dimanche 1 mai 2011

Europe sous tutelle : c'est fait


Voici la suite de l'article de Shadok1 que j'ai publié mercredi dernier au sujet de Mario Draghi qui est pressenti à la BCE

Il s'appuie lui-même sur Mediapart.

Je pense qu'il faut suivre cette affaire de près.


-------------------------
Posté par M7025553 ( shadok1 ) 
Hier à 11:49


C'est totalement scandaleux et nous ne pouvons accepter cela ..
Quand je disais que la démocratie européenne était morte , j'étais encore en dessous de la vérité .

Antonio Borges : ex deal maker de Goldman sachs est à la tête du Département Europe du FMI .

Et bientôt Draghi à la Présidence de la BCE .
Et contrairement à ce que vous racontent les médias , c'est bien Draghi qui a réalisé l'ignoble trucage des comptes Grecs ..

Et une fois de plus Goldman sachs maquille la vérité sur le sujet de sa date d'entrée chez eux .

"Membre du comité de direction du groupe, «il était associé-gérant et on ne devient "partner" chez Goldman Sachs qu'à condition de faire entrer de l'argent, beaucoup d'argent. L'affaire grecque n'était que l'un de ses dossiers», confie un ancien de la firme. Le communiqué de Goldman annonçant le recrutement de Mario Draghi indiquait d'ailleurs que sa mission serait «d'aider la firme à développer et exécuter des affaires avec les principales entreprises européennes et avec les gouvernements et les agences gouvernementales à l'échelle mondiale».

En fait, un travail «d'officier de liaison» avec les Trésors européens sur les dossiers de gestion de la dette publique et de privatisations, pour lesquels la firme a toujours fait preuve d'une grande créativité. A Londres, où il était basé, Mario Draghi disposait d'un bureau voisin de celui de Peter Sutherland, président non exécutif de GSI, ancien commissaire européen et premier directeur général de l'OMC.

Mais l'association entre Mario Draghi et Goldman Sachs est plus ancienne que cette collaboration officielle. «Quand il était directeur du Trésor, Goldman campait dans son bureau», affirme la même source. A ce poste clef pendant dix ans (1991-2001), Draghi fut aussi à partir de 1993 le président de la Commission italienne des privatisations.

Italien par son passeport, «il pense et réagit avant tout comme un Américain», lui reproche avant tout un ancien responsable monétaire européen. Pour son ancien collègue chez Goldman, ce pli a été pris au MIT, le prestigieux institut de Boston où Mario Draghi a obtenu un doctorat (PHD) en économie. Il est également passé par la non moins célèbre Kennedy School of Government de Harvard. Il siège aujourd'hui encore dans les conseils de surveillance de Princeton (Institute for Advanced Studies) et du très important laboratoire d'idées américain Brookings Institution.

Source : Mediapart

Aucun commentaire: