dimanche 13 novembre 2011

Au sujet du non déclenchement des CDS sur la dette grecque


  • Le non-déclenchement de la clause d'évènement de crédit des CDS (auquel je faisais déjà référence l'autre jour dans "La mort des CDS") a sans doute été une des causes de la forte hausse des taux d'intérêt sur la dette italienne, et, par contagion sur la dette française. Potentiellement, la décision de l'ISDA fait perdre leur valeur aux CDS, et donc le seul moyen de réduire l'exposition à la dette souveraine est de vendre les obligations plutot qu'acheter des CDS.

  • Quelle est la suite du "programme" ? Les espoirs immédiats reposent sur le FESF, mais en réalité il semble que tout le monde espère surtout une intervention de la BCE à plus ou moins long terme, sous forme de monétisation permanente des dettes souveraines même si cela va complètement contre les statuts actuels de la BCE. En fait, ce sont sans doute des raisons psychologiques qui empêchent les investisseurs d'être plus baissiers sur les marchés. La menace potentielle d'un QE est une crainte assez forte.
  • Et pourtant, étant donné la corrélation assez forte entre le cours de l'Euro, et les indices actions, la situation actuelle devrait fournir un Trade attractif en termes de ratio risque/ bénéfice. En combinant une position Bearish sur l'euro et les indices actions dans la bonne proportion, on ne devrait pas prendre de risque dans l'éventualité d'un QE agressif. Car dans cette éventualité l'euro ne pourrait que baisser.

  • En fait la bonne tenue actuelle de l'euro est déjà en soi un mystère, par rapport aux attentes d'une monétisation in fine, à la suite de la crise actuelle. Mais certaines choses sont ignorées, alors qu'elles sont aussi visibles que le nez au milieu de la figure. Cet état de fait reste seulement valable  jusqu'à un certain stade, à partir duquel elles la réalité commence à être perçue. C'est ainsi que fonctionnent les marchés.

  • Ma position actuelle reste donc cette double position (Long Dollar/ short Equities) à laquelle je rajoute une position dans les métaux précieux, car le dollar lui-même ne peut être tenu pour une valeur sûre. Lorsque j'observe la graphique $USD:$SPX, cela ne peut que me confirmer dans cette opinion car l'on observe un "double bottom" de très long terme. (cf graphique)

  • Ce dernier graphique d'ailleurs me semble aussi prometteur que le ratio NEM:AAPL (Newmont Mining/ Apple Corp, dans un autre genre plus "micro") que j'ai proposé l'autre jour

Aucun commentaire: