mercredi 24 mars 2010

Hausse de l'Or en Avril ?

Plusieurs indices laissent à penser que la prochaine phase de hausse de l'or s'effectuera autour de la fin Mars-Début Avril.


Ce qui nous laisse environ une semaine encore de correction voire d'un consolidation horizontale


Tout d'abord la saisonnalité du marché haussier de l'or depuis 2000 rend probable ce timing (pas certain, mais probable).



Je vous renvois à l'analyse d'Adam Hamilton (Zeal) sur ce sujet (cf graphique ci-dessous)


En outre nous sommes actuellement en train de former une figure de type Epaule Tête Epaule Inversée sur le cours de l'or.


Il faut savoir que ce type de figure donne souvent de faux signaux, et une invalidation d'une telle figure donne lieu à un fort mouvement inverse.

Donc, il faut être conscient que ce risque existe. Cependant, il arrive que les figures les plus évidentes se confirment aussi.

Au final, du fait de la saisonnalité et des nombreux éléments fondamentaux actuels, je penche plutôt pour une nouvelle phase de hausse, au moins jusqu'au milieu du printemps.

Cette hausse accompagnera en outre la hausse des indices action.

Pour résumer, je penche vers un scénario similaire à 2006
Cela signifiera une très forte volatilité au cours du printemps et de l'été, et beaucoup de difficulté pour trouver les points d'entrée et de sortie.


Il faudra prendre garde à être bien présent dans le train quand celui-ci va partir, mais il faudra aussi savoir en sortir à temps.

Cette prochaine hausse sera sans doute "euphorisante" pour beaucoup d'entre nous car nous allons probablement battre de nouveaux records de l'once en dollar.

Et c'est sans doute à ce moment là qu'il faudra sortir au moins pour quelques mois.

On pourra rester positionné un peu plus longtemps mais avec un risque accru durant l'été.
Mais d'ici là nous allons probablement assister à une correction à court terme, qui devrait fournir de bon points d'entrer. J'en profiterai aussi pour déboucler mes positions baissières sur les indices action et renforcer sur les mines d'or.

D'ici 10 jours il faudra agir pour se racheter. Mais à l'heure actuelle, à 3925 sur le CAC40 je pense que l'on n'est qu'au début de la phase de baisse de court terme et que l'on arrivera sans doute aux environs de 3700 avant de repartir à la hausse pour le paroxysme de la hausse cyclique qui se terminerait à la mi-Mai 2010.

mardi 23 mars 2010

Les mines d 'or et les autres...

Point de situation:

Je viens de liquider le reliquat de ma position en ETF Lyxor Base Ressources.

Pour info, cet ETF réplique l'indice Stoxx des actions de sociétés productrices de matières premières, et en premier lieu les minières comme BHP Biliton, Rio Tinto, Anglo American et Xstrata (avec aussi quelques aurifères, mais très minoritaires sur cet ETF).

J'aurai au final encaissé environ 7% de PV sur cet investissement en 1 mois et demi, mais je prévois à court terme une petite correction des marchés actions ainsi que des matières premières, donc je préfère en rester là.

Je compte cependant me replacer plus bas.Parallèlement à cela, j'ai accru ma position en BX4 (ETF doublement baissier sur le CAC40), et je garde pour l'instant mes actions de mine d'or.Jusqu'au mois de Mai je compte profiter de ce canal de trading qui se profile, avant de prendre une position plus franchement baissière à l'approche de l'été.

Je continue de penser qu'il y aura une divergence entre les actions aurifères et les actions généralistes, à moyen terme.

Lors de la prochaine correction des marchés actions on pourrait assister à une résistance des aurifères au contraire de ce qui s'est passé en Octobre 2008.

Ce n'est pour l'instant qu'un pari assez minoritaire (les investisseurs dans les aurifères ne se bousculent pas encore).

Et si cela ne se produit pas de cette façon, je n'hésiterai pas à couper mes pertes.Par ailleurs mes positions sont couvertes par des doses "généreuses" de positions baissières sur le CAC40, en particulier lors des phases de retournement.

Je suis conscient que cette stratégie pourrait être assimilée à "ménager la chèvre et le chou", mais je préfère ne pas me prononcer définitivement sur les débats à teneur stratosphérique entre tenants de l'inflation et de la déflation (débats très intéressants au demeurant).

jeudi 11 mars 2010

Production d'or par pays


Au sujet des Juniors aurifères...


Je suis actionnaires d'Auplata et d'Euro Ressources depuis un bon moment (2006 pour EUR et 2009 pour ALAUP), et je pense qu'elles ont probablement encore du potentiel.Cependant, il est nécessaire de garder les yeux ouverts sur d'autres opportunités qui ne sont pas nécessairement cotées à Paris, puisque l'univers des aurifères éligibles au PEA est assez limité (EUR et ALAUP essentiellement).
En dehors des grosses et moyennes capitalisation que j'ai déjà en portefeuille (comme Iamgold, Yamana Gold, Royal Gold et Silver Wheaton), j'ai commencé à m'intéresser aux aurifères micro-cap et small-cap (aussi appelées "Juniors") cotées à New York.
En voici une première sélection cotées pour la plupart sur l'AMEX, le NASDAQ ou le NYSE. (accessible via tout bon courtier français).
Je précise qu'elles sont à des stades d'avancement très différents les unes des autres.Certaines ont juste des propriétés et des programmes d'exploration, d'autres prévoient de commencer la production dans un délai de un an, et d'autres enfins viennent tout juste de commencer leur production.
Leurs capitalisations boursières vont de 40 Millions$ à 800 Millions$
Anooraq Resources Corporation (ANO)
Augusta Resource Corp. (AZC)
Cardero Resources Corp. (CDY)
Corriente Resources Inc. (ETQ)
Entree Gold Inc. (EGI)
Great Basin Gold Ltd.(GBG)
Jaguar Mining Inc (JAG)
Kimber Resources Inc.(KBX)
Metalline Mining Company (MMG)
Minco Gold Corporation (MGH)
Minefinders Corp Ltd (MFN)
Mines Management Inc. (MGN)
Quaterra Resources Inc. (QMM)
Tanzanian Royalty Exploration Corp. (TRE)
Timberline Resources Corp (TLR)
Sur cette liste, j'en ai déjà sélectionnées 3 que j'ai en portefeuille.J'en parlerai davantage plus tard si cela vous intéresse.En attendant, avez-vous des suggestions ou des commentaires concernant les Juniors aurifères ?

Les ventes d'or du FMI : ironique et cocasse...


A la lecture de cet article : http://www.safehaven.com/article-16057.htm, on ne peut que rigoler franchement sur la saga des ventes du FMI.Je trouve en effet assez amusante la tournure qu'a pris les événements concernant les ventes d'or du FMI.Il y a quelques années, des analystes sérieux et même de nombreux investisseurs sur l'or ne pouvaient s'empêcher de réfléchir aux conséquences dramatiques qu'auraient les ventes de l'or FMI sur le marché de l'or.Le FMI lui-même ne cessait de proclamer qu'il voulait à tout prix éviter de "destabiliser" le marché de l'or en vendant ses réserves.Ce qui est amusant (et ironique) désormais, c'est que chaque nouvelle vente d'or du FMI ou bien le prémices d'un vente d'or du FMI, entraine maintenant une hausse du prix de l'or.A chaque fois, on s'aperçoit que l'Inde ou la Chine est sur les rangs, et ne voudraient à aucun prix rater cette opportunité.En même temps, ils ne veulent pas que la moindre pointe d'intéret tangible exprimé par eux ne fasse exploser à la hausse le prix de l'or, ce qui gènerait leurs achats ultérieurs.Car derrière tout cela, il ne faut pas oublier que la proportion de l'or dans les réserves des banques centrales de la Chine et de l'Inde est infime, comparé aux stocks des pays occidentaux.Donc désormais chaque vente du FMI sera l'occasion d'un rappel de cet état de fait et une bonne raison pour faire monter les cours de l'or.Ironique n'est ce pas lorsque l'on se souvient des arguments des baissiers qui il y a quelques années nous rebattaient les oreilles avec les ventes d'or du FMI...

mercredi 10 mars 2010

Argumentaire intéressant concernant le débat Inflation/Déflation


Dans cet article, Dan Denning, analyse de façon subtile les arguments en faveur et contre la déflation.

Il confesse modestement que la séquence entre déflation et inflation n'est pas forcément évidente à trouver (il y aura forcément des dévaluations au cours de l'implosion du système bancaire en cours) mais que le résultat ultime sera bien l'inflation à mesure que le gouvernement prend les choses en mains.

L'argument ultime pour l'inflation est politique, et je le rejoins sur ce point.
La lecture des travaux de Fernand Braudel (Civilisation Matérielle, Economie et Capitalisme XVème-XVIIIème siècles) , m'a convaincu depuis longtemps sur l'universalité de ce phénomène de dévaluation par les gouvernants.

L'inflation est la solution la moins douloureuse pour les gouvernements, surtout lorsque l'on dispose de moyens "politiques" illimités,
Dans notre cas actuel, c'est bien la position dominante du dollar qui permettra sa dévaluation méthodique.

Certes, il faut une puissance étatique à la mesure de la destruction de crédit en cours, mais c'est bien un défi qui est dans les cordes de l'hyperpuissance américaine, même si cela signifie la nationalisation de l'économie.

On en est pas à un paradoxe près.

Biensûr me direz-vous nous parlons ici des Etats-Unis et non de l'Europe, mais l'expérience récente nous a montré que la course à la dévaluation se déroule en escalier et que l'Euro n'est pas en reste.

mardi 9 mars 2010

Etude sur les actions aurifères

Je suis actuellement en train de lister et analyser méthodiquement les actions du secteur aurifères.J'utilise pour cela Google Finance, ainsi que la liste des composants du GDX, du GDXJ, ainsi que du TSX Venture Exchange (allant ainsi des Large Caps aux Small Caps)
J'ai ainsi un éventail suffisament large pour pouvoir sélectionner les meilleurs candidats présentant le meilleur rapport bénéfice/risque.
Je suis actuellement tenté d'acheter des juniors, pour remplacer mes actions qui sont assez peu dynamiques (comme Royal Gold par exemple).
J'ai récemment acheté Jaguar Mining dans cette optique.
J'ai aussi pour objectif une diversification géographique, sachant que la majorité de mes investissements sont actuellement en Amérique du Sud (Minefinders, Silver Standard, Yamana Gold)
J'ai en vue Lihir pour cette raison.
Mais surtout je pense que c'est maintenant le moment de choisir des juniors pour profiter au maximum de la phase de hausse qui se profile et qui risque d'être courte.Cela pourrait compléter avantageusement ma position en Auplata et Euro Ressources que je dois conserver mais que je ne devrais pas trop augmenter, par souci de gestion du risque.
En analysant le marché des juniors, j'ai constaté que certaines actions avaient déjà fait des parcours assez impressionnant au cours de l'année 2009.
Il faudra donc éviter d'arriver trop tard (ou trop tôt) sur l'une de ces valeurs.
Pour l'instant, les candidats sont : Cardero resources (CDY), Anooraq Resources (ANO), et Quaterra Resources (QMM), je viens d'ajouter Corrriente Resources, Agusta Resources et Timberline Resources.



Je viens d'ailleurs d'acheter Timberline Resources

jeudi 4 mars 2010

Feuille de Route Mars 2010


Edito
(daté du 4 mars 2010)


Pour faire court : Environ 2 mois de hausses et de baisses avec une volatilité croissante jusqu'en Mai...

On va sans doute osciller autour de la MM30 hebdo, (de quoi désarçonner les fans de Weinstein.)

La période Octobre-Mai se terminera sur une petite baisse. (CAC inférieur à 3600). Cela peut paraitre anodin, mais cela veut dire quand même que la saisonnalité des marchés actions sera contredite une fois de plus du fait de la force du cycle baissier enclenché en 2007.

Je ne pense pas qu'on dépassera le niveau des 4060 au cours de la phase de hausse qui interviendra dans cet intervalle (d'ici à fin Mars-début Avril) .Mais il est possible que cette hausse soit même stoppée à 3955. Ce qui signifie qu'il est risqué d'être acheteur au niveau actuel. Le rapport risque/bénéfice est clairement défavorable.

C'est pourquoi je recommence à accumuler les positions baissières qui m'avaient été profitables en Janvier. J'accélererai l'accumulation autour des 4000.

Ensuite, on assistera probablement au début d'une nouvelle vague de baisse plus soutenue autour de la mi-Mai, avec cependant de fortes hausses de courte durée entre l'été et l'automne.

Nouveau point bas atteint au mois d'Octobre Novembre 2010. (aux alentours de CAC 2500) puis un début de remontée avant la fin 2010. Cela représenterait une baisse d'environ -30% sur l'année 2010, soit moins que 2008 (-43%), mais suffisament traumatisant pour désespérer les dernières mains faibles.

On pourra alors établir les bases d'un nouveau marché plus solide, mais cela sera sans doute long et chaotique.Par ailleurs, il est probable que l'inflation repointe le bout de bon nez à ce stade du cycle économique.

Pour établir ce scénario je me suis basé principalement sur la saisonnalité (Sell in May) et des prinicpes d'analyses techniques de base. Cependant les données macroéconomiques vont sans doute participer à ce scénario en arrière fond.

On va sans doute réaliser à nouveau au cours de l'été 2010, que les espoirs de reprise étaient vains et que la reprise de l'immobilier tant claironnée en France, était un leurre.

La découverte de cet état de fait participera à un nouveau Krach (baisse brutale) au cours de l'année 2010.Il est d'ailleurs probable que ce krach arrivera plus tôt qu'attendu : au cours de l'été plutôt qu'en Octobre. Peut-être même avant la fin Juillet (comme en 2007).

La crise n'a pas encore montré son vrai visage. La capitulation des investisseurs n'a pas eu lieu.
Le phénomène nouveau qui risque de se produire serait un découplage entre les actions du secteur des matières premières (Mines, Secteur Agricole et énergétique) et le reste des actions.

A priori, cela semble contre-intuitif car cela fait un moment que ces deux actifs sont corrélés.
Le "reflation trade" consiste justement à parier sur une dose réussie d'inflation qui fait monter le prix de tous les actifs et relance la croissance.Mais Je crois qu'on peut parier sans trop de risque que cette politique finira par échouer, car tous les actifs ne vont pas tous croitre à la même vitesse, et cette politique finira par une hausse des prix à la consommation.

Pour l'instant, le secteur des matières premières, du fait de sa petite taille, souffre d'une volatilité au dessus de la moyenne, ce qui rend le secteur peu attractif pour beaucoup d'investisseurs.On a pu ainsi observer une hausse stratosphérique des prix du pétrole au printemps 2008, avant une chute tout aussi vertigineuse à l'été 2008.

De la même façon on risque d'avoir une forte volatilité du secteur au cours du printemps 2010. Il s'agira de rester dans le train le plus longtemps possible mais de sortir à temps.Dans une perspective long terme, cela sera gagnant (surtout si l'on "hedge" avec des positions baissières sur les indices actions "généralistes"), mais à court terme, attention les secousses.

De telles évolutions "en dents de scie" risquent de se reproduire, lors des nouveaux chocs liés aux crises du crédit (cette fois-ci des états souverains).
Au final (à long terme), le prix des matières premières se retrouvera à un niveau très élevé, car la monnaie dans laquelle elles sont exprimées sera durablement dévaluée.

Je ne crois pas tellement à une hausse du dollar à long terme, comme le prédisent les déflationnistes (c'est un euphémisme, en fait, car la baisse du dollar est un de mes postulats de départ).

La volonté du gouvernement américain d'imposer sa puissance, pour le meilleur comme pour le pire est une des constantes depuis plusieurs décennies, et cela ne risque pas de cesser.
Certes il y a aussi une tendance lourde de libertarianisme et de rhétorique anti-gouvernement, mais le complexe militaro-industriel, ainsi que le poids de Wall Street et du Big Business ira toujours dans le sens d'une politique monétaire laxiste.Sans même compter les théories économiques dominantes.

La dévaluation compétitive du dollar a été un des instruments de la puissance américaine, envers ses vassaux européens depuis très longtemps.
Cette arme est désormais utilisée par les chinois, (qui exploitent non pas le statut de monnaie de réserve mais leur seule taille critique et leur dynamisme industriel). Mais cette tendance ira jusqu'à rendre toutes ces dévaluations compétitives inefficaces.On verra même les européens tentés par la dévaluation compétitive : le laisser faire récent à l'égard de l'euro est révélateur.La prochaine étape est sans doute le protectionnisme. (on en voit les prémices avec l'affaire ridicule de pédales de frein de Toyota aux Etats-Unis).

A terme, il y aura diminution des échanges et ralentissement de la croissance mondiale, et même une récession mondiale, lorsque le système d'échange Etats-Unis-Chine sera rompu.
A première vue, cela devrait entrainer une diminution de la demande mondiale de matières premières (c'est la thèse défendue par les déflationnistes).Mais à ce moment là le "génie" de l'inflation sera définitivement sorti de la bouteille, et continuera d'alimenter la hausse séculière des matières premières, en se conjuguant aux pics de production du pétrole (ne pas oublier ce "détail"), mais aussi de l'or, et d'autres matières premières.

Toutes ces perspectives ne sont pas réjouissantes.Il ne faut pas se leurrer, nous entrons dans un cycle économique de long terme très délicat, que l'on peut rapprocher d'un "Hiver de Kondratieff", c'est à dire de la phase descendante d'un cycle long qui aurait commencé en 1991 et dont le point de saturation vient d'être atteint.Ce qui suivra sans doute, cela sera 15 ans de crise larvée, sans doute exacerbés par la course aux ressources naturelles et le protecionnisme. Les Etats-Unis, en tant que puissance militaire hégémonique, ne vont certainement pas calmer le jeu. Cela ne serait pas dans leur intérêt, car ils sont déjà inexorablement sur la pente descendante (l'Europe aussi d'ailleurs).

Mais là je me suis aventuré sur le terrain du Très Long Terme, qui n'est pas très réjouissant et je ne voudrais pas vous déprimer en cette belle journée ensoleillée.
Profitez-en tant qu'il est tant. ("Long Term we're all dead" - John Maynard Keynes)

Tout ceci n'est évidemment que mon humble avis de spéculateur amateur et j'accueille avec plaisirs les commentaires et les échanges constructifs.

Bonne chance et Bons Trades

Alex Kerala