mardi 16 février 2010

Chronique hebdomadaire

La semaine commence plutôt bien pour le fonds que je gère.

Il me semble que la vente des derniers BX4 vendredi dernier vers 16h00, s'est avérée le bon choix.

Vu la séance d'hier (lundi) et celle d'aujourd'hui, je dirais que nous sommes maintenant en phase de rebond sur les marchés actions. Et ce rebond pourrait durer plusieurs jours voire plusieurs semaines, peut-être même jusqu'aux premières semaines du printemps.
Je ne prévois pas dans l'immédiat de reprendre position sur les BX4 même pour un trade de Court-terme.

Débarassées des BX4, mes positions actuelles restent l'ETF Base ressources ainsi que les actions aurifères. Il y a d'un coté les canadiennes et américaines cotées à New York, et que je détiens depuis assez longtemps pour certaines d'entre elles (que je détaillerai un autre jour), de l'autre coté il y a celles cotées à Paris, sur lesquelles j'ai repris position récemment (Auplata et Euro Ressources) , après avoir pris mes bénéfices fin Novembre lors de leur ascension "stratospérique".

Enfin il y a une ligne d'Harmony Gold (une sud-africaine qui est un "cas particulier", à plus d'un titre...).

Dans la configuration actuelle, je suis assez confiant dans mes positions car il semble bien que nous assistions à un "breakout" du cours de l'or mais aussi de l'indice des mines aurifères. (quant aux minières "généralistes" représentées dans l'ETF Base Ressources, elles prendront sans doute le même chemin).

Si l'on y réfléchit bien, ce n'est pas tellement étonnant car le scepticisme sur ces marchés était assez important lors de la dernière correction. (en gros depuis décembre).

D'un point de vue contrarien, c'est devenu très positif, et il devenait intéressant de renforcer.
Cependant il fallait avoir le coeur bien accroché et savoir géré son risque pour ne pas jetter l'éponge ces dernières semaines.

De ce point de vue, ma stratégie de "hedger" mes positions aurifères avec le BX4 a finalement porté ses fruits.

A un moment donné, cette stratégie me semblait diminuer les gains potentiels, mais en fait elle diminuait surtout les risques, ce qui pourrait s'avérer payant en fin de compte.

Comme je l'ai écrit plusieurs fois dans ce blog, la gestion de sa propre psychologie et donc du risque, est absolument primordiale en matière de spéculation.

La difficulté provient du fait qu'il faut à la fois avoir au moins une position de court-terme, de moyen-terme et de long-terme, sachant qu'elles peuvent (et doivent) être d'une direction différente. (on peut augmenter la graduation si l'on peut gérer encore davantage de complecité, mais 3 horizons d'investissement c'est déjà bien).

La plupart des spéculateurs débutants ont tendance à avoir un opinion binaire sur leurs positions : soit ils détiennent une action ou un actif, et dans ce cas ils le voient (ou veulent le voir) monter, soit ils ne détiennent pas un actif, et dans ce cas ils prévoient la baisse.

Lorsque l'on parvient à bien séparer ses positions court, moyen et long terme de façon complètement compartimentée, on augmente déjà considérable l'efficacité de sa gestion du risque et ses possibilités de gains.

Si en plus on arrive à prendre chacune de ces trois positions de façon totalement objective et sans à priori, je crois qu'on atteint le "Graal" du spéculateur.

Il faut bien se rendre compte que la spéculation ne devrait pas être la roulette ou le loto.
Ce n'est pas acheter un ticket, et ensuite prier pour que l'on ait décroché le bon numéro.

Si l'on fait cela on arrivera jamais à rien, spécialement si l'on y gagne.

Néanmoins, si l'on perd gros à ce jeu là il est possible que l'on apprenne au moins une ou deux choses sur la psychologie de l'investissement. Rien de tel que les déconvenues pour apprendre.

Derrière toute position il faut de solides convictions.
Sur les positions de long terme j'ai tendance à avoir des analyses fondamentales, basées sur l'analyse de la macro-économie, de la micro-économie (pour le secteur d'une société donnée), voire des tendances socio-économiques ou politiques .
(Par exemple, à Long terme je suis résolument baissier sur le marché immobilier, même si l'on a assisté à un rebond de court terme à l'automne dernier, et je suis haussier sur les matières premières)

Sur les positions de court-terme il faut, je pense, avoir absolument un système d'analyse technique que l'on doit suivre fidèlement, tout en préservant de la flexibilité (je sais , c'est bien la difficulté...). Mais surtout il faut oublier les analyses fondamentales que l'on a fait pour ses positions de long terme, ainsi que ses propres sentiments ou convictions dans ce sens.

Voilà une (modeste) esquisse de théorie de l'investissement..

Aucun commentaire: