vendredi 26 septembre 2008

Washington Mutual, plus grosse faillite bancaire des USA


Avec l'avalanche de mauvaises nouvelles provenant de Wall Street, on serait presque blasé d'apprendre une faillite supplémentaire.
Cependant il faut quand même remarquer que c'est "la plus grosse faillite bancaire des USA".

Dommage qu'ont ne puisse plus Shorter/Vader les banques (désolé c'est interdit)

Voici ce qu'écrit John Poirier (Reuters) :

Les autorités américaines ont prononcé jeudi soir la faillite de la caisse d'épargne Washington Mutual, la plus grosse jamais vécue par le secteur bancaire aux Etats-Unis, et ordonné le transfert de ses actifs au groupe JPMorgan Chase & Co pour 1,9 milliard de dollars.

L'insolvabilité de "WaMu", dernière conséquence dramatique en date de la crise du crédit, intervient alors même que les négociations sur le plan d'aide au secteur financier, d'un montant de 700 milliards de dollars ont échoué, jeudi à Washington.

La fin de l'indépendance de Washington Mutual, l'un des établissements les plus affectés par la crise de crédits hypothécaires à risques, a été prononcé par le Bureau fédéral de contrôle des caisses d'épargne (OTS) et la cession de ses actifs gérée par l'Agence fédérale de garantie des dépôts bancaires (FDIC).

Cette décision a été prise alors que les clients de WaMu avaient procédé depuis le 15 septembre à 16,7 milliards de dollars de retraits, a expliqué l'OTS. "Avec des liquidités insuffisantes pour faire face à ses obligations, WaMu se trouvait dans une situation dangereuse et malsaine pour poursuivre ses activités", a-t-il ajouté.

La FDIC assure de son côté que les clients ne subiront aucune conséquence et que l'activité de WaMu reprendra normalement dès vendredi.

Sa présidente, Sheila Bair, a expliqué que le cession avait été accélérée en raison des fuites dans la presse. La FDIC attend habituellement le vendredi soir pour prononcer la fermeture d'un établissement financier, afin d'éviter une ruée sur les guichets et de disposer d'un week-end pour tenter de trouver une solution.

PLUS DE 2.200 AGENCES ET 43.000 SALARIES

Les actifs de WaMu s'élèvent à environ 307 milliards de dollars et ses dépôts représentent 188 milliards, selon les autorités.

Son encours de crédits immobiliers avoisine 227 milliards de dollars, dont plus de la moitié concernent l'immobilier résidentiel, sous forme de prêts à taux variables et/ou "subprime".

La faillite la plus retentissante du secteur bancaire était jusqu'ici celle de Continental Illinois National Bank & trust, qui disposait de 40 milliards d'actifs au moment de sa liquidation, en 1984.

JPMorgan a précisé que la reprise de WaMu portait le nombre de ses agences à 5.410, réparties dans 23 Etats de la côte est à la côte ouest, et qu'elle faisait aussi de lui le numéro un des cartes de crédit.

Washington Mutual, qui comptait 2.239 agences fin juin, employait alors 43.198 personnes.

Avec 2.040 milliards de dollars d'actifs, JPMorgan devient le deuxième établissement américain après Citigroup. Bank of America BAC.N> deviendra numéro un lorsqu'elle aura achevé l'acquisition de Merrill Lynch & Co.

L'opération permet à Jamie Dimon, le directeur général de JPMorgan, d'atteindre l'un de ses principaux objectifs: faire de son groupe un poids lourd de la banque de détail dans l'Ouest du pays.

JPMorgan avait déjà repris en mars la banque d'investissement Bear Stearns, elle aussi en situation de faillite, avec l'aide financière de la Réserve fédérale.

Lors d'une téléconférence, Dimon a reconnu à propos de WaMu que "le risque est évidemment lié à la valeur des actifs". Mais il a ajouté: "C'est cela qui a créé l'opportunité".

JPMORGAN ACHÈTE DES PARTS DE MARCHÉ À PRIX CASSÉ

Pour Matt McCormick, gérant de portefeuille de Bahl & Gaynor Investment Counsel, "Jamie Dimon a visiblement senti qu'il avait l'occasion d'acquérir des parts de marché à prix cassé. Il est en train de devenir une machine à réaliser des acquisitions."

JPMorgan table pour l'instant sur 1,5 milliard de coûts avant impôt mais aussi sur des économies annuelles équivalentes, atteignables pour l'essentiel d'ici la fin 2010.

La reprise de WaMu devrait avoir un impact positif immédiat sur ses résultats.

Le groupe prévoit d'émettre pour huit milliards de dollars d'actions et de passer pour 31 milliards de charges de dépréciations d'actifs liées aux prêts repris.

La FDIC, elle, a souligné que l'opération Washington Mutual n'aurait aucun impact sur son fonds de garantie des dépôts, d'un montant d'environ 45,2 milliards de dollars.

Ironie du sort, Washington Mutual a vu son indépendance s'achever le jour même du 119e anniversaire de la création de sa maison mère.

Les statuts déposés le 25 septembre 1889 précisent que la société visait à "offrir à ses porteurs de parts un véhicule sain et rentable pour l'investissement et le prêt", rappelle son site internet. A l'époque, les résidents de Seattle reconstruisaient la ville après un important incendie.

WaMu avait limogé il y a moins de trois semaines son directeur général, Kerry Killinger, qui avait mené ces dernières années une stratégie de croissance et de développement, notamment dans les crédits "subprimes" et à risques.

Le groupe avait levé sept milliards de dollars en avril lors d'une augmentation de capital, dont 1,35 milliard apportés par le groupe de capital-investissement TPG .

Ces dernières semaines, Washington Mutual avait suscité l'intérêt de plusieurs repreneurs potentiels, parmi Citigroup et Wells-Fargo, le canadien Toronto-Dominion Bank, l'espagnol Santander et HSBC, ainsi que des capital-investisseurs, selon des sources proches du dossier.

Aucun commentaire: