mardi 15 décembre 2009

Des nouvelles du "Gold/Oil ratio"

Cet article que j'ai repéré aujourd'hui, rejoint en grande partie les analyses que j'ai faites sur ce sujet.
(Voir cet article et cet autre article)


En résumé et en français, les conclusions ne sont pas très claires, mais grosso-modo, un ratio Gold/Oil élevé correspond à des attentes déflationnistes fortes (type "Dépression") voire hyper-inflationniste . Je sais cela peut paraitre un peu contradictoire.

A mon avis (ce n'est pas dans l'article) , un ratio bas correspond quant à lui à un appetit pour le risque fort et une volatilité faible.
Je pense donc qu'on pourrait rapprocher le ratio Gold/Oil de l'indicateur VIX par exemple.

Au sujet de l'évolution future de ce ratio, je penche pour une consolidation en W avant de nouveaux plus haut.

Voici l'article :
---------------

CAN THE RELATIONSHIP between gold and oil, two traditional bellwethers of inflation, give us any clues about our future economic prospects? asks Brad Zigler at Hard Assets Investor.What drives the gold/oil ratio exactly?

Just as sailors and aviators rely upon thermometers, barometers and other gauges to plot their courses, investors use indicators of their own to map the economic landscape. Among them is the gold/oil ratio...the price of one ounce of gold, as measured in barrels of oil.When taken separately, oil and gold can tip you to certain goings-on in the economy.

Oil tends to become more expensive when gross domestic product is on the rise, and gold turns bullish when the greenback falters.But what about gold's relationship to oil? Can this gold/oil ratio tell us anything about our current economic prospects?

Expressed mathematically as the per-ounce price of gold divided by the cost of a barrel of crude oil, the ratio tells you how many ounces of gold it takes to buy a barrel of oil. And even though oil and gold are thought to be bellwethers of inflation, their price movements aren't in lockstep.Since the 2001 launch of the current bull cycle, the correlation between US benchmark West Texas Intermediate (WTI) crude oil and the London morning gold fix is only 23%.

In fact, it's the lack of a tight correlation that makes the gold/oil ratio meaningful.The gold-oil ratio can vary widely over time. Since 2001, one ounce of gold could have bought between 6 and 24 barrels of oil. In mid-year 2008, as oil prices surged, gold scraped a historic low at a 6x multiple (a 6-to-1 ratio).A half year later, the ratio had rocketed to the 24x level after massive deleveraging sent oil prices down $100 a barrel but Gold Prices held their own in the post-Lehmans' deflationary slump.

Over the longer term – say, the past four decades – the average multiple for the gold / oil ratio has been 15 times. Keep that figure in mind. We'll come back to it in a moment.

With a little bit of hindsight, we may be able to parse a rationale for such dramatic shifts in the ratio, which in turn may help us determine if the ratio is in any way useful as an economic indicator. Given the fact that the gold/oil ratio just crossed above its 200-day moving average for the first time since mid-2008, this is a very timely consideration.Gold is rapidly becoming more "expensive", while oil is, relatively speaking, cheapening.

In general, Gold Prices rise most steeply when investors hoard metal in anticipation of some economic depredation, such as inflation, currency depreciation or bank failure. Oil prices, on the other hand, soften when a slowdown in economic activity is foreseen, i.e. recession.Those seem to be seemingly disparate messages.

Can you have both inflation and recession at the same time?Well, yes. After all, we suffered through a famous stagflation back in the 1970s and early '80s – proof that inflation and recession are not mutually exclusive.In fact, the last half-dozen domestic economic downturns were preceded by 20-30% declines in the gold/oil ratio. The 6x level reached last year was historic – and so, too, was the subsequent economic reversal and peak in the ratio of gold prices to oil.

Most interesting is that the 1970s' economic stall began with a substantial spike in oil prices, just as in 2008, followed by a stimulative monetary policy designed to counteract the resulting recession. We'll have to see if the runaway wage-price spiral that ensued is replicated in the next few years.Is that what the spike in the gold/oil ratio portends...? Well, sort of.

To a degree, the divergence in gold and oil prices reflects a disparity in how retail and institutional investors perceive inflation's timing. Retail investors have fewer tools at their disposal to combat the erosion of their purchasing power. While institutional investors can pinpoint their hedges with currency swaps and other sophisticated derivative strategies, mom-and-pop investors must rely on a smaller repertoire featuring physical Gold Bullion and its ETF proxies.

The Fed's current policy of quantitative easing is designed to generate more inflation over time to wrest the economy from its deflationary path. While we've seen a slowdown in the rate of CPI deflation, actual year-over-year upticks in consumer prices may yet be months away.Retail investors are much more likely to pile into their hedges early, bidding up gold, while institutional investors tend to hold back until a cyclical recovery commences. Even then, gold may be only one arrow of many in their quivers.This timing disparity allows a short-term deflationary thrust to develop, to be followed by an inflationary push. That's pretty much the pattern exhibited in the Hard Assets Investor monetary inflation index over the past year. Deflation was on order in the third quarter of 2008, which set up the rebound to a new index high in fourth quarter 2009.

Of course, there is an alternative notion. Remember that long-term 15x multiple...? In the past three weeks, the gold/oil ratio passed through the 15x level, which means the market could be finding equilibrium here at its historic average.That's doubtful, though, considering the Fed's stimulative policies. Unless the central bank is unusually adept at decelerating quantitative easing on the back end, inflation will be a likely feature of our future economy. Experience indicates the Fed is rather lead-footed.Not the best feature for a sailor or an aviator.

mardi 27 octobre 2009

Carte US des risques immobiliers




L'échelle montre le pourcentage des emprunts hypothécaires qui sont en retard de paiement ou déjà en train d'être saisi. Des pourcentages élevés sont en général un indice précurseur d'une nouvelle baisse des prix à venir. (puisque la saisie ou le risque de saisie, met sur le marché des biens à prix cassés)




Qui a dit que la crise immobilière était finie ?


La Californie et la Floride présentent déjà des rabais très important (de l'ordre de 30% parfois), bien plus attractifs qu'en France. Cependant il est encore sage d'attendre pour d'acheter une résidence secondaire là-bas.




jeudi 15 octobre 2009

Considérations automnales, Dow Jones 10 000, "Sell in May" y Tutti Quanti

Il y a un dicton boursier qui dit : "Ne confondez pas un marché haussier avec l'intelligence" ("Don't confuse brains with a bull market")

Cela signifie en gros, que lorsque tout, absolument tout monte, le fait de gagner de l’argent en bourse n’est pas forcément un exploit intellectuel.

C'est une phrase que je me suis répétée quelques fois ces derniers mois, alors que mon portefeuille boursier battait de nouveaux records.

En effet toutes mes positions en actions aurifères devenaient un peu trop gagnantes.(en particulier Euro Ressources mais pas seulement). En outre j'ai eu la chance, je dis bien la chance, car il faut absolument rester modeste, d'avoir complètement échappé au crash des aurifères de l'année dernière.

Mais après avoir vécu auparavant mon lot d'expériences successivement euphorisantes et déprimantes en bourse, et ayant atteint l'âge vénérable de 36 ans j'ai pris la résolution de ne jamais plus me laisser emporter par les émotions et le sentiment d'infaillibilité.
Je sais que cette résolution elle-même est peut-être présomptueuse, mais je crois avoir appris une ou deux choses depuis que j'investis et spécule en bourse.
Ainsi, fin Septembre, j'ai commencé à amputer une partie de mes gains sur les aurifères en prenant une position baissière sur le CAC 40. (perdante jusqu'à présent)
Cela a eu le grand avantage de tempérer l'euphorie qui risquait de me gagner.

Bien sûr, une autre façon plus académique de voir les choses, consiste à dire que j'ai "couvert" ("hedge") mes positions. Mais bizarrement, je commence à préfèrer la façon plus psychologique de voir les choses.
Car l'euphorie mes amis, est bien le plus grand ennemi du trader.

En tout cas la stratégie a fonctionné, puisque la perte latente sur ces positions baissières sur le CAC a augmenté jusqu'à amputer "légèrement" mes gains considérables. (Dow Jones 10000 cela vous dit quelque chose ?)

Et hop, un peu d'humilité et une saine dose de doute.

Mais pas trop, bien sûr.

Car finalement, et malgré les positions de court-terme qui peuvent changer, je garde le cap de mon appréciation long-terme de la situation, que j'ai privilégié depuis environ 2005-2006.

A mon avis la thèse des "inflationnistes" a été validée durant les 6 ou 7 derniers mois, qui se manifestera probablement par un parcours spectaculaire sur la période la plus défavorable de l'année ("Sell in May" vous vous souvenez ?)
Bien sûr, il peut encore y avoir une forte correction d'ici la fin Octobre (d'ailleurs mon "hedge" baissier est bien là pour ça aussi), mais il est fort peu probable que la période Mai-Octobre 2009 devienne négative.
A moyen terme cela signifie que la tendance baissière est invalidée, et peut raisonnablement parier que la période Novembre 2009-Mai 2010 sera également positive, quelque soient les aléas et les corrections qui pourraient survenir.


Ce scénario est cohérent avec l'idée selon laquelle les autorités ne laisseront pas une spirale déflationniste se développer. (c'est ma thèse depuis longtemps)
Il y a plusieurs arguments "massue" qui peuvent défendre ce point de vue, mais le plus puissant à mon avis est le rôle du dollar.
Il s'agit d'un argument géopolitique. (auquel j'ai jadis fait allusion en citant Emmanuel Todd "Après l'empire")

Oui, le dollar a du poids sur la scène économique internationale, ce n'est pas juste une unité de compte, et sa sortie de la scène ne se fera pas sans mal.
Les comparaisons avec la déflation japonaise sont sans objet: ces deux pays n'ont pas le même poids géopolitique, ni la même situation budgétaire.
Les comparaisons avec la dépression américaine des années 30 sont également sans objet, car les Etats-Unis ne sont plus sous un régime d'étalon or, et ne sont plus un pays net créditeur.

Dès lors les Etats-Unis d'aujourd'hui choisiront toujours le chemin de moindre résistance face à la crise actuelle : un pays aussi débiteur et qui a un tel poids géopolitique usera nécessairement de son influence jusqu'au bout, c'est à dire jusqu'au moment où le dollar aura perdu une grande partie de sa valeur face aux autres devises et aura perdu définitivement sa crédibilité.
Nous n'en sommes pas encore là, mais c'est bien le chemin qui a été pris cette année avec les plans de relance à gogo, les déficits abyssaux et la hausse absurde des marchés action.

L'autre argument que je trouve assez puissant est l'argument historique.
Lorsque l'on relit Fernand Braudel (en particulier le tome 2 de "Civilisation matérielle, économie et capitalisme"), on ne peut s'empêcher d'observer des parallèles entre les manipulation de la monnaie du temps des monarchies de l'ancien régime, et les marchés de capitaux d'aujourd'hui.
Aujourd'hui comme hier, les positions dominantes sont toujours exploitées pour davantage de profit, et le marché n'a jamais été le règne du libre échange et de l'équité.

De façon opérationnelle, que doit-on en déduire ?

Et bien oui, il faudra bien suivre et profiter du marché haussier en bourse, mais en sachant qu’il s’agit une tendance alimentée principalement par l’inflation monétaire qui se prépare.
Il faut donc être sélectif dans ses choix d’investissement et se concentrer à mon avis sur les matières premières et les métaux précieux. (via les trackers, ETF ou via les Futures)

Quant aux actions des sociétés du secteur, elles offrent les opportunités les plus alléchantes, mais à condition de bien analyser les fondamentaux, et surtout de na pas se tromper dans le timing

Il s’agit à tout pris de se prémunir contre les inévitables corrections qui ne manqueront pas d’arriver , ou bien de prévoir un horizon d’investissement suffisamment long et de se préparer psychologiquement à ces aléas.
A ce propos, je reparlerai prochainement de timing et d’opportunités sélectives.

mercredi 7 octobre 2009

Rumeurs, rumeurs...(Où l'on reparle encore de la relation Pétrole/Or.)

Apparemment, la raison avancée par certains pour expliquer la récente hausse de l'or est une rumeur concernant des discussions entre différents pays pour remplacer le dollar par un panier de monnaie, dont l'or (cf Article de Robert Fisk dans "The Independent")



C'est un peu un serpent de mer dans les milieux Goldeux (j'en ai parlé dans ce blog d'ailleurs) mais cela m'a vraiment étonné que cela soit repris dans les grands media cette fois-ci.



Il semble vraiment se passer quelque chose, mais quoi ?



Serait-ce une tentative d'intimidation pour dissuader les Etats-Unis de faire n'importe quoi avec leur monnaie pour relancer l'économie ? (les chinois ont déjà fait passer ce genre de message).

S'agit-il d'une rumeur lancée par quelques spéculateurs assez puissants pour monter une opération pareille et en profiter (on sait que certains fonds, dont celui de John Paulson, qui avait profité de la chute des subprimes, sont fortement positionnés sur les mines d'or).



Dans les deux cas, il me semble que le mouvement est bel et bien lancé, et d'un point de vue technique, il correspond de résistances importantes. (cf l'analyse de Clive Maund, qui après avoir été très sceptique a émis une alerte haussière)



Par ailleurs, l'analyse contrarienne reste en faveur de L'or (cf l'analyse de Mark Hulbert), puisque les newsletter ont encore réduit leur exposition à l'or, et le scepticisme règne toujours.



Pour ma part j'ai de nouveau renforcé mes positions sur les mines d'or et d'argent (Harmony Gold, Coeur d'Alene, Minefinders, Yamana Gold, Auplata et biensûr Euro Ressources).

J'ai aussi accru un peu ma position en BX4 pour "Hedger" un peu le risque de correction sur les marchés actions.

Inflation vs Deflation le débat (encore...)

Ces dernières semaines, le podcast « Financial Sense Newshour» a consacré quelques heures au débat « Inflation vs Deflation », et cela a évidemment attiré mon attention. Mais ce qui m’étonne le plus c’est que ce débat ne fasse son apparition que maintenant.

Je me souviens que l’année dernière, ou même avant, c’était déjà un des thèmes de prédilection de ce blog (où j’avais mentionné le blog d’un déflationniste : « Tropical Bear »)

Pourquoi ce retard pour traiter de ce débat et prendre en compte les deux faces de l’argument ? Peut-être est-ce parce que Financial Sense (qui par ailleurs est un site très richeen informations) est un site qui penche plutôt pour les investissements dans le pétrole, les matières premières et les métaux précieux.

Après avoir été méchamment secoué l’année dernière, ils sont sans doute devenus plus circonspect et veulent donner leurs chances aux arguments déflationnistes.

Personnellement, j’ai toujours penché pour la thèse « inflationniste », mais avec davantage de doutes que les « hardcore goldbugs » et les partisans de l’école autrichienne.
Ils peuvent avoir raison sur le long terme. Mais combien de temps l’investisseur d’age moyen est-il prêt à patienter : 10 ans, 20 ans ,30 ans? Sans doute pas.


L’année dernière je considère que j’ai eu de la chance d’avoir échappé au krach des minières et au krach « tout court » en possédant essentiellement des actions Euro Ressources (qui ont subi une OPA et dont le cours a été « gelé » pendant cette période)
.
Mais ce krach avait de quoi ébranler les plus fortes convictions inflationnistes.
Pareil pour le krach du pétrole qui est passé de 150 dollars à 30 dollars en quelques demaines…pareil pour le krach immobilier et du crédit qui, déjà rampant, a pris une nouvelle dimension: comment peut-on nier que cela a un impact très fortement déflationniste ?

Mais le débat « inflation vs deflation » est biaisé à mon avis.

De quoi parle-t-on exactement ? De la Masse Monétaire, de la quantité de crédit, de l’indice officiel de l’inflation, de l’inflation « perçue » ?

Est-ce que ce débat a réellement une signification ?

Plus j’avance dans ma « quête » financière, plus je respecte les arguments de l’analyste technique pur. Peu importe les raisons d’un mouvement, du moment que l’on suit la bonne tendance.
Toutes les théories prévoyant la déflation ou au contraire l’inflation

Il reste à mon avis nécessaire de connaître un maximum de données fondamentales sur un secteur donné ou sur l’économie pour investir. Mais c’est une erreur de s’attacher à une école de pensée et de perdre sa neutralité d’investisseur, qui permet de laisser filer les gains mais aussi de couper les pertes sans états d’âme.

Les deux qualités essentielles de l’investisseur restent pour moi la souplesse d’esprit puis la discipline.

Les partisans de ces deux thèses (Inflation et Deflation) opposées manquent souvent de la première qualité.

Quant à moi je reste un agnostique sur ce débat.
Je suivrai le marché haussier de l’or tant qu’il durera, mais je n’hésiterai pas à sortir le jour où tout le monde prévoiera la hausse alors que la baisse sera entamée.

lundi 28 septembre 2009

Un retour aux ratios

J'ai sensiblement augmenté ma position baissière sur le CAC40 durant ces deux dernières semaines. (je viens d'ailleurs d'en rajouter une louche aujourd'hui).
J'utilise pour cela le BX4, qui me parait assez simple et évident à mettre en oeuvre (pas de Warrants pour moi).
Dans le même temps j'ai maintenant arrêté de liquider mes positions sur mes mines d'or et je viens de racheter du Harmony Gold.

En résumé, ma position consiste à profiter d'une hausse du ratio actions aurifères/actions généralistes durant les prochaines semaines ou mois.
Je viens de lire une analyse d'Adam Brochert (de Juin dernier) qui me conforte dans cette position, car le dernier paragraphe analyse le ratio $XAU/$SPX. (Indice des Mines d'or par rapport à l'indice Standard & Poors qui est un indice actions assez large).

Ce qui est possible (sinon probable), c'est que lors de la prochaine baisse des marchés actions (si elle intervient), les mines d'or baisseront moins comparativement au reste des actions.

Si cela arrive, cela serait un signe très fort de confirmation d'une nouvelle tendance favorable aux investissements aurifères (qui avaient été fortement chahuté l'année dernière).


------------------

June 02, 2009
The Gold Stock Secular Bull Market by Adam Brochert

Secular bull markets last a decade or two and are the reason for the old adage of "buy and hold." From 1982 to 2000, there was little to be gained for most investors by trading stocks as the market did so well over that period you could just buy the Dow Jones and watch your wealth grow. From 2000 until now, however, the general U.S. Stock market has been in a secular bear market and profits have been ephemeral. The 2003 to 2007 bull market was in fact a mirage of inflation and rapid credit expansion (i.e. severe U.S. Dollar debasement).
Such debasement becomes apparent when the Dow Jones is priced in ounces of Gold, as Gold is the oldest and most stable form of money humans have discovered to date, with an historical record of thousands of years of use as a currency. Paper fiat currencies (i.e. currencies backed by nothing but promises and government decree) have a lifetime usually measured in decades. As an example, the Euro is looked at as a major and stable international currency and yet has only been in existence for about 10 years! The U.S. Dollar changed from a true Gold-backed currency in the early 1900s to a watered-down quasi-Gold-backed currency in 1933, to a currency backed by nothing in the early 1970s.
Discerning the value of things requires a more stable measuring stick and though far from perfect, Gold fits that bill better than any currently used currency. As the chart below (stolen from the fine site www.goldmoney.com) demonstrates, the Dow Jones fluctuates significantly in value when priced in Gold. Counter to conventional "wisdom" and financial teachings, this chart makes buying and holding general stocks for the long haul seem kind of silly unless you are born in the right decade, since we all have finite life spans.










For example, someone who started working and saving in 1940 would find that 40 years later, in the year 1980, the Dow was actually worth less than 40 years earlier when priced in Gold. This, of course ignores dividends, which are not a trivial part of long-term returns, but I think the point is a good one: buy and hold only works some of the time and you better be holding the right asset class!
And don't get me wrong - the same "buy and hold doesn't always work" statement can be used for Gold, real estate and oil and other commodities. This is a natural long-term cyclical phenomenon that all asset classes go through. In fact, the Dow to Gold ratio (i.e. the "price" of the Dow Jones divided by the price of an ounce of Gold in U.S. Dollars) is a measure of investor sentiment. This ratio swings between financial assets (i.e. stocks) being in favor (i.e. ratio is going higher) and out of favor (i.e. ratio going lower).
When the ratio is declining, it means that Gold and its leveraged counterpart Gold stocks are outperforming general stock market indices like the Dow Jones or S&P 500. There has been a confirmed secular trend change on long-term charts that is not yet close to being completed and that change presents a significant opportunity for long-term steady investment profits.
Take a look at the long-term chart above again and notice how the long-term trend is now down for the Dow to Gold ratio (it is even further down than this slightly out of date suggests as the Dow to Gold ratio was just below 9 at Friday's close). To display the same recent ratio data in another form, below is a 29 year monthly log-scale chart of the Gold price divided by the Dow Jones to display the data in a more bullish light for the Gold sector (i.e. the Gold to Dow ratio):

The clean long-term trend line break is now well established and we are headed back up the opposite way until we get back to near the top seen in 1980. This could happen at a Gold price of $2000/ounce or $10,000/ounce, but I think something closer to the former is more likely if the current deflationary forces continue. The point is that Gold will outperform the general stock market indices and thus stocks are not worth the risk. When burying pieces of metal in the backyard provides a similar or better return compared with stocks, it is time to buy a shovel and some pieces of metal (at least then you know what you're getting yourself into unlike most Lehman Brothers or Citigroup investors!).
But I want to focus on the Gold miners, as I think they are set to outperform the Dow Jones, S&P 500 and the Gold price for at least the next 5 years. Here is a similar ratio chart of the $XAU (i.e. the Philadelphia Gold & Silver Index), which is an index of blue chip large Gold mining stocks, divided by the S&P over the past 25 years (monthly plot on a log scale):


Now keep in mind that the $XAU represents the "boring" large cap/blue chip miners. Once the big stocks get moving, the medium and small caps stocks will follow and provide even larger, although riskier, gains. Gold stocks have already been moving up since the Panic of 2008 November stock market lows and most Gold stocks have gained well over 100% and many over 200% since these lows. Senior gold stocks, as well as general stocks like those in the S&P, are near an intermediate term top.
Once this top is reached, a correction will occur that should provide yet another good long-term buying opportunity later this year for new money looking to buy Gold stocks. I believe another general stock market plunge is imminent and that newer lows are ahead for the S&P 500 well before 2009 ends. Gold stocks, on the other hand, will simply be making a correction and won't be making lower lows again for several years.
The Gold stock secular bull market has begun and it promises to be a good one. Those willing to risk their savings in the stock market who are not experienced traders should put their money to work buying a basket of Gold mining stocks and should avoid "regular stocks" for the next few years. The time to buy for the current spring intermediate-term bull move in Gold stocks has passed, but a new buying opportunity will be upon us this summer. Patience will be a profitable virtue in this sector for years to come.

mardi 15 septembre 2009

Quelques positions baissières

Il y a quelques temps j'ai écrit qu'il ne fallait pas perdre de vue la possibilité d'un environnement fortement inflationniste dans lequel même les indices boursiers (contre toute logique) resteraient orientés vers le haut.

Cependant j'ai quand même initié quelques positions baissières depuis quelques jours., tout en prenant quelques bénéfices sur mes positions dans les mines d'or.

Il s'agit d'un positionnement assez léger pour l'instant mais qui pourrait être amené à croitre en fonction du comportement des indices actions face aux résistances graphiques importantes qu'ils sont en train de croiser

Pour faire simple, il s'agit de faire de la gestion de risque.

Même si le scénario inflationniste est pour moi le plus probable, on ne peut exclure une petite correction saisonnière d'ici la fin Octobre.

J'ai été en veine depuis 2 semaines et je compte bien le rester.

mercredi 2 septembre 2009

Ma position actuelle sur Euro Ressources

Comme j’ai été autrefois très actif sur le forum Euro Ressources, je me suis dit que cela pouvait intéresser quelques uns de savoir où je me situais aujourd’hui par rapport à Euro Ressources et ses développements récents.Tout d’abord, un petit rappel.L’année dernière j’était « lourdement » positionné sur Euro Ressources juste avant l’OPA, et j’ai donc pris cet événement plutôt comme une bonne chose.(+30% du jour au lendemain c’est toujours agréable sur de grosses sommes).Ensuite j’ai gardé toutes mes actions jusqu’au dernier moment en espérant un renchérissement d’Iamgold. Mais dans le contexte de l’année dernière c’était en fait peu réaliste.J’ai aussi été un peu déçu par le revirement de James Dunnett, mais là encore, dans le contexte de l’année dernière, on ne peut pas vraiment lui en vouloir.Beaucoup ont crié au scandale et au « pot de vin », mais il suffit de regarder l’évolution des actions aurifères de l’année dernière (qui se sont littéralement écroulées de façon indiscriminée) pour se convaincre que la décision de Dunnett était sans doute la meilleure pour les actionnaires à court et moyen terme.Si l’OPA avait échoué, EUR aurait sans doute visité les profondeurs des cours pour quelque temps et je ne suis pas sûr que beaucoup auraient eu la patience d’attendreDonc je pense rétrospectivement que l’OPA a été une bénédiction pour les actionnaires à plus d’un titre. 1. Elle a préservé les actionnaires2. Elle a permis à certains actionnaires de sortir à un cours plus raisonnable que celui qu’avait subi l’action depuis 1 an.En fait l’OPA était sans doute inscrite dans les cours et dans l’histoire d’Euro Ressources depuis bien longtemps. Et cela est reflété dans l’analyse graphique.Certes, la véritable valeur de l’action à moyen terme est plus élevée du fait du cours de l’or et de l’expiration du hedge.Cependant, comme nous le savons tous, les marchés sont rarement rationnels (et par ailleurs Iamgold avait sûrement pesé sur le cours bien avant son entrée sur la scène avec l'OPA)Ceci étant posé, quelle est ma position aujourd’hui ?Au moment de l’OPA j’ai apporté 80% de mes actions car je savais qu’il deviendrait difficile de libérer ce capital rapidement avec un flottant et donc une liquidité réduite.Par ailleurs je souhaitais redéployer ce capital sur d’autres actions aurifères qui avaient été indûment massacrées et qui offraient des opportunités.Par la suite, cependant, j’ai racheté des actions autour du cours de 1.20 euros.Après avoir vendu une partie de cette position à 1.70 lors de la récente hausse, j’ai depuis racheté aux alentours de 1.40Je suis donc toujours confiant sur le potentiel à moyen terme, quelques soient les circonstances (retrait, ou distribution de dividendes)Au sujet des perspectives de l’action, je pense que les intérêts des actionnaires ne sont pas forcément divergents avec ceux d’Iamgold.La société Iamgold possède déjà 85% du capital donc une revalorisation de l’action ne leur pose sans doute pas de problème désormais (c’est AVANT, qu’ils ne souhaitaient pas la voir monter)Paradoxalement, l’action est sans doute plus libre d’évoluer en phase avec le cours de l’or qu’en 2007-2008 lorsqu’Iamgold préparait son coup en « cappant » probablement le cours de l’action.Je pense donc que désormais c’est le cours de l’or qui fera toute la différence entre un feu d’artifice et un pétard mouillé pour EUR.

mardi 25 août 2009

Etat des lieux fin Août

Ces derniers mois , je suis devenu de plus en plus dubitatif à propos de l’évolution du marché.

Je suis actuellement positionné principalement en actions aurifères et cet investissement a été plutôt profitable depuis le début de l’année, mais je crains comme toujours les évolutions brutales de ce secteur.

J’ai été complètement épargné par le carnage de l’année dernière, grace à l’OPA sur Euro Ressources, et j’ai pu ensuite me replacer à bon compte sur quelques bonnes sociétés (notamment Yamana, Minefinders, et Cœur d’Alene).

Par ailleurs j’ai refusé jusqu’à présent de me positionner pour jouer la baisse des marchés actions, bien que j’estime plausible le scénario d’un nouveau krach à l’automne.

En même temps si ce scénario se produisait, il risquerait d’entrainer les aurifères à la baisse comme l’année dernière.

Et pendant ce temps, les indices ont continué leur cavalcade vers de nouveaux plus hauts , ce qui pose de nombreuses questions.

Non seulement parce que c’est l’été, ce qui peut encourager le soupçon de manipulation par le PPT et les grandes banques comme Goldman Sachs, mais aussi parce que plus les indices montent et plus la pression augmente et incite opérer un nouveau positionnement : soit pour profiter de ce retournement et donc acheter, soit pour profiter de la rechute qui risque d’arriver en se positionnant à la vente.

Parallèlement à cela, Quid du cours de l’or et du forex ?

En résumé, il y a un doute et il faut le résoudre. Mais comment ?

Pour cela j’établis la liste des arguments en présence, par ordre de priorité croissante.

Le marché a une fâcheuse tendance à prendre un maximum de gens à contrepied.
C’est une chose que j’essaie de ne jamais oublier et c’est pourquoi l’analyse « contrarienne » figure en tête des méthodes que j’utilise, pour naviguer dans les eaux troubles de l’investissement et de la spéculation.

La deuxième méthode que j’utilise en priorité est l’analyse technique , car elle a l’avantage de contenir en elle tous les arguments et les outils possibles pour expliquer le marché, qui est avant tout le produit de la psychologie des foules. Le tout est de savoir les déchiffrer.

Et en dernier, vous l’avez deviné, c’est l’analyse fondamentale. Car bien qu’elle ne contienne que des faits avérés, elle n’est utilisable en matière d’investissement que sur des horizons de temps très longs, qui dépasse souvent la patience de la plupart d’entre nous.

Sur les différents marchés, j’établis également une priorisation.
Ainsi, le marché qui prime d’après moi, c’est le Forex, car c’est le plus liquide et le plus difficile à manipuler.

Viennent ensuite les marchés actions (au sens large) et enfin le marché des matières premières , qui est plus volatile et plus facilement manipulable.
L’or quant à lui, occupe une position intermédiaire (en tant que devise et matière première) puisque c’est à la fois une devise et une matière première
L’or est donc manipulable, mais jusqu’à un certain point (on y reviendra)

D’après ces deux priorisations (en matière de méthode d’analyse et en matière de marché) , que nous dit la situation actuelle ?

Le message « officiel » actuel est que la situation s’améliore. C'est déjà en soi un signe qui incite à la méfiance d'un point de vue contrarien.
Les arguments de cette thèse est sont que les marchés actions remontent, alors dans le même temps le dollar reste stable en dépit des déficits abyssaux qui sont en train d’être creusés pour relancer l’économie.

Cependant, le dollar qui est un marché difficilement manipulable et donc qui ne ment pas à priori, semble être maintenu à bout de bras d’après sa configuration graphique. Car le contrôle de ce marché s’avère plus difficile que celui des marchés action en période d’été.

En même temps, à force de manipulation et/ou de stimuli et de plans de sauvetage, les marchés action ont démontré un réel rebond du point de vue de l’analyse technique et il faut en tenir compte. (il ne faut pas aller contre la tendance).

Il est donc probable que le dollar craque avant les marchés actions, ce qui serait tout à fait en phase avec la corrélation inverse que l’on a observé depuis quelques temps.

En résumé : le dollar craquerait, les marchés actions tiennent, tout comme les matières premières, et au premier rang desquel, l’or.

Cela ressemble finalement furieusement à un scénario inflationniste.

Or, ce scénario, qui n’a plus tellement la cote ces derniers temps (avec le succès des thèses déflationniste l’année dernière) pourrait bien prendre tout le monde à contrepied cette fois-ci (analyse contrarienne, vous vous souvenez).

En fait, l’année dernière, à l’approche de l’été, si l’on se souvient bien, c’était l'analyse inflationniste qui avait la cote.

Le pétrole atteignait des sommets, toutes les matières premières étaient en forte hausse et on parlait des émeutes de la nourriture. On parlait aussi beaucoup d’inflation.

Mais on a finalement eu une bonne dose de déflation représentée par son émissaire naturel, un krach boursier de proportion historique.

Moralité, une fois de plus les contrariens avaient eu raison. Et seuls les vendeurs à découverts ont été gagnants durant cette période, et non les partisans de l’or.

Mais aujourd’hui, où se situent les véritables contrariens ?

Je défendrais l’idée qu’ils se situent dans le camp des inflationnistes, car malgré leurs arguments convaincants sur le long terme, ils n’attirent plus grand monde, et suscitent plutôt le scepticisme des gens soi-disant "bien informés". Car le krach des aurifères de l’année dernière a sans doute eu raison de beaucoup de monde, même des plus patients. La plupart des petits investisseurs se sont réfugiés en « cash » et rien d’autre.

Pour l'instant je reste donc positionné sur les aurifères.

Dernier détail : la saisonnalité va devenir très favorable prochainement.

mardi 28 avril 2009

Sell in May and go away !

Je reste confiant dans mon pronostic d'une correction significative
avant d'obtenir une vraie hausse du marché action.
Je ne vois aucun intérêt de se positionner à l'achat aujourd'hui.

Le rally haussier de ces derniers mois a été assez douloureux pour les
bears, mais il a l'avantage d'offrir de nouvelles opportunité de jouer
les Puts.

Au final, je m'en remets à la saisonnalité qui se vérifie sur une très
longue période.
La période de Mai à Octobre est toujours la plus faible de l'année.
Quand nous sommes en outre dans une phase baissière de long terme, ces
deux faits se conjuguent pour offrir des perspectives assez sombres.
Il y aura un rebond du marché actions dans les prochains mois, mais ce
ne sera pas pour tout de suite.
Je dirais plutôt qu'une nouvelle panique entre le printemps et l'été
offrira des points d'entrée intéressants et que la prochaine phase
Novembre 2009-Avril 2010 pourrait être (enfin) une période de hausse.

jeudi 23 avril 2009

Retour sur le Ratio Gold/Oil

Un petit commentaire sur ce ratio est pour moi l'occasion de revenir poster sur ce blog.

Faisons un petit bilan : Mes prédictions sur le Gold/Oil ratio se sont finalement vérifiées, à savoir qu'il a rebondi de façon spectaculaire, mais pas exactement pour les raisons que j'anticipais (espérais ?).

En réalité la plus grande partie du rebond a été causé par la baisse du pétrole, plutôt que la hausse de l'or. Comme dirait l'autre, "les voies du seigneur sont impénétrables". Plus étonnant encore, les minières n'ont pas profité (encore) du rebond de ce ratio, qui pourtant leur est extrêmement favorable (leurs coûts sont principalement énergétiques et leurs revenus indexés sur l'or).

Que doit-on en déduire ?
La crise actuelle, même si beaucoup l'ont anticipé est assez "chaotique" et marquée sous le signe de la peur. Aucune valeur n'a trouvé grâce aux yeux des investisseurs, et même pas l'or. Peu de spéculateurs ont donc su en profiter car tout a baissé, et ce n'est pas dans la nature humaine de la plupart des investisseurs de parier sur la baisse. Il faut dire aussi que c'est habituellement très risqué. Mais nous ne sommes pas dans une période habituelle.

Cependant, même cette période là passera. Et chacun des événements aura ses conséquences, chacune des actions auront leurs réactions. Seul le timing est difficile à prévoir et surtout dans des périodes d'extrême volatilité. Nous sommes programmés pour déduire des tendances des événements récents alors que nous devrions en permanence prendre du recul et regarder les véritables tendances de long terme.

Graphique Long Terme Dow Jones /once d'or


Une petite remarque : nous sommes aujourd'hui aux alentours de 10, mais nous ne sommes sans doute pas arrivés au bout du chemin.

jeudi 2 avril 2009

Remarquable synthèse d'un ancien économiste du FMI

Un des meilleurs articles que j'ai lu ces derniers temps, et qui m'incite à sortir un nouveau post sur mon blog.

Voici le lien de cet article de Simon Johnston paru dans "The Atlantic" de Mai.

Un article qui résume très bien comment nous en sommes arrivé là.
L'aspect politique est particulièrement bien vu.

A méditer...

lundi 23 février 2009

Le sentiment des investisseurs n'a pas encore capitulé







D'après l'analyse du "smart money" vs "dumb money", (selon laquelle un signal d'achat se présente lorsque les investisseurs avertis sont nettement haussiers alors que les investisseurs particuliers sont baissiers), nous n'en sommes pas encore à une situation de rebond.










Il faudra donc aller plus bas pour que des opportunités se manifestent. (lorsque le "dumb money" aura réelleement capitulé)


De mon coté, après avoir pressenti un rebond depuis fin Octobre, je dois avouer que mes bénéfices ont été maigres de ce coté là. Je me replace donc résolument dans le camp des baissiers, même si ce sera pour une courte période. Je ne suis pas un Vadeur acharné car j'essaie d'avoir une stratégie équilibrée, cependant, il faut suivre la tendance, et je devrais peut-être m'appliquer à dépasser mon biais "acheteur".

J'ai profité de quelques vades sur les derniers mois, mais bien moins que j'aurais pu le faire.




Les mines d'or se sont avérées un coup bien plus judicieux sur ces trois derniers mois, plutôt qu'un hypothétique rebond des indices actions. Et d'ailleurs c'est à ces mines d'or que je dois l'essentiel de mes gains depuis trois mois.





J'ai maintenant pris en partie mes bénéfices sur ce secteur, mais je reste néanmoins positionné, car il se peut que le meilleur reste à venir. J'ai aussi des réserves pour renforcer le cas échéant.



Si l'analyse Smart Money Dumb Money vous intéresse, voici le graphique fourni par Guy Lerner :




1. Dumb Money indicator :
















































2. Smart money indicator :













jeudi 19 février 2009

La suisse menacée par la banqueroute


Après avoir massivement prêté aux pays d'Europe de l'Est, la Suisse est-elle menacée par le syndrome Islandais ?


Tiré d'une interview dans le "Tagesanzeiger " daté du 17 février 2009







Switzerland threatened with bankruptcy

Swiss banks have given billions of credit to Eastern Europe - now the
customers cannot pay back the money. Switzerland is threatened with the fate of Iceland, says economist Arthur P. Schmidt.


In countries such as Poland, Hungary and Croatia, the Swiss franc has become an important currency. Thousands of households and small firms took out loans in Swiss francs, and not in the national currency zloty, forint, or kuna because of lower interest rates. In Hungary, 31 percent of all loans are in Swiss currency. Amongst household loans, they are almost 60 percent.


Borrowers in distress

Now, the financial crisis has ended the era of cheap credit. As a result, Eastern European currencies are falling. At the end of September, one had to pay 46 francs for 100 Polish zlotys. Today it is 30 francs. That means more and more borrowers are having problems with interest payments and repayment. So the question is what
effect this has on the Swiss financial marketplace. One who sees a dark future
for Switzerland is economic expert Artur P. Schmidt. He believes that the Swiss
franc is in danger because of the loans in Eastern Europe.

In Poland, Hungary and Croatia, the Swiss franc has become an important foreign currency - the dollar, so to speak, of Eastern Europe. Thousands of households and businesses have franc loans. Why?

The rapid growth in many countries of Eastern Europe
was stimulated through loans in Swiss francs. Swiss banks and offshore
institutions loaned the local banks francs, which passed the francs onto their
customers. The loans were attractive because borrowers pay interest rates much
lower than required for loans in local currency.

Now, this system has been shaken?

Yes, the system has only worked as long as the exchange rate between
the franc and the currencies were reasonably stable. But that is not currently
the case. For example, the Hungarian forint and Polish zloty have lost over a
third of their value against the Swiss franc in recent weeks. Because of the
devaluations of the national currencies, the debt to Switzerland has increased
by more than one-third. Many of the Eastern European countries have serious
payment difficulties, and are virtually bankrupt.

What does this mean for Switzerland?


It is likely that a significant proportion of the total 200 billion U.S. dollars of Eastern European loans were issued in Swiss francs.
According to a report by the Bank for International Settlements worldwide franc
loans equivalent to around 675 billion U.S. dollars are in circulation - which
was about 150 billion directly from Switzerland, 80 billion of Great Britain and
about 430 billion U.S. dollars through offshore financial centres. How many of
these loans have gone bad is not known. But even if the failure rate is 20
percent, the banks would lose a lot of money.

Is the federal government going to intervene now?


If the banks require a massive writedown of such loans,
above a certain magnitude, the government must intervene. This is already
happening via the Swiss National Bank. In Poland, it has made several billion
francs available to the local central bank so that Polish banks can cover the
loans. At the same time, the Swiss National Bank inquired by the European
Central Bank whether it could borrow money in an emergency. This is a clear
warning sign that the Swiss franc could be under huge devaluation pressures in
the near future.


Swiss banks were too careless in their lending in Eastern Europe?


Yes, indeed. Many bankers wanted to earn a lot and neglected the
risks. The National Bank is also at fault as it did not intervene. In addition,
the regulator and the politicians completely failed.

What Switzerland must do now?

Now, the possible losses caused by these loans must be made transparent.
Above all, all of the Eastern European risks must be fully disclosed. Together
with the loan losses from UBS and Credit Suisse, the entire writedown for
Switzerland could exceed the Swiss gross domestic product.

That is to say?

Switzerland, like Iceland, is threatened with a potential national
bankruptcy. One consequence would be that the Swiss currency could fall
massively in value — possibly even crash. Another would be that Switzerland’s
credit rating would be massively downgraded. That would be a trauma for the
country: Switzerland was always as a stronghold of stability. The franc could
become an unstable soft currency. Then Switzerland would perhaps be forced to
abandon the franc and take on the euro.

Source : Credit Writedown