vendredi 15 janvier 2010

Bilan 2009 et Perspectives 2010

Tout d'abord, je vous souhaite mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année 2010, et même pour cette nouvelle décennie.

Je vous la souhaite bonne et heureuse tant au niveau professionnel que personnel, car il ne faut jamais perdre de vue les vrais priorités.


Au niveau investissements cette année 2009 a été exceptionnellement bonne pour moi, mais je n'oublie pas que c'est d'abord l'année qui a vu naitre mon premier fils.


En 2010, j'espère rester sur la même tendance et peut-être faire mieux (des jumeaux par exemple ?)


Mais revenons aux investissements puisque c'est ce qui nous intéresse ici.

L'année 2009 a été très bonne donc, mais il ne faut jamais oublier ce qui révèle de l'intuition  et ce qui revèle seulement de la patience ou tout simplement de la chance.


Ma performance en 2009 a été en grande partie due à l'évolution d'Euro Ressources et d'Auplata (mais pas uniquement puisque j'ai également réalisé des Plus Values substantielles en 2009 sur Coeur d'Alene, Yamana Gold et Minefinders notamment).


Mais cette performance a été tardive par rapport à mon suivi du dossier Euro Ressources, puisque j'ai acheté mes premières actions en 2006 : patience donc...

Par ailleurs j'aurais pu très bien louper cette hausse si je n'avais pas conservé une partie de mes actions après l'OPA et même racheté des actions supplémentaires. Et là je ne suis pas très sûr si cela a été une décision prise par intuition ou par chance.


A contrario, mon intérêt pour les aurifères n'est pas nouveau et a été constant depuis 2006, mais je n'avais en réalité que des Euro Ressources jusqu'à fin 2008. Etant donné le krach catastrophique de fin 2008, n'était-ce pas de la chance d'avoir uniquement des actions EUR à ce moment là ? (en même temps il est vrai que la valeur fondamentale de EUR était déjà là pendant tout ce temps, et l'action était probablement "coiffée" auparavant par Iamgold ou ses agents)


Donc rien n'est simple en Bourse.


Mais de tout cet enchainement d'événements, je retire avant toute chose un impératif d'humilité, malgré les succès de 2009.


Et de toute façon, mon coup suivant -parier sur la baisse du CAC40- m'a incité à l'humilité depuis septembre et surtout depuis décembre. Je suis actuellement en Moins Value latente limitée mais substantielle sur cette position.


Je crois que cette position deviendra gagnante ou au moins à l'équilibre à court terme, mais il va falloir redoubler d'analyses et de patience.


Cela nous amène naturellement sur les perspectives 2010


Lorsque je relis les posts de ce blog depuis 2 ans, je constate que certaines idées se sont avérées perdantes (comme les actions aurifères sur le dernier trimestre 2008), mais aussi que beaucoup de thèmes se sont avérés pertinents (l'étude du ratio Gold/Oil ou du ratio Gold/Dow Jones ou le débat inflation vs déflation par exemple).


C'est pourquoi je suis tenté de continuer de poster même si j'ai diminué le rythme en 2009, pour des raisons personnelles et professionnelles.


Je vais continuer à suivre les différentes tendances pour tenter d'en profiter.


En ce qui concerne l'or, je suis toujours haussier à long terme, mais extrêmement prudent sur le moyen et court terme.


Aujourd'hui je continue de penser que cela va dépendre de la situation macro-économique, mais pas uniquement.


Depuis que je m'intéresse au débat inflation vs déflation, je suis passé par différentes positions, qui ont souvent été à contre-courant et souvent trop tôt.


J'ai d'abord été convaincu que la crise allait déboucher sur l'inflation à moyen terme en me basant sur les précédents historiques. De façon théorique, il me paraissait illogique de comparer la situation actuelle avec la dépression des années 30 puisque le dollar n'est plus indexé sur l'or come alors.


Je partais du principe que la dévaluation monétaire faisait partie de la méthode habituelle des gouvernants et que leur pouvoir était illimité pour l'exécuter et donc relancer le marché et/ou l'économie.

Au cours des 9 derniers mois, le marché a fini par me donner raison sur ce point.


Mais c'est justement à ce moment que j'ai commencé à mettre en doute cette théorie.

Car cela semble presque trop évident, et trop facile.


Le marché, tout comme la vie réelle, est bien plus complexe que cela.


Je crois maintenant que le gouvernement peut certes injecter des liquidités autant qu'il le veut dans le système, mais qu'il n'est pas totalement maitre pour décider où ces liquidités vont se retrouver.


En réalité, l'énorme majorité des fonds n'a pas atterri dans la poche des citoyens consommateurs mais bien des banques, qui n'ont pas pour autant distribué de l'argent à bas taux d'intérêt.


C'est pourquoi la demande n'a pas augmenté, et les prix à la consommation n'ont pas augmenté. Par ailleurs les salariés restent sages (ou résignés) et l'inflation nominale n'augmente pas.


Certains actifs ont vu leur prix monter (les actions) ou se stabiliser (l'immobilier), mais cela ne s'apparente pas à l'inflation.


Me voici donc dans le camp des déflationnistes d'après ce que je viens d'énoncer, une fois n'est pas coutume. Mais à long terme, nous finirons par avoir cette inflation dans l'économie.


Pour l'horizon de l'investisseur moyen, cela ne sera pas le plus grand souci.

Car entre temps, les forces de la déflation n'ont pas dit leur dernier mot, et la volatilité des marchés actions ne va pas rester plus longtemps aussi basse.

Ces forces déflationnistes, quelles sont-elles ?

Pour résumer on pourrait donner un seul mot : IMMOBILIER.
Ou plutôt deux : IMMOBILIER et DETTE.

Et pour le dire brièvement : Le dégonflement de la bulle immobilière basée sur une endettement record, n’est tout simplement pas terminé.
Ce dégonflement a tout juste commencé dans certains pays, et en premier lieu notre cher Hexagone.

Pourtant me direz-vous, on entend partout parler de la reprise de l’immobilier n’est-ce pas ?

Mais remarquez que l’on a aussi parlé de la hausse record des ventes de voiture.

Entre les deux, le point commun, c’est la main de l’Etat.

L’Etat tout puissant soutient à bout de bras ces deux piliers de l’économie. Prime à la casse pour les autos, amendement Scellier pour l’immobilier etc… Mais même l’Etat ne peut pas tout (dixit un certain Jospin je crois).
A un moment donné, il faudra des aides supplémentaires pour convaincre les consommateurs d’acheter et de s’endetter, face à un chômage croissant et des salaires en stagnation.

Ce jour-là (pas si lointain) l’Etat jettera l’éponge et invoquera la maitrise des déficits et la baisse va s’accélérer, avec tous les effets de seuil que l’on peut imaginer.

Mais il suffit en outre de regarder les données historiques pour comprendre que l’immobilier est encore beaucoup trop cher par rapport au revenu disponible.

Donc, en résumé, le flot de mauvaises nouvelles n’est pas prêt de se tarir, et la bourse va forcément en souffrir. Les cours ne progressent jamais en ligne droite de toute façon. La hausse depuis Mars 2009 devient de plus en plus suspecte.

Comme je l'ai dit, je suis investi en BX4 (tracker répliquant 2 fois la baisse du CAC40) depuis septembre 2009 et j’ai renforcé en décembre et Janvier.

Plus tard il faudra renforcer en Or physique et en mines d’or mais pas tout de suite.
J'ai encore des actions de mines d'or mais assez peu.

L’inflation arrivera sans doute plus tôt qu’on ne le croit, mais avant cela nous allons avoir sans doute droit à une baisse supplémentaire et significative des actifs financiers.

Malgré ces mauvaises nouvelles, je vous souhaite une bonne année 2010 et je vous recommande la prudence pour naviguer dans ces eaux agitées.

Ce n’est que lorsque tout le monde aura pris conscience de la gravité de la situation qu’il faudra revenir sur les marchés actions.

Aucun commentaire: