something Trichet has said should not happen.

However, Barroso appeared to back such intervention, saying in Frankfurt: "The decisive intervention of the ECB in secondary bond markets was and still is a critical element in securing financial stability in the euro area."

"You know the French position and we are sticking to it. We think that clearly the best solution is that the fund has a banking license with the central bank, but everyone knows about the reticence of the central bank," French Finance Minister Francois Baroin told reporters in Frankfurt.

"Everyone also knows about the Germans' reticence. But for us that remains ... the most effective solution."

A senior German government source said Berlin remained resolutely opposed to the ECB backstopping the rescue fund.

Bank or Insurer?

Euro zone officials have told Reuters that an alternative model, whereby the EFSF could underwrite a portion of newly issued euro zone debt, is also on the table.

By guaranteeing the first 20-30 percent of any losses, the EFSF could stretch three to five times further. With about 300 billion euros of its 440-billion-euro capacity still available, the fund could be expanded to more than 1 trillion euros, and give markets pause for thought.

However, analysts are unconvinced that a leverage plan involving a guarantee on first losses would succeed, warning that it could create a two-tier structure in some bond markets and would be meaningless without an explicit commitment from the ECB to go on buying at-risk debt.

While Europe's leaders rush to stop a larger writedown of Greek debt infecting others in the euro zone, ordinary Greeks are angry at the prospects of several more years of pain as the price of help from international lenders.

"Who are they trying to fool? They won't save us. With these measures the poor become poorer and the rich richer. Well I say: 'No, thank you. I don't want your rescue'," said 50-year public sector worker Akis Papadopoulos.
The "French Position"

Notice the blatant arrogance of France a depicted in the statement "You know the French position and we are sticking to it."

Yes, the whole world knows the "French Position".

A month ago the Central bank of France insisted there were no toxic debts in French banks.

This prompted me to write on September 25 Desperate Times Lead to Desperate Lies; Europe Weighs the Weightless; Even Citigroup Sees the Lies
Are central bankers and politicians really as stupid as they sound or are they pathological liars who simply cannot help it?

Check out these preposterous lies by Bank of France Governor Christian Noyer as quoted by Bloomberg in Noyer Sees ‘Absolutely No Reason’ to Use Bank Backstop

Noyer Lies
  1. “I’m extremely confident” in French banks because “we know them very well. We know their balance sheets, their risk assessments. We know they have no toxic assets.”
  2. There is “absolutely no reason” to activate a support system for the nation’s banks that was set up during the financial crisis in 2008.
  3. Markets “are over-reacting,” he said. “They need to come back to a sense of reality.”

All of those are blatantly preposterous. However, lie number 1 has to be one of the top lies of the year. "French banks have no toxic assets"?!

For starters, what about Greek bonds about to take a 50% haircut or more in default? That lie is so ridiculous no one on the planet can possibly believe it.
The French central bank blatantly lied about the capitalization of French banks right before the implosion of Dexia Bank. Dexia was the allegedly the safest bank in stress tests.

Furthermore the "French Position" is in violation of the German constitution, the ECB's wishes, and the Maastricht treaty as well.

Bureaucrats never concern themselves with such details and worse yet, they are arrogant about it.


Mike "Mish" Shedlock
Blatant Arrogance of France:

Le AAA de la France officiellement menacé...


Edito

Depuis hier, Moody's a sous-entendu qu'ils allaient étudier cela de près. Mais pour beaucoup d'analystes ce n'est pas vraiment une surprise

En ce qui me concerne, cela fait quelque temps que je discute de ce sujet autour de moi, et des conséquences assez graves que cela pourrait avoir pour les français.
Jusqu’à présent, ce genre de considérations tombait dans l’oreille d’un sourd. Les gens que je côtoie en France se sentent personnellement protégés et ils sont relativement optimistes sur leur propre sort.
Certes, la sinistrose est bien présente et elle est alimentée tous les soirs au journal télévisé (pauvreté et chômage en France, sans parler des désastres à l’étranger.). Par ailleurs, les  signes du déclin français sont débattus en long et en travers. C’est même devenu une petite industrie avec ses spécialistes : les « déclinologues ».

Mais la plupart des gens se sentent épargnés par tout cela. D’ailleurs la plupart des enquêtes d’opinion le montre : les français sont pessimistes sur la marche du monde et la place de leur pays mais ils sont optimistes sur leur propre sort.
Il y a  une raison à cela : la France a encore une position privilégiée dans le monde, dans l’Europe et ses habitants bénéficient de multiples filets de protection et de rentes de situation.
On parle souvent des usines qui ferment dans une quelconque province, mais est-ce que cela touche vraiment les parisiens ?
Je dirais que non. Les gens que je côtoie travaillent dans les sièges des grandes entreprises ou dans des Services Publics, soit en tant que consultants, soit en tant qu’interne (encore plus protégés).
Ce sont des entreprises qui pour la plupart possèdent un monopole ou font partie d’un oligopole. Elles ont une rente de situation et peuvent continuer à gaspiller de l’argent en employant des gens sur des projets futiles.

Dans les services publics, je n’en parle même pas (je connais moins), mais je pense que ce n’est pas très différents.

Grace à ces monopoles et ces rentes de situation (sans parler des impôts prohibitifs), les français se font réellement tondre. Je pense que ce n’est pas Poujadiste de dire cela.
Mais ils se font tondre de bon cœur je pense, car ils perçoivent (inconsciemment ou pas) qu’ils sont aussi les bénéficiaires de ce système.
Les profession qualifiées en particulier peuvent monnayer chèrement leurs services et donc se « payer sur la bête ». Ils ont une situation stable et qui ne risque pas de changer (selon eux).
Même à d’autres niveaux beaucoup de profession de services travaillent pour ces grandes sociétés.

Mais je pense qu’une des raisons principales pour lesquelles la plupart des français s’estiment « gagnants » personnellement c’est une petite chose qui pourrait paraitre futile, mais qui ne l’est pas du tout. Je veux parler de la hausse de l’immobilier.
Depuis 10 ans l’immobilier a doublé (parfois triplé) quasiment partout. C’est une des raisons pour laquelle beaucoup de français s’estiment encore gagnants dans ce système.
Car c’est un gain qui en outre est exonéré d’impôts.

C’est une source formidable d’optimisme et de soif de consommer. De nombreuses études l’ont montré.
Dès lors que l’on est gagnant sur son achat (même si c’est à crédit) on peut continuer à consommer (encore à crédit).

Aux Etats-Unis, il a été observé que la résidence principale fonctionnait comme un distributeur de billets pour de nombreux ménages, car ceux-ci utilisaient la plus-value latente comme un collatéral supplémentaire pour emprunter davantage. De la même façon, chaque baisse de taux était exploitée pour se refinancer et la capacité d’emprunt supplémentaire était immédiatement consommée.

J’ai connu personnellement là-bas un petit gars de 25 ans (informaticien) qui au moment de la revente de sa première maison (avec plus-value), en avait racheté une plus grande, et s’était offert en prime une BMW M3 (je ne m’y connais pas beaucoup en voiture mais je crois que c’est assez cher). Autant vous dire que son endettement ne s’est pas réduit au moment de cette transaction.

Tout cela pour dire que la hausse de l’immobilier est très bonne pour la consommation, et Alan Greenspan le savait très bien (lui qui a alimenté cette hausse avec sa politique de taux d’intérêt très bas).

Evidemment, on sait comment cela s’est terminé pour les Etats-Unis…
Mais beaucoup  me rétorqueront que c’est différent en France car les ménages ne sont pas autant endettés.
C’est vrai. Le taux d’endettement des ménages
En France c’est plutôt l’Etat qui est endetté, mais aussi les banques, il ne faut pas l’oublier.
Ces deux entités sont en symbiose, car une des principales activités des banques est de prêter à l’Etat, avec de l’argent emprunté par ailleurs. C’est un peu tordu mais c’est bien ainsi que cela fonctionne.
A chaque intermédiaire il y a de l’argent à se faire et matière à spéculer.
En principe c’est de l’argent facile, car les états comme la France son considérés comme des emprunteurs sans risque.

C’est comme cela que l’Etat a pu s’endetter toujours plus et encourager les ménages à s’endetter…pour acheter de l’immobilier.
Structurellement l’Etat est déficitaire car il fait de nombreux cadeaux fiscaux et doit en même temps continuer à financer des prestations sociales, une infrastructure et des effectifs plethoriques.
Savoir quelle est la cause première des déficits, entre les allègements fiscaux et l’accroissement des dépenses de l’Etat, c’est peut-être un question de point de vue politique.
Mais il est indéniable que depuis plusieurs années, le déficit a été particulièrement creusé par les boucliers fiscaux et niches fiscales en tout genre, qui sont souvent conditionnés par des règlements toujours plus complexes
Tout cela fait que l’économie est stimulée certes, mais de façon non efficace (les effets d’aubaine dominent) et surtout de façon non pérenne.
C’est une croissance « à crédit ».
Si les aides fiscales disparaissent, la croissance artificielle se dégonfle.
C’est en particulier le cas dans le secteur immobilier, où l’Etat a une attitude apparemment schizophrénique (mais je dirais plutôt hypocrite), puisqu’il déplore à haute voix l’incapacité à se loger décemment pour de  nombreux ménages en raison de la hausse des prix , mais en même temps il alimente cette bulle immobilière par de très nombreux avantages fiscaux.

Mais passons sur ce détail. Ce qui importe, c’est que désormais, quoiqu’il arrive cette politique va devoir cesser car on est arrivé au bout du chemin en matière de dette. Il est maintenant bien évident pour tout le monde, et surtout pour les créanciers, que cette situation budgétaire ne pourra se maintenir. C’est pourquoi le deuxième épisode de la crise de la dette (après le premier épisode causé par la dette immobilière aux Etats-Unis) est finalement arrivé en France.
Beaucoup le savent depuis longtemps, mais la plupart ont été épargnés jusqu’à présent. Désormais cela risque de faire mal que ce soit par la dévalorisation de l’épargne (y compris l’immobilier) ou par l’accroissement des impôts.

Le plan du FESF signifie que la France doit absolument garder sa note AAA


AP
Citation du Wall Street Journal :

Through the fog of details surrounding the latest plan to deploy European Financial Stability Facility funds, there is one simple truth: Now, more than ever, the EFSF needs to hold onto its triple-A credit rating.

The problem is there’s no guarantee that will happen.

Without that top-notch rating for the EFSF, the power of the bailout fund’s support to hold down runaway bond yields on, say, Spanish or Italian bonds is severely depleted. And for the EFSF to maintain its rating, it needs its two biggest contributors–France and Germany–to hold onto their top-notch ratings as well. In the case of France that’s a big risk.

Sound confusing and circular? Well that’s because a new plan revealed by European Union sources is both. Here’s how it works:

The proposal being kicked around by European officials essentially calls for the EFSF, the region’s bailout fund, to issue bonds to individual, heavily indebted countries such as Spain and Italy. Those countries would then post the EFSF bonds as collateral covering what is likely to be a portion of the face value of any new bonds they issue to roll over existing debt. In this way it should help enhance the sovereign bonds’ appeal to private investors.

In theory, this would meet the bailout program’s goal of lowering borrowing costs for heavily indebted countries. And since Italy and Spain, the third and fourth largest economies in the euro zone, are the main source of anxiety about the risk of a euro-zone-wide financial contagion stemming from a widely expected default on Greek debt, this in turn could calm nerves and allow the two countries to focus on strengthening their economies.

In recent months, waning confidence among bond investors has forced both Spain and Italy to implement austerity measures at the expense of near-term economic growth, all so as to shore up their books and avert more ratings downgrades. Investors have demanded higher returns because they perceive Italian or Spanish debt as riskier than, say, German bonds.

The EFSF collateral would, theoretically, provide those same nervous investors with a reassurance that they will be “insured” if Italy or Spain cannot fully repay any future bonds. However, the reassurance is seriously diminished if the collateral itself starts to decline in quality–especially if it is only worth, say, 20% of the sovereign bond’s face value. The EFSF will thus need to keep its triple-A rating and maintain it as long as EFSF bonds are being held as collateral for them to be an effective tool for attracting investors to the new sovereign bonds.

Investors need to know that if Italy or Spain falter, they have something solid to fall back on. But if they don’t believe the EFSF can maintain its triple-A rating, they will be unlikely to accept a lower yield for those countries’ bonds.

Herein lies the problem: the EFSF’s triple-A rating hinges entirely on Germany and France, the two biggest backers of the euro-zone bailout facility, being able to maintain theirs. If either were to be downgraded, all bets would be off.

And on that score, Germany’s rating doesn’t appear to be in any grave danger. But France’s is another story.

On Monday, Moody’s Investors Service started making noises that France’s rating could be in danger in the future due to a deteriorating credit profile and potential losses in the country’s banking sector. The agency called France’s credit profile the weakest among its triple-A peers and said the government has less room to maneuver because of its stretched balance sheet, banking sector risks and projected slow growth.

This puts a lot of pressure on France, whose president Nicolas Sarkozy is among the leaders trying to hammer out a plan by this Sunday to deploy the EFSF funds. While he does so, he must also make sure his own country is implementing austerity measures and cleaning up its own fiscal balance, lest it weaken the whole EFSF edifice–all while he faces a presidential election next year.

France’s banking problems are based largely on its banks’ holding risky sovereign debt from other European countries–and mostly from Greece, whose fate as a debtor will also be considered at a critical meeting of European Union finance ministers this weekend. The larger the “haircut” that banks are ultimately forced to take from Greece, the quicker that country can get out from its spiral of economic austerity, falling confidence, and rising borrowing costs, but the bigger the risk to French banks.

Perhaps this is why EU bank regulators also flagged the idea Wednesday that the EFSF might guarantee bank debts, perhaps with a similar collateral scheme. In short, the plan is shaping up as a highly delicate and complicated balancing act, with many moving parts and ongoing risks. Keep your seatbelt on.
http://feeds.wsjonline.com/~r/wsj/marketbeat/feed/~3/cJXnvxBgDJw/

mardi 18 octobre 2011

Situation sur Auplata : Mise à jour

Je crois utile de rappeler que ce blog n’est pas un service de conseil boursier.

 

Après mon dernier commentaire, j’ai indiqué que j’étais positionné sur Auplata pour être transparent, et j’ai en outre indiqué que j’étais acheteur aux cours actuels, mais je dois insister sur le fait que je suis un investisseur de long terme sur les actions aurifères. Je ne suis pas du genre à faire des « coups » sur quelques jours avec des actions de ce type. Je peux être acheteur à 2,50 ou 2,20 ou 2 euros même. Sur le long terme, cela ne fera pas une grosse différence.

 

Sur les micro-capitalisations en particulier il faut se concentrer  avant tout sur les fondamentaux et ne pas se laisser distraire par les variations quotidiennes, car ce type d’action est aisément manipulable, par des investisseurs qui sont à peine plus dotés  que des « gros »investisseurs particuliers et qui n’ont pas besoin d’avoir de très gros capitaux pour faire bouger le cours (on ne parle pas de Warren Buffet là !).

Donc méfiance, restez factuels et évitez les forums Boursiers.

 

Suite à l’annonce de la semaine dernière il était prévisible qu’il y aurait des remous sur le titre et c’est effectivement ce qui s’est passé (et c’est encore le cas aujourd’hui, avec un cours à 2.12 au dernier pointage).

 

Dans ces cas là, ma stratégie est d’acheter par petites touches sur une période longue.

Il ne s’agit pas d’acheter un gros bloc d’action en une seule fois, car je ne prétend pas déterminer quel sera le point bas exact, mais plutôt d’acheter en plusieurs fois  la somme que l’on décide d’allouer à moyen terme.

 

Les fondamentaux de la société n’ont pas radicalement changé depuis l’annonce, Je ne croyais pas vraiment au procédé utilisant  Thiosulfate de Sodium avant l’annonce. Donc je maintiens mon commentaire de la semaine dernière suite à cette annonce.

Ce qu’on achète dans une société comme Auplata ce sont avant tout les réserves aurifères. C’est cela qui fait sa valeur à long terme.

 

Alex Kerala

 

Note : Ce  commentaire est purement indicatif et  ne constitue pas une recommandation d’achat.

Horloge Interactive de la Dette Mondiale



Source : The Economist:

lundi 17 octobre 2011

Superbe outil d'analyse de la disparité des revenus aux Etats-Unis

On comprend mieux à la lecture de ces chiffres, l'origine des mouvements Occupy Wall Street et des Indignés.
(car on pourrait sans doute faire la même analyse dans de nombreux pays...

>

1917-81: Bottom 90% captured 69% of income gains




>

1982-2000: Bottom 90% captured 23% of income gains




>

2001-2008: Bottom 90% had income losses (negative gains)





Source :
http://www.stateofworkingamerica.org/pages/interactive#/


Citation du jour

“I am not the friend of a very energetic Government.  It is always oppressive. “
Thomas Jefferson
(A croire qu’il a dû déjà croiser Nicolas Sarkozy.)




Je l’ai trouvé dans ce post. 



Retournement et décorrélation entre cours de l'Or et Indices Actions.

Je viens de remarquer à l’instant que pour la première fois depuis le mois d’Août, les indices actions et le cours de l’Or vont en sens contraire.

Indices Actions en baisse, Or en hausse.

 

Alors que pendant le mois de Septembre, la corrélation était totale entre ces deux classes d’actifs, entrainant en conséquence moult commentaires d’analyse naïfs (ou faussement naïfs) proclamant que l’Or n’était pas une valeur refuge.

 

Rappelons qu’historiquement le coefficient de corrélation entre l’Or et les Actions est proche de zéro.

 

Précisons en même temps qu’il n’y  a pas de corrélation inverse non plus (sinon le coefficient tendrait vers -1), c'est-à-dire qu’une baisse des actions ne garantit pas une hausse de l’or.

 

Il semble que les périodes temporaires de corrélation succèdent aux périodes de corrélations inverse (tout aussi temporaires ).

Cela provoque à chaque fois des commentaires qui extrapolent une tendance de court terme pour en faire une tendance de plus long terme et en faire une vérité absolue.

 

Ce qui est sûr néanmoins c’est que l’Or a évolué en sens contraire des actions depuis l’année 2000 environ.

 

Cette phase, même si elle a duré assez longtemps ne garantit pas que cette corrélation inverse durera pour toujours.

 

Il pourra arriver à un moment donné que l’Or se mette à baisser et que les Actions se mettent à monter sur le long terme (comme cela a été le cas entre 1980 et 2000), mais ces deux faits ne seront pas forcément simultanés et je ne pense pas qu’ils vont se produire tout de suite.

 

A court ou moyen terme, je reste haussier sur l’or et baissier sur les actions.

Mais si je devais choisir, je pense que la baisse de l’or interviendra bien avant la hausse des actions.

C’est pourquoi je penche parfois pour les arguments des déflationnistes.

Je pense que la hausse de l’or n’est pas forcément un signe annonciateur de l’hyperinflation, mais plutôt d’une tendance lourde de « deleveraging » et de course à la sécurité (soit en dollars, soit en or, soit en d’autres valeurs refuges dont la valeur n’est pas gonflée par la dette).

 

Et je pense en effet qu’on pourrait avoir une conclusion de la hausse de l’or dans un futur relativement proche  (environ 2 ans par exemple), mais que cette dernière phase peut très bien s’accompagner d’un doublement du cours par rapport au niveau actuel, et d’un accompagnement beaucoup plus ample du mouvement par les investisseurs particuliers (pour l’instant on en est pas encore là).

 

C’est ce qui s’était passé lors de la  dernière hausse de l’or à la fin des années 70 et au cours de l’année 1980.

 

Cette fois-ci la conclusion de ce cycle haussier pourrait passer par l’adoption d’un nouveau système monétaire mondial moins basé sur le dollar, car la politique de Quantitative Easing pratiquée par les Etats-Unis a un rôle trop déstabilisateur sur l’économie mondiale, et ne résoud rien sur le fond.

 

Mais cela ne les empêchera pas d’essayer à nouveau, de façon encore plus massive que les fois précédentes (QE 1 et QE 2).

Le catalyseur pour cette prochaine décision sera la prochaine vague de faillite d’une ou plusieurs entités (états souverains ET banques) .

 

vendredi 14 octobre 2011

Auplata annonce l'abandon de son expérimentation au Thiosulfate. Mon opinion...

Contrairement  à mes habitudes récentes  cet article va surtout concerner les actionnaires (actuels ou potentiels) d'Auplata société aurifère française opérant en Guyane Française.

Je le fais à la suite du communiqué paru ce matin, parcequ'il me semble assez important.

Donc  je cite :

(Cercle Finance)Auplata fait ce matin un rapport d'étape sur sa stratégie : en dépit de la volatilité du prix de l'or, ses prix de vente se maintiennent à des niveaux records et sa production progresse. Mais l'amélioration de sa rentabilité demeure insuffisante aux yeux de la direction, à cause notamment des procédés gravimétriques et de celui utilisant le thiosulfate de sodium. Le groupe veut maintenant recourir au traitement chimique du minerai privilégié dans l'industrie, comme la cyanuration.




Mon avis :


Honnêtement je n'y ai jamais trop cru à ce procédé au Thiosulfate de Sodium.

C'est la réflexion qui me vient à la lecture du communiqué d'Auplata d'ajourd'hui
Je pense que c'est bien d'avoir expérimenté le Thiosulfate, mais cela m'aurait fortement étonné si Auplata était arrivé à révolutionner toute l'industrie aurifères avec ses seuls petits bras.

Quand je voyais des débats passionnés sur le forum Boursorama consacré à l'évolution du projet de l'usine de récupération à base de Thiosulfate  de sodium, je ne pouvais m'empêcher de penser que le progrès de cette société n'était pas à rechercher dans cette  direction.


A mon avis, le problème d'Auplata a toujours été et continuera d'être un problème politique.

L’enjeu pour Auplata est de convaincre le pouvoir politique français de son sérieux et de sa bonne volonté pour obtenir des autorisations et augmenter sa production.

Il va falloir faire un effort pédagogique pour expliquer que le gouvernement n’a que deux options :

- Soit il empêche les sociétés industrielles de s’implanter et de se développer, et il doit dès lors faire face à l’afflux des orpailleurs clandestins qui ne prennent AUCUNE précaution écologique et qui représentent en outre des problèmes de criminalité et de régression sociale. Les autorités devront en outre continuer dedépêcher en permanence gendarmes et militaires dans la jungle et les zones non exploitées, avec des effectifs dérisoires au regard de la zone à couvrir.

- Soit il assume que le potentiel aurifère guyanais ne peut être développé qu’avec l’aide de sociétés minières ayant pignon sur rue et avec des méthodes contrôlées et éprouvées

Dans la deuxième hypothèse, le cyanure n’est hélas à l’heure actuelle que la seule méthode utilisée industriellement dans le monde entier. Elle peut être dangereuse si elle n’est pas maitrisée, en cas de rejet dans la nature. Et j’ai de la sympathie pour les préoccupations écologistes jusqu’à un certain point.

Mais il faut noter que toutes les sociétés minières ont l’habitude de gérer ces problèmes et qu’elles présentent l’avantage d’être soumise à la législation et d’être davantage contrôlées que les orpailleurs clandestins. (c’est un euphémisme). Le pouvoir politique doit dès lors prendre ses responsabilités et faire le meilleur choix, pour la France mais aussi surtout pour la population Guyanaise. Car c’est d’abord à eux qu’il faudrait demander leur avis et je crois savoir qu’ils sont favorable au développent « industriel » de leur ressources aurifères.
Dans ces conditions l’annonce d’Auplata de ce matin au sujet du Cyanure ne me surprend pas. Même si elle peut paraitre choquante par rapport au discours politiquement correct mais hypocrite.

J’ai même envie de dire « enfin ! ».

La seule chose qui me dérangeait vraiment au moment d’investir dans Auplata, c’était de me dire que cette société avait un boulet au pied par rapport aux autres sociétés aurifères que je connais bien. Elle ne serait jamais autant rentable que les standards du secteur si elle n’utilisait pas les mêmes procédés. Ce qui signifie que se ressources ne pourraient pas être valorisées à leur juste valeur.
Maintenant il reste à faire un effort pédagogique vis vis des politiques et des autorités de régulation.

Il ne faut pas oublier que Sarkozy avait tué dans l’œuf les perspectives d’implantation d’Iamgold en Guyane en 2008, et cela pour des raisons purement politiciennes et opportunistes (à l’époque il voulait se faire passer pour un grand écolo…).



Mais aujourd’hui, à l’heure du désengagement général de l’Etat en raison de son endettement et de la réduction du nombre de fonctionnaires et des aides sociales, comment favoriser le développement de la Guyane et favoriser son développement viable ?

La solution la plus REALISTE est de favoriser le développement « responsable » de son potentiel aurifère et le développement des entreprises française en priorité. Et il faut le faire avec les méthodes communément utilisées par ce secteur, c’est à dire en utilisant du cyanure et en empêchant les rejets dans la nature.

Toutes les personnes concernées finiront par l’admettre et je suis persuadé que des débats ont sûrement déjà eu lieu en coulisse.

C’est pourquoi, à court terme cette annonce risque de secouer un peu le cours de l’action Auplata, mais à moyen terme je crois que c’est plutôt une bonne nouvelle. Peut-être que la société va enfin arriver à  développer le potentiel de cette riche région aurifère.

Dans cette optique, ne pas gaspiller l'argent de la société dans une voie non rentable est une bonne nouvelle.

Je reste acheteur sur ce titre aux niveaux actuels. (2.53 euros)
Alex Kerala

jeudi 13 octobre 2011

Au cas où vous l'ignoreriez il faut un dictionnaire de traduction pour écouter le Gouvernement

Petit dictionnaire de traduction "Gouvernant vers Contribuable"

 
  • "Recapitaliser les banques" signifie "piocher dans vos économies de contribuables (via le budget de l'Etat)" . D'ailleurs "recapitaliser" signifie en réalité "payer la note" ou "combler un trou de trésorerie".
  • "Dexia" signifie "Crédit Lyonnais", seulement multiplié par 10.
  • "Sauver la Grèce" signifie en réalité "sauver BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole" qui leur ont prêté pour empocher de juteux taux d'intérêt.
 
D'ailleurs, la Grèce n'est pas vraiment le vrai problème.
Le vrai problème c'est la surexposition des banques aux risques de crédit souverain.

 
Derrière la Grèce, il y a l'Espagne, l'Italie puis la France.

 

La moindre dégradation de la note de ces pays a des conséquences en chaine sur les bilans des banques les plus exposées.

 

 Pourquoi autant d'exposition et d'effet de levier ? Pardi ! pour le profit biensûr (A condition que cela marche comme les analystes l'ont prévu. Sinon on pourra toujours se faire "recapitaliser" par l'Etat.)

 
N'importe quel spéculateur amateur sur les CFD ou le FOREX pourra vous expliquer les attraits et les dangers de l'effet de levier. Avec 1000 euros on peut spéculer sur 5000 (effet de levier 5) ou même 10 000 (effet de levier 10).

 

Les banques font la même chose, ni plus ni moins. La seule différence est une différence d'échelle et une bonne dose de collusion avec les politiques et les haut-fonctionnaires de Bercy (puisqu'ils sont allés aux mêmes écoles).

  
Pour information, l'effet de levier des banques françaises se situe entre 30 et 40 à l'heure actuelle.
Cela signifie que leur Actif et leur Passif correspondent à 30 ou 40 fois leurs fonds propres.

 
A ce niveau là une simple baisse de 3% de leurs actifs réduit à ZERO les fonds propres de la banque.

 
Si cela va au-delà, la banque aura une valeur NEGATIVE, c'est à dire que son propriétaire devra de l'argent à un peu tout le monde et représentera (si cette situation est révélée) le premier domino d'une longue suite de faillites.


La seule raison pour laquelle cela n'est pas encore arrivé après la volatilité de cet été, est que ces banques ont des bilans opaques qui contiennent de nombreux actifs qui ne sont pas valorisés à leur juste valeur.(Mark to Market).


En outre les autorités ne les forcent pas à révéler leur véritable situation financière. Au contraire, elles les encouragent à mentir, et participent elle-mêmes au mensonge.

 
Tout cela au nom de la "stabilité" et du "retour à la raison" proné à des marchés qui sont influencés par des rumeurs infondées et qui risquent d'entrainer une "Crise Systémique".

Bien évidemment, le risque de crise systémique existait AVANT que les marchés finissent par s'en apercevoir et vendent les actions des banques en conséquence.
Mais comme souvent on fait semblant de l'ignorer. Au nom de la "stabilité" et en vue d'éviter "la panique".

Certains continuent d'y croire, mais de moins en moins.
2011 aura été une année charnière dans l'histoire de la légitimité des gouvernements.

Il y a eu une telle succession de chocs (Printemps Arabe et ses suites , Catastrophe Fukushima et ses suites, NOUVELLE crise financière) qui sont tellement allés à l'encontre des discours lénifiants des politiques, que le degré de crédibilité des gouvernements est désormais proche de zéro, à juste titre.

Un mouvement comme "Occupy Wall Street" était impensable jusqu'alors dans la société américaine, société ô combien  anesthésiée, voire lobotomisée par les méthodes du marketing moderne.

Il a fallu que cette société se retrouve très mal pour en arriver là.

Tellement mal que les beaux discours et le "style" d'Obama n'ont plus cours.

On vit en direct l'explosion de la bulle de la "Communication".
Ces dernières années tout le monde était convaincu que le médium comptait davantage que le contenu et que les méthodes politico-publicitaire du "story-telling" suffisaient à faire passer la pilule.
Un autre dicton populaire c'était : "plus c'est gros plus ça passe".

Et certes je suis le premier à reconnaitre que cela peut fonctionner un certain temps.

Tout comme en finance, le cours d'une action ou d'un marché peut suivre une tendance qui l'éloigne durablement de sa valeur intrinséque. Il reste impératif de reconnaitre ce principa-là pour en profiter à court terme (à ses risques et périls)

Mais si l'on veut prendre une position sur le long terme ou si l'on veut apercevoir quelque chose qui ressemble un peu à la réalité du monde d'aujourd'hui, il est aujourd'hui impératif de commencer à penser par soi-même étudier les fondamentaux (un regard critique sur le bilan des banques par exemple) et  mettre en doute les discours des gouvernants actuels.

Il ne s'agit pas d'être catastrophiste, juste d'être réaliste.
Cela peut servir à gagner de l'argent en spéculant, mais aussi surtout apprendre à se protéger des mauvaises décisions (comme écouter son conseiller financier aveuglément).

Certes c'est assez compliqué et assez technique, mais nous avons aujourd'hui une petite chose qui s'appelle "Internet"

Alex


PS : La photo illustrative est tirée de ce site

 

La faillite de Lehman en 2008, est-elle réellement le danger à éviter aujourd'hui ?

Non, le problème vient plutôt de la survie et du renflouement continu d'institutions moribondes.

Comme on l'a déjà évoqué maintes fois, les autorité n'ont pas retenu la bonne interprétation de la crise de 2008, et se sont condamnés à la répéter en peut-être pire.

Voici une analyse qui l'explique très bien :

La question est pourquoi persiste-t-elle dans cette erreur :
Je répondrais : - orgueil, peur et conflits d'intérêt (les trois motivations essentielles d'un politicien).


From Peter Tchir of TF Market Advisors


Banks, Credit Events, And Sovereign CDS


As all of Europe is focused on avoiding a “Lehman Moment” and US stocks rally on the hope that some convoluted plan is devised to avoid default and Credit Events at any cost, I still can’t help but think the focus is misplaced and will do more damage than good.


Over the past few months, the CDS of Ireland and Portugal have diverged. Ireland and Portugal were neck and neck in a race to become the next Greece. Recently Ireland has improved, and although being only as bad as Italy is a somewhat dubious goal, there has been improvement. Is there any chance it is because they allowed 3 financial institutions to experience Credit Events? Allied Irish, Irish Life & Permanent and Bank of Ireland all had Credit Events. They settled without a problem, as is the norm (in spite of all the talk about CDS and Lehman, the CDS with Lehman as a counterparty settled using the ISDA “replacement” methodology, and all CDS with Lehman as Reference Entity also settled without a hitch). Is it a co-incidence, that Ireland the sovereign credit, did better once it let these institutions experience a Credit Event? I don’t think so. Is Ireland functioning better without this burden taking time and acting like an anchor around its neck? Yes!



Well, this must be an isolated case, right? Wrong. Here is what happened to Iceland.



Iceland as a country was deemed to be in deep trouble by the CDS markets. After the 3 banks failed it briefly got worse. Then guess what? It got better. Iceland didn’t support the banks, they didn’t give up sovereign funds for that, instead it started the process of rebuilding and is almost back to where it was when the whole crisis started. Virtually no other country trades tighter than it did in early 2008.


The story in the U.S. is harder to decipher. One story that can be explained by the data is that the US CDS reacted slightly negatively to the default of Lehman. The spread increased as the government bailed out AIG (by paying off the banks) and then increased dramatically after it became fully committed to never letting a bank fail. It is curious that not once since the government caved in to completely support banks at any cost, has the CDS traded as tight as it did in the week AFTER Lehman. For all the talk about the “Lehman Moment” maybe what we should be trying to avoid is the “Can’t Let a Bank Fail Moment”.



I am becoming more convinced that the “Lehman Moment” phrase has taken over and there is no rational thought of whether Lehman was merely a catalyst, a catalyst that was inevitable (if it wasn’t Bear, and it wasn’t Lehman, and it wasn’t Fannie, and it wasn’t AIG, it would have been something). Maybe the moment we should be trying to avoid is the one that allows weak institutions to exist. The weak institutions do not provide loans because they are too afraid of losses since they mainly survive by the good grace (and money) from governments at central banks. That is bad enough, but they crowd out new money. Who is going to go after markets where even a sleepy BAC could briefly wake up and crush you before you ever got started. I have heard of some interesting companies out there trying to provide loans to those who need them, but they can’t get any traction. Too Big To Fail aren’t too sleepy to allow potential competitors to grow.


Stocks can rally. Lehman Moment can be said 500 times today. Every politician can worry about the impact of triggering CDS. Every banker can claim the world would end if they are made to pay for their bad decisions. In the end, Iceland and Ireland both improved only AFTER they let banks fail. The US, for all the talk about Lehman, is only doing worse than that since it decided banks couldn’t be allowed to fail.


Banks, Credit Events, And Sovereign CDS:


jeudi 6 octobre 2011

Y-a-t-il une limite dans le Casino ?



Voici un nouvel article de Peter Tchir qui est devenu un de mes analystes favoris.
C'est un spécialiste du crédit  qui est diffusé fréquemment sur Zero Hedge.
Son suivi des problèmes de dette souveraine est très pointu et très à jour (il publie très fréquemment).

Je souscris totalement à son point de vue. En résumé, plus on retarde l'échéance de la restructuration de la dette et du défaut de paiement et plus les risques augmentent.

La stratégie de cordon sanitaire des gouvernants européens revient à augmenter la mise à chaque nouvelle manche, avec une augmentation croissante des risques systémiques.

Voici le texte original en anglais (j'ai essayé d'inclure la traduction Google pour les non anglophones, mais c'était trop inintelligible, et j'essaie de garder un certain niveau de français correct dans ce blog. Désolé mais dans ce cas je préfère fournir la version originale.).


Via Peter Tchir of TF Market Advisors



Europe is in the midst of doubling down again. In May 2010, Europe was going to save Greece to prevent the "problems" from spreading into Ireland and Portugal. In August 2010, Europe decided to save Ireland, Portugal, and provide more to Greece to stop the problem from spreading. In early 2011, Europe starting buying Italian and Spanish bonds in addition to Portuguese, Irish, and Greek bonds to stop the spread of the "problem" into Italy and Spain. In July, they increased the effort to save Italy, Spain, Portugal, Ireland, and Greece so the "problem" wouldn't spread to the banks. Now, in October, they are going to save Dexia and the banks and Italy, Spain, Ireland, and Greece, to save the world.



Europe has doubled down every chance they have had, and lost every time. The length of time before they are opening their wallet to put some more money on the table is decreasing. They are calling the pit boss over to see how much credit the casino will give them for their watch and car (they know they will win this time, so it's okay). They know their luck has to turn and this time they will win. Heck, they might even hit blackjack will everything on the line. Either that or they are at the table limit, they have run out of room to double down and are about to have to slink back to their room trying to figure out how to explain where their savings went and why they no longer have a watch and a car.



We are at that moment where the dealer is shuffling and we are waiting to see what hand Europe will be dealt. Maybe this time it will finally work. I doubt it, since the "problem" isn't dumb markets, it's an inability to pay back what is owed. No one is addressing the fact that too much debt has been incurred.



So let's assume for a minute that this latest strategy works. Europe spends some money and buys chunks of banks (I'm not sure why bank shares aren't acting as though they will be diluted, but c'est la vie). Let's assume EFSF gets fully funded, that it borrows some money to buy even more European debt and equity stakes and at same time ECB lends money to the bank based on any asset the bank wants to fund. Whew. Stocks are up and everything is "fixed". Frankly nothing is fixed, but Skilling will get some lawyers to sue the EU for copying his business practices.



But what happens if we get another round of weakness. It certainly seems plausible to me since the problems of ultimately paying back the debt haven't been solved. That next round of weakness, if we get it, will likely be caused by a global recession. Yes, at times it is easy to forget that allegedly the world economy is still growing right now. Europe seems to be going out of its way to create a black swan situation. If we get back into crisis mode, it will be because of weak economies (and there are signs even the mighty Germany is struggling) and this round of money shifting will make it even harder (or impossible) to bet one more time.



It is not too late for Europe to stop the madness. Let Greece default. Let Portugal and Ireland negotiate real haircuts on their debt. Let some weak banks (even large weak banks) fail. Then provide support. Support the best of the rest. Provide infusions. Create new institutions where necessary. Stocks will be lower, but a floor can be provided. Future growth potential can be created. By trying to avoid near term pain, they are ensuring that the next time, the market will be a lot lower before it bottoms and they will have fewer tools. Maybe the rating agencies will save Germany and France from themselves and downgrade them before they do irreparable damage to their own ability to borrow money.



Once again, I would be more excited about what Europe was trying to do if TARP had worked as well as people seem to say it did. Stocks did not bottom until long after after TARP was put in place. We also bottomed at a much lower level. Stocks were actually up a couple of days after Lehman defaulted. I often wonder how much of the bottoming process was just time and price and "fundamentals" rather than specific policies? I know that is contrary to everything our own Fed chairman believes, but I still believe that waiting until you see the white's of their eyes" makes policy far more effective and leaves a lot more ammunition in reserve.




Discours de Steve Jobs à Stanford (2005)




Via The Big Picture

mardi 4 octobre 2011

Voici pourquoi la Société Genérale et BNP Paribas sont en difficulté...

Ces deux banques se trouvent dans la zone qu'on pourrait appeler le contraire du "magic quadrant" cher aux consultants de tout poils .

Une zone définie par un bilan constitué d'actifs peu liquides et de sources de financements  à très court terme.