mardi 25 août 2009

Etat des lieux fin Août

Ces derniers mois , je suis devenu de plus en plus dubitatif à propos de l’évolution du marché.

Je suis actuellement positionné principalement en actions aurifères et cet investissement a été plutôt profitable depuis le début de l’année, mais je crains comme toujours les évolutions brutales de ce secteur.

J’ai été complètement épargné par le carnage de l’année dernière, grace à l’OPA sur Euro Ressources, et j’ai pu ensuite me replacer à bon compte sur quelques bonnes sociétés (notamment Yamana, Minefinders, et Cœur d’Alene).

Par ailleurs j’ai refusé jusqu’à présent de me positionner pour jouer la baisse des marchés actions, bien que j’estime plausible le scénario d’un nouveau krach à l’automne.

En même temps si ce scénario se produisait, il risquerait d’entrainer les aurifères à la baisse comme l’année dernière.

Et pendant ce temps, les indices ont continué leur cavalcade vers de nouveaux plus hauts , ce qui pose de nombreuses questions.

Non seulement parce que c’est l’été, ce qui peut encourager le soupçon de manipulation par le PPT et les grandes banques comme Goldman Sachs, mais aussi parce que plus les indices montent et plus la pression augmente et incite opérer un nouveau positionnement : soit pour profiter de ce retournement et donc acheter, soit pour profiter de la rechute qui risque d’arriver en se positionnant à la vente.

Parallèlement à cela, Quid du cours de l’or et du forex ?

En résumé, il y a un doute et il faut le résoudre. Mais comment ?

Pour cela j’établis la liste des arguments en présence, par ordre de priorité croissante.

Le marché a une fâcheuse tendance à prendre un maximum de gens à contrepied.
C’est une chose que j’essaie de ne jamais oublier et c’est pourquoi l’analyse « contrarienne » figure en tête des méthodes que j’utilise, pour naviguer dans les eaux troubles de l’investissement et de la spéculation.

La deuxième méthode que j’utilise en priorité est l’analyse technique , car elle a l’avantage de contenir en elle tous les arguments et les outils possibles pour expliquer le marché, qui est avant tout le produit de la psychologie des foules. Le tout est de savoir les déchiffrer.

Et en dernier, vous l’avez deviné, c’est l’analyse fondamentale. Car bien qu’elle ne contienne que des faits avérés, elle n’est utilisable en matière d’investissement que sur des horizons de temps très longs, qui dépasse souvent la patience de la plupart d’entre nous.

Sur les différents marchés, j’établis également une priorisation.
Ainsi, le marché qui prime d’après moi, c’est le Forex, car c’est le plus liquide et le plus difficile à manipuler.

Viennent ensuite les marchés actions (au sens large) et enfin le marché des matières premières , qui est plus volatile et plus facilement manipulable.
L’or quant à lui, occupe une position intermédiaire (en tant que devise et matière première) puisque c’est à la fois une devise et une matière première
L’or est donc manipulable, mais jusqu’à un certain point (on y reviendra)

D’après ces deux priorisations (en matière de méthode d’analyse et en matière de marché) , que nous dit la situation actuelle ?

Le message « officiel » actuel est que la situation s’améliore. C'est déjà en soi un signe qui incite à la méfiance d'un point de vue contrarien.
Les arguments de cette thèse est sont que les marchés actions remontent, alors dans le même temps le dollar reste stable en dépit des déficits abyssaux qui sont en train d’être creusés pour relancer l’économie.

Cependant, le dollar qui est un marché difficilement manipulable et donc qui ne ment pas à priori, semble être maintenu à bout de bras d’après sa configuration graphique. Car le contrôle de ce marché s’avère plus difficile que celui des marchés action en période d’été.

En même temps, à force de manipulation et/ou de stimuli et de plans de sauvetage, les marchés action ont démontré un réel rebond du point de vue de l’analyse technique et il faut en tenir compte. (il ne faut pas aller contre la tendance).

Il est donc probable que le dollar craque avant les marchés actions, ce qui serait tout à fait en phase avec la corrélation inverse que l’on a observé depuis quelques temps.

En résumé : le dollar craquerait, les marchés actions tiennent, tout comme les matières premières, et au premier rang desquel, l’or.

Cela ressemble finalement furieusement à un scénario inflationniste.

Or, ce scénario, qui n’a plus tellement la cote ces derniers temps (avec le succès des thèses déflationniste l’année dernière) pourrait bien prendre tout le monde à contrepied cette fois-ci (analyse contrarienne, vous vous souvenez).

En fait, l’année dernière, à l’approche de l’été, si l’on se souvient bien, c’était l'analyse inflationniste qui avait la cote.

Le pétrole atteignait des sommets, toutes les matières premières étaient en forte hausse et on parlait des émeutes de la nourriture. On parlait aussi beaucoup d’inflation.

Mais on a finalement eu une bonne dose de déflation représentée par son émissaire naturel, un krach boursier de proportion historique.

Moralité, une fois de plus les contrariens avaient eu raison. Et seuls les vendeurs à découverts ont été gagnants durant cette période, et non les partisans de l’or.

Mais aujourd’hui, où se situent les véritables contrariens ?

Je défendrais l’idée qu’ils se situent dans le camp des inflationnistes, car malgré leurs arguments convaincants sur le long terme, ils n’attirent plus grand monde, et suscitent plutôt le scepticisme des gens soi-disant "bien informés". Car le krach des aurifères de l’année dernière a sans doute eu raison de beaucoup de monde, même des plus patients. La plupart des petits investisseurs se sont réfugiés en « cash » et rien d’autre.

Pour l'instant je reste donc positionné sur les aurifères.

Dernier détail : la saisonnalité va devenir très favorable prochainement.

Aucun commentaire: