samedi 31 mai 2008

Gold/Oil ratio, prenons du recul...

Ce graphique et les articles qui l'accompagnent sur le site Zeal LLC sont la raison pour laquelle je me suis intéressé à cette corrélation et aux opportunités dans le secteur de l'Or, il y a déjà un moment. (D'ailleurs je rend hommage à Adam Hamilton et Scott Wright.)

Ce graphique date de 2005, mais il est toujours valable.
A l'heure actuelle, nous sommes toujours dans un ratio extrêmement bas par rapport à des données historiques (environ 6.6)

Et pourtant la corrélation entre l'Or et le Pétrole se vérifie sur plus de 60 ans.

A un moment, il faudra que ce paradoxe se résolve, d'une façon ou d'une autre, et je doute que ce soit par une baisse brutale du pétrole.

Le prix de l'or est contrôlé par les autorités, j'en ai bien peur (bien que je ne sois pas adepte des théories de la conspiration), tout simplement parceque une hausse des métaux précieux est toujours un très mauvais signe envoyés aux simples citoyens : cela montre clairement que la monnaie papier n'a pas réellement de valeur intrinsèque.

Certes la hausse du pétrole inquiète les consommateurs, mais sans doute pas autant que la hausse de l'or inquiète l'épargnant. La hausse du pétrole peut toujours être expliquée par des facteurs fondamentaux ou géopolitiques qui camoufle la responsabilité des banques centrales.
Alors que la hausse de l'or rappelle à chacun notre inconscient collectif : à savoir que la monnaie papier ne vaut que les promesses des gouvernants, alors que l'or a une véritable valeur intrinsèque.

C'est pour cela que le marché de l'or, bien qu'il soit bien plus petit que le marché du pétrole a un rôle plus symbolique, que les autorités tenteront de manipuler.

Cependant il faut aussi se rappeler que nulle manipulation de marché ne peut perdurer indéfiniment. A un moment donné, il y a des craquements dans l'édifice, puis une véritable déferlante.

Voilà ce qui explique le niveau extrêmement bas du Gold/Oil ratio et qui pourrait fournir les bases d'un rebond durable.

Liste des plus grandes sociétés minières aurifères


Il s'agit de la composition de l'indice GDX, et qui fournit donc en creux l'importance de la capitalisation boursières des sociétés minières aurifères (dont certaines extraient également de l'argent, comme SSRI et Coeur d'Alene)

De nouvelles secousses à venir ?


Des analystes d'UBS ont déterminé que la prochaine journée de haute tension pour les marchés sera celle du 18 juin. Selon eux, cette date entre en conjonction avec des événements clés sur l'International Money Market (IMM), une division du Chicago Mercantile Exchange.

L'IMM traite principalement des futures sur devises ou taux d'intérêt dont les règlements sont typiquement fixés à des dates précises, les « IMM dates ». Le 18 juin prochain est celle qui verra l'échéance des contrats futures sur les dépôts en dollars en dehors des Etats-Unis, de même que les contrats basés sur les taux interbancaires (Libor).

Tous les 3 mois, ce marché s'est tendu à une vitesse vertigineuse. La date fatidique est riche en rupture de règlements, principalement sur les comptes que détiennent les banques au sein de banques étrangères. Au vu de ces ruptures, ces dernières prennent vite la décision de réduire les prêts aux banques incriminées. L'IMM traite aussi les 62 000 milliards de USD de contrats CDS qui permettent aux investisseurs de se couvrir contre le défaut de paiement d'une dette d'entreprise. Ces contrats ont leurs échéances fixées le 20 du dernier mois de chaque trimestre. Prochaine échéance : le 20 juin. Les jours qui précèdent sont toujours agités, particulièrement pour ces banques qui ont montré des défaillances dans leurs règlements. Elles voient leurs appels de marge augmenter, les forçant à vendre des actifs dans l'urgence. Le mois de mars a connu une pression inédite sur le marché des CDS.

Pour vérifier, procédons à un petit retour en arrière. Le 14 septembre, Northern Rock dévisse de 32 % après avoir demandé une aide d'urgence auprès de la Banque d'Angleterre. Le 12 décembre, les banques centrales annoncent leur plus grosse action concertée depuis le 11 septembre 2001. Le 14 mars, la Fed sauve in extremis la banque d'investissement Bear Stearns.

A méditer...

Source : d.cash

Une citation pour expliquer la crise actuelle



“Like gold, U.S. dollars have value only to the extent that they are strictly limited in supply. But the U.S. government has a technology, called a printing press (or, today, its electronic equivalent), that allows it to produce as many U.S. dollars as it wishes at essentially no cost. By increasing the number of U.S. dollars in circulation, or even by credibly threatening to do so, the U.S. government can also reduce the value of a dollar in terms of goods and services, which is equivalent to raising the prices in dollars of those goods and services.”


Ben Bernanke, November 21, 2002


Traduction :
"Comme l'or, les dollars américains, n'ont de valeur que dans la mesure que leur stock est limité. Mais le gouvernement américain détient une technologie, qu'on appelle la presse à imprimer (ou aujourd'hui, son équivement électronique), qui lui permet de produire autant de dollars qu'il le désire pour nu coût quasiment nul. En augmentant le nombre de dollars en circulation , ou même en menaçant de façon crédible de le faire, le gouvernement des Etats-Unis, peut aussi réduire la valeur d'un dollar en terme de marchandises et de service, ce qui est équivalent à augmenter le prix en dollars de ces marchandises et services."

Ben Bernanke, qui est l'actuel président de la Banque Centrale U.S. , a déclaré cela en Novembre 21, 2002, bien avant qu'il accède à ce poste.
Maintenant le brave homme a l'occasion de pratiquer ses théories.

Comment investir dans les matières premières ?



Voici un résumé des principaux indices composites sur les matières premières, qui peut servir de point d'entrée dans cet univers :

Goldman Sachs Commodity Index (GSCI)
Dow Jones AIG Index (DJAIG)
Reuters-CRB Index
The Rodgers International Commodities Index (RICI)
Standard & Poor’s Commodity Index


Il faut remarquer que ces indices ne sont pas contruits suivant la même méthodologie, et n'ont pas les mêmes pondérations. Certains tiennent compte principalement de la valeur de la production mondiale (exemple : le GSCI, dont 75% est composé de l'énergie) alors que d'autres pondèrent davantage les métières premières en fonction de la liquidité des futures traités. Enfin le RICI, qui est le plus diversifié est celui qui inclue des mtières premières avec un volume de transaction faible (comme le bois et le caoutchouc).
Celui-là a ma préférence.

A cause des méthodologies qui varient, les performances de ces indices sont donc sensiblement différentes.
En outre certains comportent des sous-indices (exemple : le RICI agriculture)

plus de détail sur ce Site

vendredi 30 mai 2008

EURO Ressources: liquide le hedge sur l'or pour 2008.


Hier je parlais du dehedging de l'industrie aurifère.
Voici maintenant un exemple concret concernant la société Euro Ressources SA, qui vient d'annoncer un nouveau de-hedging aujourd'hui.

Voici le communiqué complet
James Dunnett, le Directeur Général s'est engagé dans un programme de rachat complet du hedge depuis Décembre 2007, en utilisant tout le Cash Flow dégagé à chaque trimestre.

Ce programme est maintenant bien avancé, puisque l'intégralité du hedge de 2008 a déjà été
racheté.

Le reliquat du carnet de hedge (qui s'étalait initialement jusque fin 2009) sera très probablement racheté d'ici la fin de 2008, comme s'y est engagé plusieurs fois J. Dunnett.

Par ailleurs, on peut remarquer que celui-ci semble avoir un certain sens du timing pour les dates de ses rachats en profitant des points bas du cours de l'or (comme actuellement). Je cite

"La baisse récente du cours de l'or a permis la liquidation du solde du hedge sur or restant a un prix comptant d'en dessous de 900 Dollars l'once d'or", explique l'entreprise

C'est donc très prometteur pour la suite, d'autant que le cours actuel est très attractif.

Sur la question des stock-options J. Dunnett a également apporté les clarifications nécessaires qui permettront de rassurer de nombreux actionnaires soucieux de leur investissement.
Cela était nécessaire et Mr Dunnett a donc été bien fait d'apporter ces précisions, qui bénéficient à la réputation de la société.
Dont acte.

Je sais qu'il y a des actionnaires d'Euro Ressources parmi les lecteurs de ce blog, et j'aimerais bien avoir vos commentaires sur ce sujet.
A vous de jouer !

jeudi 29 mai 2008

Le De-hedging atteindra 10 Millions d'onces d'or en 2008



Sur le site miningmx, on apprend que le dehedging global pour toute l'industrie minière aurifère a atteint 4 millions d'once rien que pour le premier trimestre 2008, et qu'en se basant sur les programmes des sociétés minières, 7 millions devraient s'y ajouter en 2008

Le carnet de hedge global à la fin du T1 2008 est de 22,7 millions d'onces.

Bush pourrait attaquer l'Iran avant la mi Aout

Je sais que par le passé, on a entendu beaucoup de bruits de botte en ce qui concerne l'Iran (déjà en 2006 il me semble), et que finalement, il n'en a rien été, mais cette fois les sources et le timing me semblent plausibles.

C'est Asia Times online, qui nous présente l'info, et ils sont plutôt bien informés en général.
Je cite :
The source, a retired US career diplomat and former assistant secretary of state still active in the foreign affairs community, speaking anonymously, said last week that the US plans an air strike against the Iranian Revolutionary Guards Corps (IRGC). The air strike would target the headquarters of the IRGC's elite Quds force. With an estimated strength of up to 90,000 fighters, the Quds' stated mission is to spread Iran's revolution of 1979 throughout the region.
Les grands media n'en ont pas parlé, mais cela ne veut strictement rien dire pour l'instant.

Le fait est que cette attaque ne serait pas motivée par la fabrication d'armes nucléaires (dont il n'y a aucune preuve) mais plutôt par l'influence grandissante de l'Iran, en partie aidée par les prix du pétrole mais aussi l'enlisement des américains en Iraq.

D'ailleurs l'objective serait uniquement les forces spéciales iraniennes : les forces Quds qui sont actives en Iraq (et qui sont aussi d'ailleurs aussi le nom de missiles lancés sur Israel par le Hezbollah)

Donc suivons cela de près.
Cela pourrait expliquer "à postériori" la hausse vertigineuse des prix du pétrole.
A suivre...

GDX / GLD, la suite...

Je rappelle que GDX est un indice des valeurs aurifères, quant à GLD c'est un tracker qui réplique le cours de l'or.

Il y a quelques jours j'ai écrit à propos d'un trade en faveur des valeurs aurifères par rapport au cours de l'or, alors que celles-ci ont sous-performé relativement à l'or depuis 1 an.

Comme on le voit dans le graphique ci-dessous, le GDX/GLD pourrat bien sortir de son canal baissier dans les jours qui viennent, puisque l'on vient d'avoir un rebond sensible sur les deux derniers jours.

A suivre...

Krach Immobilier US

Un article très approfondi dans le New York Times, au sujet de la crise immobilière.
Les graphiques interactifs sont impressionants de richesse, et assez effrayant pour les propriétaires immobilier.

J'ai pris comme exemple sur le graphique ci-dessus la région de Los Angeles, où j'ai travaillé autrefois et qui a connu sur l'année écoulée une baisse de presque 30% des prix.

Mais Los Angeles n'est pas la seule zone à avoir connu des baisses pareilles. C'est aussi le cas de San Diego, San Francisco, Miami, Las Vegas, Phoenix, Tampa, etc...

Sur l'ensemble des Etats-Unis, la baisse (corrrigée de l'inflation) est d'environ 20%

New York baisse un peu moins que la moyenne (12% de baisse).

Est-ce qu'un telle baisse est concevable en France ?
A mon avis, c'est déjà commencé.

L'indice des valeurs aurifères "Junior"


Puisque je m'intéresse aux "petites valeurs" du secteur aurifère, je suis toujours avec attention l'indice propriétaire "Financial Sense Junior Gold index"

Le premier graphique montre l'évolution de cet indice depuis Janvier 2006. Il s'agit de l'indice "Mining" qui regroupe à la fois des sociétés d'exploration, de développement, ainsi que des petites mines qui produisent déjà.

Quant au deuxième graphique ci dessous, il compare l'indice Financial Sense des société d'exploration et développement (D&E index) à l'indide des sociétés minières de plus grande taille (indice XAU)

Ce graphique résume bien comment les "juniors" (small caps et micro caps), ont sous performé les minières de plus grande taille, et plus encore, le cours de l'or.

Mais sur le long terme, les juniors de qualité sont celles qui offre le plus gros levier sur l'évolution du cours de l'or.

Un siècle d'économie américaine en un graph


Désormais, à peu près tout le monde dans votre entourage a entendu parler du drame des "subprimes" aux Etats-Unis.

Mais avec ce phénomène, qui est somme toute anecdotique, on oublie que l'endettement immobilier ne se limite pas au segment des subprimes. Il y a aussi les ARM (adjustable rates mortages) les prêts ALT A, et même les mortgages classiques qui peuvent précipiter des ménages dans le rouge.

Si l'on remonte à l'échelle "macro", on doit par ailleurs se souvenir que l'endettement US global (c'est à dire de l'état et du privé) est un problème croissant depuis la deuxième guerre mondiale, comme le montre le graph ci-dessus, qui vient de la rubrique de Peter Brimelow de Marketwatch

On voit très bien que le niveau d'endettement dépasse déjà largement le niveau atteint à la veille de la crise de 1929.

Pas étonnant que les autorités aient peur, et qu'ils préfèrent ouvrir les robinets des liquidités et laisser filer l'inflation (avec comme corrolaire, la hausse du pétrole et des matières premières en général et des denrées alimentaires en particulier).

Tout sera fait pour éviter une déflation et une situation similaire à la grande dépression des années 30, y compris une politique qui pourrait mener à l'hyperinflation.

C'est la thèse que je défend depuis 2-3 ans, et je m'y tiens pour l'instant.

Il y a un risque de ralentissement mondial à cause de la récession US, mais celui-ci serait plutôt profitable pour les pays BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) et la zone européenne large, qui apporteraient un relais de croissance sans difficulté.

mercredi 28 mai 2008

Analyse de Goldrunner


Cette analyse suggère de nouveaux plus haut à atteindre sur le Gold Index prochainement

Voici l'analyse entière : "YOU AIN'T SEEN NOTHING, YET"

mardi 27 mai 2008

OR : En route vers le Nord.....


Je m'aperçois que je suis totalement en phase avec mon collègue de Daily Bourse qui fait un excellent travail.

Son étude est très approfondie et mérite une lecture attentive.

Ce type d'analyse est rare en français.

Au sujet du Gold/Oil ratio, il écrit :

En cette période d' intense spéculation sur le pétrole, le ratio présente une opportunité historique, qu' il convient de saisir au cours des prochaines semaines.

Nul doute que l' Or suivra le pétrole dans son ascension et qu' il prendra inévitablement le relais à un moment donné, et ce , malgré l' opposition acharnée des banques centrales. La véritable Bulle de l' Or aura lieu, tout comme celle du pétrole est actuellement en cours. Pas de raison de se précipiter, il faut garder l' oeil ouvert et attendre une confirmation via le comportement du Macd hebdo.


Je dis "Amen"

Dans la série des ratios : Dow Jones/Oil


Cela pourrait s'intituler : "Bulle Boursière : Suite et fin"

Après le Gold/Oil ratio et le Dow Jones/Gold ratio, il est temps de nous intéresser au dernier épisode de cette trilogie le Dow Jones/Oil ratio. qui est sans doute le plus important.

En effet, le prix du baril de Pétrole et l'indice Dow Jones sont sans doute les données les plus étudiées et les plus importante de l'économie mondiale.

Et lorsque l'on observe le ratio entre les deux, on se rend compte de la signification de la crise actuelle.

Ce qui frappe sur le graphique, c'est une presque symétrie autour du pic qui date de la fin d'année 1998, début 1999
La bulle boursière apparait ainsi clairement.

Mais surtout on s'aperçoit qu'on en arrive actuellement à une phase proche de la "capitulation", avant d'atteindre un plancher. En effet, il n'y a plus beaucoup de support désormais avant le niveau des 60, ce qui représenterait quand même une baisse de plus de 30% du ratio.

A mon avis, on doit sans doute s'attendre à une dernière explosion spéculative sur le pétrole dans les trois prochains mois couplé à de nouveaux plus bas sur le Dow Jones et les indices actions en général.

Cela correspondrait à la "driving season" aux Etats-Unis, et à d'éventuelles tensions géopolitiques.

Par ailleurs les étés des années précédentes nous ont habitués à être chauds.
Ensuite après cet été chaud (dès le mois d'aout en fait), il pourrait être temps de shorter le pétrole et de revenir à l'achat sur les actions, par petites touches, en privilégiant les domaines porteurs.

Serait ce donc le début de la fin de cette purge commencée en 1998-1999 ?

A suivre...

lundi 26 mai 2008

Pétrole : l'avis de George Soros



"La spéculation affecte de manière croissante le prix du pétrole". C'est l'avis du célèbre gérant de hedge fund George Soros, qui ajoute que "la courbe des prix a une forme parabolique caractéristique des bulles". Dans un entretien publié par le 'Daily Telegraph', ce dernier prend à contre-pied de nombreux analystes, qui voient dans la flambée actuelle des causes fondamentales (déséquilibre entre l'offre insuffisante et la demande toujours soutenue grâce aux pays émergents).

Pour George Soros, la dernière poussée de fièvre qui a entraîné le pétrole au-delà de 135$ le baril la semaine passée, est due en grande partie aux spéculateurs... Même si la faiblesse du Dollar, le plafonnement des ressources du Moyen-Orient, et la demande chinoise peuvent expliquer une partie de l'envolée des prix de l'énergie, le marché du pétrole est "significativement affecté par la spéculation".

Selon lui, la bulle va finir par éclater et les prix pourraient alors chuter de façon spectaculaire, mais "vraisemblablement pas avant qu'une véritable récession n'affecte les Etats-Unis et la Grande-Bretagne"... Les prix élevés du pétrole et de l'alimentation vont peser et aggraver cette récession, ajoute le financier, pour qui la Grande-Bretagne fait face "au plus gros orage économique qu'elle ait connu depuis une génération, plus grave que dans les années 1970 et 1990", en raison de la conjonction de la crise financière couplée à une grave dépression immobilière outre-Manche.

Quelles prévisions des "insiders" pour l'or en 2009 ?

A l'occasion d'un grand raout, les industriels et spécialistes de l'or, font leurs prévision.

Réunis la semaine dernière au Pérou - cinquième producteur mondial d'or - pour le huitième symposium international ils sont optimistes : selon eux, l'once de métal jaune devrait dépasser les 1000 dollars en 2008 et 2009. Les analystes du secteur estiment en effet que la tendance de l'or est à la hausse. La flambée du pétrole, l'inflation et la baisse du dollar constituent selon eux les principaux facteurs conduisant au niveau actuel des cours.

A noter parmi les participants au symposium : Barrick Gold (Canada), Newmont Mining (USA) ou Gold Fields (Afrique du Sud) mais également Shanghai Gold Exchange (Chine).

Pour rappel, l'once d'or qui a passé pour la première fois la barre des 1.000 dollars le 17 mars dernier, valait 397 dollars en 2006 et seulement 250 en 2.000. Selon des experts, la Chine apparaît comme un des moteurs de la hausse actuelle du cours de l'or, laquelle serait liée à une augmentation constante de la demande.

Le Britannique James Burton, directeur général du conseil mondial de l'or l'a affirmé dès l'ouverture du symposium : pour lui, l'avenir du marché mondial de l'or s'avère "solide et juteux".

Philip Klapwijk, le président exécutif de Gold Field Minerals Services (Afrique du Sud) :

"L'or connaîtra une autre expansion cette année, en passant la barre des 1.000 dollars l'once. En 2009, la hausse se poursuivra et laissera place au second trimestre à une baisse. Il est très probable que le prix en 2010 soit inférieur à 2009 et que cela dépendra de la tenue du billet vert. Quant à la production mondiale d'or, elle est stable, car s'il existe une tendance à la baisse en Indonésie et en Russie en revanche au Brésil et en Afrique Occidentale la production augmente."


Selon Greg Barnes, le directeur de TD Newcrest de Canada :


"l'or passera au dessus des 1.000 dollars cette année, poussé par le prix du pétrole, l'inflation et la faiblesse du dollar".


Certains s'avèrent être plus qu'optimistes, son avis ne recueillant pas toutefois l'unanimité des spécialistes : selon Trevor Turnbull, directeur des marchés de l'or et métaux précieux de Scotia Capital (Canada), l'once d'or pourrait même atteindre 1500 dollars en septembre prochain à cause de divers phénomènes spéculatifs.

Maw Layton, un analyste de Macquarie Bank (tiens, encore eux), a insisté que


"le rôle de la Chine, a été un facteur décisif dans la hausse de l'or, ce pays étant passé de 25% à 60% de la demande mondiale. C'est la Chine qui soutient la hausse et le prix moyen de l'once d'or sera d'environ 927 dollars cette année, de 1.100 dollars en 2009 et retombera à 1.000 dollars en 2010.


A noter toutefois que plus de 10% de l'offre mondiale d'or provient des mines chinoises. La Chine a ainsi extrait 276 tonnes du précieux métal en 2007, devenant même le premier producteur mondial d'or, ravissant la tête du classement des producteurs d'or à l'Afrique du sud, qui n'avait pas été détrôné depuis 1905. Elle obtient cette place grâce à une augmentation de sa production de 12% sur un an.

De son côté, l'Afrique du sud n'a extrait que 272 tonnes d'or l'an dernier, sa production reculant ainsi de 8% sur un an. Si plusieurs accidents et grèves ont perturbé la production l'an dernier, ces phénomènes conjoncturels ne viennent que conforter une situation de long terme. Les mines sud-africaines sont en effet en déclin depuis cinq ans, après avoir produit jusqu'à 1000 tonnes d'or en 1970.

Le directeur de BMO Nesbitt Burns, William Smith a souligné pour sa part :


"La croissance des fonds d'investissements basés sur l'or qui connaissent une expansion rapide depuis 2004. Le succès des ETF basés sur l'or, qui a commencé en 2004 avec un volume de deux millions d'onces atteint 30 millions aujourd'hui, affirme le spécialiste."


Le GFMS - institut londonien indépendant, dont les recherches sur l'or font autorité sur les marchés - prévoit quant à lui que le cours de l'or devrait atteindre les 1000 dollars l'once cette année, après une légère correction à venir. L'an dernier, les prix de l'or ont déjà bondi de plus de 30%.

Source : AFP, Reuters



vendredi 23 mai 2008

Evolution de l'Immobilier en un graphique



Ce graphique, qui nous vient de Janet Yellen de la Federal Reserve Bank of San Francisco , résume assez bien la situation de l'immobilier US (mais on pourrait arriver aux mêmes résultats avec l'immobilier espagnol ou français.

Il montre bien comment le Price-Rent ratio (prix d'acquisition/loyer) a varié au cours des précédents cycles immobilier.
Lors des "bulles" , le prix d'acquisition est relativement élevé par rapport aux loyers et inversement, il est bas lors des crashs.

Cependant on remarque bien que la bulle actuelle est plus grosse encore que les précédentes, ce qui explique la gravité de la situation actuelle et les mesures déspérées qui sont prises par la FED pour "essayer" de stabiliser la situation.
Car un crash immobilier n'est jamais anodin pour l'économie, et plus encore l'actuel.

Retour sur les pronostics





Il y a quelques jours, en me basant sur les graphiques DJ/Gold ratio et Gold/Oil ratio, j'annonçais un rebond du Gold ET/OU une baisse des indices actions.

Pour l'instant on a les deux, alors que le Pétrole continue sa hausse qui semble défier l'entendement.
Ce qui fait que le Gold /Oil ratio quant à lui a encore peu rebondi.

En fait lorsque l'on regarde attentivement se dernier ratio, on s'aperçoit qu'il peut encore aller un peu plus bas, même si cela ne durera pas très longtemps.

Etant donné l'essouflement assez rapide du rebond du Gold, je confirme donc cette dernière intuition. La grande hausse du Gold n'est pas encore pour tout de suite à mon avis.

Je pense qu'on va avoir encore une dernière grande hausse du Pétrole (Oil), puis une sévère correction. Quelque temps après on pourrait avoir une hausse du Gold, mais surtout des actions minières. C'est en tout cas mon modeste pronostic.

Quant au marchés actions, c'est très baissier à mon avis à Court et Moyen Terme

A suivre...

Une nouvelle idée de trade; Vader l'OR et acheter les minières


Dans la série des "trades" audacieux, voici ce que propose Lance Lewis de Minyanville (encore eux).

J'ai retrouvé son article, via Jon Nadler de Kitco, ce qui est assez curieux puisqu'il est souvent extrêmement Baissier sur le secteur de l'Or en général (j'y reviendrai).

Voici en quoi cela consiste : On vade le GLD (Gold) et on achète le GDX (indice des valeurs aurifères).

Cela correspondrait à l'inversion d'un trade qui semble avoir eu les faveurs des hedges funds ces derniers mois. Ceux-ci en effet couvraient leurs achats de Gold par des Puts sur les valeurs aurifères.
En gros ils jouaient à fond sur l'effet valeur refuge de l'or, en assimilant par contre les actions aurifères avant tout comme des actions "risquées". Cela a produit une sous-performance particulièrement marquée de ce secteur depuis un an.

Mais tout comme le Yen Carry Trade (achat de devises à taux d'intérêt élevé et vente de Yen), qui était autrefois un trade rémunérateur et sans risque, la logique de ce trade pourrait bien s'inverser.

Pour les détenteurs d'actions aurifères, ce serait enfin la délivrance tant attendue
A suivre...

Excellent article de Jim Willie (tout frais)


J'apprécie toujours autant les articles de Jim Willie.
Cet analyste est très orienté Métaux Précieux, mais qui offre aussi une perspective économique et même politique globale.

Certains objecteront qu'il tombe un peu trop facilement dans le catastrophisme et les théories de la conspiration, mais on ne peut nier que la richesse de son argumentation est impressionante.
Par ailleurs, vu le caractère outrageusement scandaleux des événements financiers récents. Il n'est peut-être pas si loin de la vérité.

Dans son dernier article, il annonce que rien n'est encore résolu concernant les 4 causes principales de la crise actuelle, les 4 piliers endommagés de l'économie américaine : le budget fédéral, le déficit des comptes courants, le Capital des banques, et l'endettement immobilier des ménages.
Il annonce une nouvelle hausse vertigineuse de l'or, à la suite du pétrole.

Voici son dernier article tout chaud

Mieux vaut tard que jamais...


Dans cet article : Imbalances of power , Thomas Friedman écrit sur les nouveaux défis auxquelles sera confronté le nouveau président des Etats-Unis.

En résumé, les pays émergents n'ont plus de leçons à recevoir et une nouvelle "élite mondiale" issue de nombreux pays différents a les moyens de projeter son pouvoir.

Les Etats-Unis quant à eux sont handicapés par le triple déficit aggravé par l'administration Bush

Pour rappel, Thomas Friedman a été un héraut de la mondialisation et surtout de la suprématie du modèle américain. Après le 11 septembre en particulier, il a été sourd aux critiques de l'unilatéralisme américain.

Il semble se réveiller sur cette nouvelle réalité, mais bien tard.
Maintenant, il critique l'administration Bush pour sa gestion du dossier irakien, mais ce n'était pas la cas en 2002-2003.

Friedman fait partie de ces démocrates (normalement centre-gauche) qui se sont couchés devant l'administration Bush, au nom de la Sainte-Alliance contre le terrorisme, qui a conduit à l'invasion de l'Irak et autres désastres. Dans cette même catégorie, on pourrait placer Hillary Clinton.

(Obama quant à lui a le mérite de ne pas avoir voté l'invasion de l'Irak)

Par ailleurs, notre ami Tom a toujours été très francophobe (mais peut-être cela a-t-il changé depuis que Sarkozy est au pouvoir ?)

Une source Asiatique de qualité


Je suis récemment retourné vers une sources d'information que j'avais négligé pendant quelques temps.

Il s'agit de Asia Times, qui présente l'intérêt d'offrir un point de vue alternatif à la presse ou blogosphère anglo-saxonne (même si elle est "alternative"), tout en étant écrit en anglais, ce qui est plus facile pour nous que le chinois, l'hindi, le malaisien ou l'arabe.

Les articles couvrent de très nombreux sujets, avec des éditorialistes s'intéressant autant à la géopolitique moyen-orientale, qu'à l'économie mondiale.

En deux mots ils ne suivent pas la vision anglo-saxonne dominante, mais n'ont pas pour autant une vision "alter-mondialiste".

C'est vraiment une vision différente.

mercredi 21 mai 2008

Une idée de trade : "Short Energy, Buy Metals"


C'est l'idée de Todd Harrisson de Minyanville.

Avec des métaphores du genre :
" Ne patinez pas vers le palet, mais là où va le palet" (Wayne Gretsky),

Todd nous confie qu'il a bien envie de "Vader" le secteur de l'énergie en anticipant qu'une prochaine correction des marchés action entrainera les prix de l'énergie avec elle.

En gros il pense que tôt ou tard on assistera à une véritable déflation, ou en tout cas la menace d'une déflation.

Cependant, il a déjà anticipé ce mouvement il y a plusieurs mois et nous savons tous où se trouve le prix du brut actuellement (130$ au dernier pointage)

Donc il faut y aller prudemment.

Là où Todd Harrison est sage c'est qu'il couvre son trade par un achat des métaux.
Quant à moi j'irais plus loin et conseillerais les métaux précieux, qui sont sensiblement en retard

Son analyse suppose par ailleurs que les prix du brut actuels sont une anticipation des tensions géopolitiques à venir.

Là, je suis bien d'accord!
On en parle pas beaucoup actuellement, mais la situation est bouillante entre l'Iran et les Etats-Unis. Tout se fait en sous-main, mais c'est une partie de poker qui se joue actuellement.

Je verrais bien un nouvel Eté assez chaud au Moyen-Orient.
J'en écrirais davantage plus tard

mardi 20 mai 2008

A quand une ruée vers l'Or ?


Un article de Joel Bowman ( Gold Rush Jr) qui commence par analyser le phénomène de la séduction pour finir par analyser le potentiel des "Petites mines" du secteur.

Voilà qui est très intéressant.

Certains paragraphes en particulier pourraient intéresser les actionnaires d'Euro Ressources.
On parle d'un intérêt qui pourrait grandir pour les gisements d'importance modeste (1 à 5 millions d'once), alors que ceux-ci étaient ignoré jusqu'à présent par les groupes miniers.

J'ai immédiatement pensé au gisement de Paul Isnard (2 millions d'onces estimées), dont Euro Ressources détient les droits.

En effet, celui-ci ne semble pas exciter l'intérêt de Golden Star pour l'instant, d'autant plus que la décision de Nicolas Sarkozy a propos de Camp Caiman a jeté le trouble sur la situation Guyanaise.

mais il semble que cela pourrait changer.

It has been our contention that what was needed to light the fuse on the junior exploration stocks would be, in no specific order:
1. Sustained higher gold prices.
2. Improving financials and free cash flow of the major producers.
3. A discovery to heat the blood of the investing community.
So far, we have had (1) and we are beginning to see (2), but (3) has proved remarkably elusive.

En effet, il n'y a plus de nouveaux gisements de taille significative.
On semble être arrivé dans une ère de "Peak Gold", tout comme on a déjà entendu parler du "Peak Oil"

Ce qui fait que les gisements moyens et petits deviennent relativement attirant pour des acquisitions.

Tout d'un coup la propriété Paul Isnard peut s'avérer un bonus intéressant pouvant s'ajouter à Rosebel.

Les ventes de la PS3 ont triplé...


... et surtout, elle est la préférée des adolescents.

Je m'intéresse de près à Soitec que je connais depuis 2002 (mais que j'ai abandonné en 2006).
Et maintenant je songe à revenir sur la valeur à un bon cours (sans doute pas le cours actuel).
Voilà pourquoi je m'intéresse également à la PS3.

Pour rappel, le processeur révolutionnaire de la PS3 ("Cell") est conçu à base de plaque de silicium SOI.

Je pense que le salut de Soitec viendra de la PS3 et non du retour en grace d'AMD ou de l'éventuelle adoption du SOI par Intel.

Malgré un démarrage poussif de la PS3, je pense qu'elle aura le même impact que la PS2 en son temps, voire même plus.

L'article cite aussi l'impact des MMO (Massively Multiplayer Online game)

Je cite :

Given the results of the survey, and comments from Sony Online Entertainment president John Smedley that MMOs "are going to be a real strong selling point for the PS3 long term," it looks as though we may see Habbo on Sony's console in the near future.

A lire (en anglais), cet article intéressant:Sony PlayStation 3 Sales Nearly Triple et celui-là : Survey: Teens Love PlayStation 3

Un site qui répertorie les prix de l'essence US



Un site, "Gas Buddy", permet de vérifier les prix à la pompe, comté par comté.

Cela se passe aux Etats-Unis, où l'inquiétude concernant les prix du pétrole est grandissante.

Ne pas oublier que du fait des taxes moins importantes qu'en Europe et du dollar plus faible que l'euro, la hausse du Brut a un impact beaucoup plus fort aux Etats-Unis.

Je ne dis pas que l'impact ne se fait pas sentir en France (cf la situation des pêcheurs), mais imaginez que la hausse a encore plus d'impact aux Etats-Unis, qui par ailleurs conduisent plus leur voiture.

En résumé : il est impossible que cette situation n'ait pas d'impact sur la consommation américaine à moyen terme, à moins que l'endettement des ménages grandisse encore plus.

La solution "officieuse" (car elle ne sera proclamée aussi directement) , du gouvernement : booster les exportations grace au dollar faible, et rogner l'endettement grâce à l'inflation.

En deux mot c'est la fuite en avant.

lundi 19 mai 2008

Peter Brimelow on the recent Gold moves



Interesting article from Marketwatch's Brimelow.
It deals with one of my favorite themes, that is the relationship between the Oil price and the Gold Price.
Actually, here's a graph of the Gold/Oil ratio above

And here's a quote :

Similarly, FreeMarket Gold & Money Report's James Turk noted: "Crude oil closed Friday at 4.429 [grams of gold] per barrel. Since the end of the second world war, crude oil has only been this expensive on 33 days, or about 0.002% of the time. So clearly, we are in the extreme tail-end of the bell-shaped curve, meaning that gold is extraordinarily cheap compared to crude.
"But here's the interesting point. All of these 33 previous days when crude oil cost more than 4.429 grams per barrel occurred in 2005. What's more, they occurred in a short period from the end of July to mid-September, which was another period of extreme price manipulation by the gold cartel ..."
Turk is emphatically in the camp of those who feel that the present credit crisis has brought on more official attempts to manipulate gold. See Website
Oil was 4.37 grams of gold per barrel on Friday. Quite possibly this extreme has caught the eye of important trading pools.

Rebond possible sur le Gold /Oil Ratio


Nous sommes actuellement à des niveaux historiquement bas pour le ratio Gold/Oil (rappelons qu'historiquement les prix de l'or et du pétrole sont en corrélation même si il peut y avoir des décalages importants à moyen terme entre leurs évolutions.)

Ainsi la moyenne "normale" historique se situe à 14 environ, alors qu'on est aujourd'hui à 7,14

En raison de ce ratio historiquement bas, il devient bien moins risqué de miser sur l'Or que sur le Pétrole actuellement, pour se protéger des effets de l'inflation;

Avec le rebond de l'or Jeudi et Vendredi dernier, on semble en tout cas s'engager vers un rattrapage de l'or.

Le ratio peut encore baisser (cf 2005), mais ce sera probablement sur une durée très courte.

L'évolution de cette semaine devrait être intéressante.

A suivre...

samedi 17 mai 2008

Euro Ressources SA Analysis

One way to profit from the rise in the Gold price is to invest in quality Gold Stocks

I forward you on my french blog "Alex Kerala" that contains many analysis and news about this small company called "Euro Ressources SA".

Since a restructuring in late 2004, it has transformed itself from a gold exploration company to a royalties company.

Its main asset, the Rosebel royalty, a is a world class quality asset, based on a producing mine located in Suriname, with over 7 million ounces of reserves.

I will write more about it on this present blog in english later.

vendredi 16 mai 2008

Le Dow Jones exprimé en onces d'or


Je pense d'après ce grahique, que l'on peut s'attendre à un rebond de l'or.
Le DJ/Gold va se retrouver sur une résistance importante dans la zone de 15 et il est donc possible qu'il fasse une rechute.

Ce qui signifie baisse des marchés action ET/OU hausse de l'once d'or.

jeudi 15 mai 2008

Note concernant l'euro/dollar

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais l'euro (la monnaie, pas l'action) a pas mal baissé ces derniers temps.

Certains vont s'empresser de nous dire que c'est très mauvais pour l'or. D'ailleurs, voyez comme l'or a baissé aussi !

Il se murmure en effet que les européens ont décidé d'agir contre le dollar faible, lors du dernier G7 et que la FED a (semblé) dire que maintenant, les baisses de taux, c'était (peut-être) bien fini.

Tout cela est évidemment hypothétique mais va sans doute suffire à initier une période plus ou moins longue de correction de l'EUR/USD qui, il faut dire, avait atteint des sommets inimaginables il y a peu. Je suis un «Dollar Bear» depuis bien longtemps (cf mes posts, vieux de deux ou trois ans), mais il faut bien faire des pauses de temps en temps.

Mais qu'en est il en ce qui concerne l'or ?
Pendant longtemps, il a semblé à tout le monde que l'or est l'Anti-Dollar, qui est la monnaie fiduciaire par excellence. Quand le dollar baisse, l'or monte et vice-versa.
Mais ce n'est plus autant vrai désormais.

L'or a maintenant pris une direction propre, qui s'affranchit de sa relation avec une seule monnaie.
Lorsque l'on regarde les graphes de l'or en différentes monnaies, on s'aperçoit que ces dernières années l'once d'or est monté dans toutes ces monnaies (Dollar, Yen, Euro, Yuan, Roupie, Rouble, etc...)

Les gouvernements mondiaux sont irrémédiablement lancés dans une course à la dévaluation, et c'est l'or qui en profite.

Les velléités de contrôle du marché des changes par les européens n'est qu'un épisode supplémentaire de cette saga.
Même la BCE, gardienne du temple, ne pourra empêcher les tentatives de dévaluation de la monnaie. Les tentations sont trop grandes pour les politiciens, à l'écoute de leur base (ou leurs lobbyistes).

C'est pourquoi même en euro, le cours de l'or est monté ces dernières années.
Certes, cette hausse a été moins vertigineuse que la hausse de l'or en dollar. Avant 2005, elle était même imperceptible. J'y reviendrai.

Que va-t'il donc se passer maintenant, avec la baisse de l'EUR/USD ?
Est-ce que l'or va accompagner et amplifier le mouvement ?

C'est sans doute ce que vous allez lire le plus souvent : c'est l'analyse classique bien qu'obsolète, et toutes les occasions sont bonnes pour dénigrer l'investissement or, qui est universellement détesté pas les gouvernements et les institutions financières: on veut que vous consommiez et achetiez des maisons, pas que vous achetiez de l'or.

Cependant nous sommes typiquement dans le cas de figure où l'or pourrait monter (discrètement) alors que le dollar effectue son rebond. C'est justement ce qui s'est passé en 2005, année durant laquelle l'euro n'a cessé de refluer contre le dollar alors que l'or continuait sa hausse. La conséquence une très belle hausse du cours de l'or en euro (logique). C'était sa première hausse d'envergure, mais sans doute pas la dernière pour les raisons que j'ai notées plus haut.

Une des raisons essentielles pour lesquelles l'or va continuer à monter est sa corrélation avec le pétrole, et le fait qu'il est encore très tôt dans son cycle de hausse, malgré l'impressionnante hausse jusqu'à 1000$.

Pour finir, une petite note à propos d'Euro Ressources.

Comme je l'ai écrit très souvent, c'est le cours de l'or en euros qui nous concerne avec cette action. L'intérêt de cet investissement ne vaut que si l'or prend de la valeur par rapport aux euros. Ce qui est logique puisque les revenus proviennent intégralement de l'or et la valeur de l'action est exprimée en euros.
Cela peut parfois faire douter lorsque l'on assimile uniquement le phénomène de la hausse de l'or à un phénomène de baisse du dollar. Ce qui était le cas en 2001-2005, mais qui n'est plus le cas aujourd'hui.
L'afflux de liquidités est un phénomène mondial qui a d'abord sa source dans les déficits entre les Etats-Unis et la Chine, mais qui va jusqu'à toucher l'Europe par ricochet. Et même la BCE avec son attention accrue sur le phénomène de l'inflation ne pourra empêcher les appels à la dévaluation de l'euro (ou la revalorisation du dollar, ce qui est la même chose).

Dans ces conditions, il est de plus en plus intéressant pour un investisseur européen de s'intéresser à l'or, et pourquoi pas Euro Ressources.

vendredi 9 mai 2008

Une petite analyse sur le cours de l'or et autres...

Je vais m'avancer en ce qui concerne le cours de l'or.

Je pense que la correction actuelle de l'or sera bien plus courte que celle de 2006-2007, qui avait pourtant commencé par une très forte baisse en Mai 2006, comme celle que nos venons de vivre.
Mine de rien, (remarquez le jeu de mots) la hausse des matières premières ne cesse de s'amplifier, avec le pétrole en tête.
Étant donnée la corrélation entre l'or noir et l'or jaune, on devrait toucher la fin de la consolidation du métal jaune entre fin Mai et mi-Juin, car à ce moment là, le ratio Or/Pétrole sera à un plus bas historique, et ne pourra que rebondir.

Par ailleurs, le métal continue d'être décrié par toutes les forces de l'establishment, malgré son attrait sans cesse croissant dans tous les coins du monde en tant que classe d'actif alternatif.

Dans les média grands publics, vous n'entendez parler que d'un phénomène soi-disant mystérieux pour le profane et on ne cesse de crier haro sur les vilains spéculateurs sur les matières premières.
Personne ne fait le lien entre politique monétaire, inflation et prix des matières premières.
En réalité, la responsabilité ne vient pas des soi-disant spéculateurs (dont nous faisons d'ailleurs partie) qui ne font que remplir leur fonction, mais plutôt des autorités monétaires et bancaires qui ont inondé le monde de prêts "pourris" puis les ont transformé en liquidités pour ensuite rattraper l'affaire. Cet argent "frais" (enfin plutôt faisandé en réalité), ne pouvait qu'aller vers des actifs tangibles.

Ces liquidités vont dans les seuls actifs encore dignes de confiance, c'est à dire des choses dont on a réellement besoin pour vivre : du pétrole (et l'énergie au sens large), des métaux, du blé, du riz, du lait.
Ces actifs ne font pas encore l'objet d'une bulle mais sont plutôt encore sous-valorisés si l'on regarde des graphes en terme réels (corrigé de l'inflation, qui est d'ailleurs sous-évaluée) sur de longues périodes.
Vous me direz que l'or n'est pas une matière dont on a besoin pour vivre, mais historiquement il s'est toujours comporté comme une monnaie dont la valeur conserve son pouvoir d'achat (d'achat d'objet tangible il s'entend) sur de longues périodes.

Par conte, que vous servira une maison sur valorisée lorsque les montants des charges augmentent sans cesse ?

A cet égard, les États-Unis sont déjà dans un processus de "downsizing" et de réduction de la dette qui sera forcément très douloureux.
Lorsque j'habitais là bas avant l'invasion de l'Irak, j'étais toujours étonné de la taille des maisons, des voitures (sans parler des habitants)
En tant qu'européen plutôt écologiste, cela me semblait une aberration. Mais surtout je me demandais d'où venait l'argent... Rapidement j'ai compris : le secret de tout cela c'était le CREDIT.
Même le jardinier mexicain récemment arrivé se voyait rapidement octroyé un crédit lui permettant d'acheter un pick-up monstrueux. Mais la bagnole ce n'était pas tout, il y avait aussi la baraque et le crédit subprime qui allait avec...

A partir de là, le retour à la réalité n'était qu'une question de temps. Mais il en a mis, du temps, à se manifester, car les gouvernements et l'establishment ont tout fait pour retarder l'échéance, y compris déclencher une guerre. Officiellement, il s'agit de préserver l'équilibre mais en réalité, il s'agit de protéger les positions acquises par quelques uns : regardez par exemple comment Greenspan continue de faire fructifier sa renommée déclinante acquise dans les années 90.
Les foules sont incroyablement naïves. Il suffit qu'on lui propose une histoire attrayante pour qu'elle marche.

Aux États-Unis, j'ai vu cette naïveté de près au moment de la préparation de l'invasion de l'Irak. Un déferlement de propagande invraisemblable et des mensonges éhontés qui étaient pourtant facilement vérifiables même à l'époque.
Cette prétendue guerre contre le terrorisme ("The War on Terror") a en réalité donné un coup de "boost" à l'économie qui avait déjà bien souffert de la bulle internet puis des nombreux scandales type Enron. Avec le rebond 2003-2007qui a accompagné "l'aventure irakienne", on a pu retardé l'explosion actuelle.
Dans l'esprit de ces irresponsables, tous les moyens étaient bons pour préserver l'apparence de l'"hyperpuissance" américaine.
De plus à quoi sert-il d'avoir la plus grosse armée du monde si l'on ne s'en sert pas ? Que feriez-vous à leur place avec d'aussi beaux jouets.

Tout cela a aggravé et aggravera encore le retour brutal sur terre. Le bourbier irakien est aussi une gabegie financière monumentale et a fini par affecter le dollar, qui ne fait plus guère illusion.

Mais rappelez-vous il y a seulement deux ans, il y avait bien peu de gens, même en France pour annoncer tout cela.
Après avoir dénoncé l'invasion de l'Irak il y avait déjà de nombreux candidats en France au poste de caniche de Bush, et bien entendu, notre Nicolas préféré en tête.
Il faut dire que la puissance américaine un peu "bling bling" fascine (et irrite aussi) particulièrement la France, nostalgique de sa grandeur passée.
En outre, notre petit Nicolas, qui est facilement impressionnable, doit voir de nombreux petits avantages (personnels) à se rapprocher des américains. Peut-être pensent il même à l'après présidence ?
Mais où est l'intérêt du pays dans tout cela ? On ne peut reprocher aux français d'avoir désormais du mépris pour sa suffisance Sarko Premier dans ces conditions.

Mais aux États-Unis c'est décidément bien pire, et il faut être terriblement têtu et perspicace pour s'y retrouver en tant qu'investisseur, au milieu des mensonges officiels que l'on nous sert régulièrement. Cela comprend aussi les statistiques désormais.
De plus en plus d'américains, y compris des analystes sérieux mettent en doute les statistiques officielles, qui ont été continuellement trafiquées pour minimiser l'inflation, ainsi que le chômage.

Avant que l'on m'accuse d'anti-américanisme primaire, je précise tout de suite que j'ai de nombreux amis américains et que certains d'entre eux ont des discours encore plus alarmistes sur leur propres pays.
J'ai adoré ce pays mais il faut bien se rendre à l'évidence
Des forces très puissantes ont porté Georges Bush au pouvoir par deux fois (dont une première fois de façon illégale), et ces forces-là sont toujours aux commandes.
Il y a de nombreuses voix raisonnables aux Etats-Unis et sur le web US, mais elles sont toujours en minorité.

Qui s'est élevé contre l'invasion irakienne ?
Qui s'oppose actuellement à l'intervention en Afghanistan contre quelques montagnards arriérés, qui n'ont que faire de la guerre contre le terrorisme mais veulent surtout défendre farouchement leur terre ancestrale des prétentions étrangères.
Et enfin, qui s'opposera par exemple à une attaque contre l'Iran qui a été systématiquement diabolisé par les média occidentaux malgré sa remarquable société civile et son système plus démocratique que la majorité des pays moyen-orientaux.

Vous le savez, personne ne s'opposera à cette guerre permanente et sans fin contre cette "nébuleuse" terroriste.
Le discours officiel fini toujours par trouver son chemin dans l'esprit des citoyens.

Pour les investisseurs, c'est pareil. Et ce n'est pas en écoutant le discours dominant que l'on fait de l'argent.

C'est pour cela que je me retrouve constamment à rechercher l'information dans les recoins les plus divers du net.
Et d'ailleurs on trouve maintenant les meilleurs commentateurs à la marge des média jadis considérés comme "de référence"
Un bloggueur anonyme peut vous informer beaucoup plus que le journal de TF1.

En résumé, et pour en revenir à l'or : ne vous laissez pas influencer par le discours dominant. Malgré le discrédit sur les banques et les autorités monétaires, elles continuent de façonner l'opinion et tentent de rassurer tout le monde aujourd'hui encore. Mais réfléchissez deux secondes, vous croyez réellement que ces problèmes lourds ont soudainement disparu. Non bien sûr. L'immobilier US continue de baisser et entrainera de nouvelles vagues de dévalorisation d'actifs, et de nouvelles baisses de taux. La masse de liquidités libérées atterrira encore dans les matières premières.

Nous n'en sommes qu'au début de cette hausse séculière de l'or. Le contexte économique et géopolitique ne s'est pas soudainement amélioré. Il est là pour rester.
L'investissement dans l'or est tout simplement une mesure de bon sens. Quant à l'investissement dans les actions aurifère, il peut paraitre risqué mais sera un des secteur les plus porteurs des années à venir, tout comme l'investissement dans les autres matières premières.

Il y aura de nombreuses corrections, violentes et savamment orchestrées, mais cela payera de rester dans le train.