jeudi 30 décembre 2010

Le débat concernant l'immobilier US





A ma gauche, Reggie Middleton, blogger brillant et quasiment prophétique en ce qui a concerné la crise des subprimes (voir les archives de son Blog). Depuis, sa performance a pâti du rebond des marchés actions. Il dirige une petite boutique d'analystes, et écrit des posts provocateurs et iconoclastes souvent baissiers et catastrophistes. Il a commencé à être invité dans quelques talk show financiers, à la marge.

A ma droite , Bill Ackman , gérant de Hedge-Fund hyper-médiatique, souvent invité sur CNBC. C'est aussi un investisseur "activiste" dans le sens où il prend des positions importantes dans des sociétés pour pouvoir influencer leur management. Pendant la crise des subprimes, il a connu un très gros succès en pariant sur l'insolvabilité de MBIA (un assureur d'obligation). Il a aussi connu un très gros échec sur une de ses fonds en prenant une position dans Target (une chaine de supermarchés). Le fond a perdu 80% de sa valeur à un moment.


Reggie Middleton est baissier sur l'immobilier US depuis longtemps (je l'ai déjà cité plusieurs fois à partir de 2008). Mais il affirme que nous allons entrer dans une nouvelle phase de baisse. Voici sa dernière contribution sur son Boom Bust Blog

Quant à Bill Ackman, il vient de se distinguer en estimant que c'est le moment de repasser acheteur sur l'immobilier américain. Voici sa présentation récupérée par Business Insider.


J'ai été intrigué par la position de Bill Ackman. Ses qualités "contrariennes", et ses arguments fondamentaux méritent d'être étudiés. Cependant, je pense qu'il s'est positionné trop tôt sur ce marché. Il aura sans doute raison à terme, mais pas tout de suite.

Par ailleurs d'un point de vue global, la vision haussière n'est plus vraiment contrarienne si l'on considère l'optimisme de Wall Street depuis plusieurs mois.

Donc, je pense comme Middleton, que la tendance "lourde" est encore à la baisse sur l'immobilier et qu'elle n'a pas fini de déstabiliser les marchés financiers. Avec les sauvetages de 2009, les problèmes ont juste été cachés sous le tapis : les pertes ont été camouflées, les échéances ont été remises à plus tard, mais les fondamentaux n'ont pas changé. Il faut savoir qu'il s'agit de corriger une bulle de proportion historique.

C'est d'ailleurs la clé du marché dans son ensemble, et une raison pour lesquelles les forces déflationnistes sont parfois plus fortes que la capacité d'inflation des banques centrales. (cf débat Inflation vs Déflation)

Concernant l'immobilier en Europe et en particulier la France, je suis d'avis que l'on a connu un "Double top" avec le rebond observé en 2009-2010. La nouvelle phase de baisse est en train de commencer. Elle va probablement coincider avec la réduction du régime de faveur fiscal début 2011.

Aucun commentaire: