vendredi 2 novembre 2007

Que cache la crainte du "credit crunch" ?

Je pense que la plus grosse crainte qui a provoqué la baisse hier c'est celle du "Credit Crunch". Apparemment la crise du sub.prime est en train de s'étendre à d'autres tranches obligataires mieux notées (même des Triple A) et fragilise énormément tout le système bancaire et sa capacité à financer l'économie.


En réalité c'est bien peut-être pire que l'inflation (c'est en tout cas ce que pensent les économistes US en charge, et H.elicopter Ben, en tête)


Vue la politique monétaire US : tout risque perçu de credit crunch, se transformera tôt ou tard en injection de liquidité et/ou de réduction des taux, et donc bien évidemment en inflation.


On est entré dans une spirale infernale au niveau monétaire.


La prochaine étape c'est la stagflation : c'est à dire que l'activité économique se ralentit inexorablement alors que l'inflation continue d'augmenter.


Depuis 20 ans on avait réussit à éviter cette combinaison "vicieuse" à force de politique monétaire "rigoureuse" : rappelez-vous les décisions de Paul Volcker à la Fed et en France le tournant de la rigueur en 1983 et du franc fort sous l’égide de Pierre B.érégovoy.


Toutes ces décisions impopulaires à priori sont finalement venues à bout de l’inflation.

Mais avec le temps, le consensus s’est effrité, particulièrement en France, car en Allemagne la lutte contre l’inflation est quasiment synonyme de démocratie car l’est l’hyperinflation qui a amené H.itler au pouvoir dans les années 30.


Aux Etats-Unis, le problème est encore différent et ce pays comme la France est tenté par une politique monétaire laxiste.


Mais il l’est d’autant plus qu’il détient la monnaie de réserve du monde entier et peut donc facilement exporter ses problèmes chez les autres.


Cependant, à force de tirer sur la corde, tout cela va se retourner contre eux.

L’économie américaine n’est plus aussi prépondérante, et le monde pourrait très bien se passer du dollar comme monnaie d’échange.


Surtout, puisque le problème est aussi politique, les Etats-Unis sont aujourd’hui très contestés à cause de leur interventionnisme forcené.

Si ils s’attaquent à l’Iran, ce sera le coup de trop et je n’ose en imaginer les conséquences au Moyen-Orient, mais surtout pour l’économie américaine et le dollar.

Aucun commentaire: