mardi 1 juillet 2008

La FED inspectée par le FMI ?


"Humiliation pour Mister Dollar", écrit un brin narquois 'Der Spiegel' en révélant que le Fonds monétaire international va "passer aux rayons X" le système financier des Etats-Unis, rien de moins.

En effet, indique le Spiegel, l'IMF et la Banque mondiale ont signifié à Ben Bernanke, le président de la Réserve fédérale, le lancement d'une procédure baptisée Programme d'évaluation du secteur financier. Il s'agit d'un programme développé en 1999, avec la Banque mondiale, à la suite de la crise asiatique et en réponse aux appels lancés par la communauté internationale préconisant l'intensification des efforts de coopération pour renforcer le suivi des systèmes financiers. Son objectif est de fournir aux pays membres du Fonds une évaluation approfondie de leurs systèmes financiers, d'identifier les vulnérabilités potentielles et d'aider ces pays à élaborer des mesures susceptibles de les réduire...

Or si plus de deux tiers des membres du FMI ont déjà eu droit à cette évaluation, les Etats-Unis s'y sont toujours refusés. Dans le cadre de l'évaluation du FMI, la Fed, mais aussi la SEC, les principales banques de financement et d'investissement, les fonds spéculatifs, devront présenter aux équipes du FMI des documents confidentiels, répondre à leurs questions, soumettre leurs bilans à maints 'stress tests'...

Le Président Bush, après avoir freiné le mouvement depuis plusieurs années, aurait finalement donné son accord, rapporte le journal allemand, à une condition - que les conclusions de l'audit géant ne soient présentées qu'après son départ de la Maison Blanche... Etant donné l'ampleur de la tâche, le rapport du FMI après le PESF ne sortira en effet qu'en 2010. En revanche, Ben Bernanke devrait lui être encore aux manettes à cette date, en fonction de son mandat.

2 commentaires:

Michel a dit…

Super blog Alex, aucune autre certitude qu'un besoin constant de chercher et analyser l'information.

michel

Alex Kerala a dit…

Merci michel.

C'est vrai que la recherche constante de nouvelles informations est une de mes préocupations